ACP-UE : Prorogation de l’accord de Cotonou jusqu’en décembre 2020

Nouveau partenariat Afrique-Caraïbes-Pacifique/UE: progresser vers un nouveau partenariat adapté aux enjeux futurs

Communiqué de Presse, Bruxelles, 14 février 2020

 

Aujourd’hui, un nouvel élan a été donné aux négociations post-Cotonou sur un nouvel accord entre l’UE et les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), les deux négociateurs en chef s’étant mis d’accord sur la voie à suivre.

Jutta Urpilainen, commissaire chargée des partenariats internationaux et nouvelle négociatrice en chef de l’UE, a déclaré ce qui suit: «Je m’engage personnellement à accélérer nos négociations afin de tenter de parvenir rapidement à un accord définitif. Nous avons accompli de réels progrès lors de la réunion d’aujourd’hui pour parvenir à un nouveau partenariat capable de faire face aux réalités d’aujourd’hui, de répondre à nos besoins mutuels et de défendre notre vision commune du monde, notre solidarité et nos progrès. C’est pour moi un honneur de prendre mes fonctions de négociatrice en chef pour un traité couvrant plus de la moitié des nations du monde».

Robert Dussey, Ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration africaine et des Togolais de l’Extérieur de la République Togolaise, négociateur en chef des pays ACP et président du groupe central de négociation ministériel, a fait la déclaration suivante: « Nous sommes très heureux d’avoir conclu la première session de travail avec la nouvelle négociatrice en chef de l’UE, Mme Urpilainen. L’atmosphère était cordiale, la réunion a été productive et les discussions ont été franches et directes. Les parties ont noté des progrès significatifs réalisés tant sur le socle commun que sur les protocoles régionaux. » Le ministre Robert Dussey a continué : « Les protocoles régionaux qui sont axés sur les besoins et les aspirations propres aux pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique garantiront que le nouvel accord soit inclusif et en même temps sensible à la diversité du groupe ACP ».

Prorogation de l’accord de Cotonou jusqu’en décembre 2020

L’accord de Cotonou est un accord d’association global couvrant les relations UE-ACP. Il arrive à échéance le 29 février 2020. Les négociations sur le futur accord étant toujours en cours, les parties se sont accordées sur des mesures transitoires pour proroger, sans aucune modification, l’application de l’actuel accord de Cotonou jusqu’en décembre 2020. La continuité juridique et politique du partenariat ACP-UE sera ainsi assurée.

Progrès réalisés et prochaines étapes

Les deux négociateurs en chef, qui se sont réunis avec les équipes de négociation des pays ACP et de l’UE, ont accompli des progrès substantiels en ce qui concerne les partenariats régionaux. Les deux parties se sont accordées sur des chapitres clés des partenariats régionaux dans le cadre du futur accord ACP-UE. Dans les semaines à venir, les équipes de l’UE et des pays ACP poursuivront les négociations, rassemblant les propositions et affinant le texte de l’accord. Il s’agit notamment des dispositions générales, des modalités de coopération, du cadre institutionnel et des dispositions finales.

 

Discours de lancement de la décennie 2020-2030 « Décennie des Diasporas africaines »

Excellences Mesdames et Messieurs les Chefs d’Etat et de gouvernement,

Monsieur le Président de la Commission de l’Union africaine,

Mesdames et Messieurs,

Distingués invités,

 

Avant toute chose, je voudrais remercier le Premier Ministre du pays hôte pour leur régime d’hospitalité digne d’un pays abritant le siège de notre auguste Institution.

Je voudrais, aussi, au nom du Président de la République Togolaise, S.E.M. Faure Essozimna GNASSINGBE, qui a tant voulu participer personnellement au présent Sommet, mais finalement retenu au pays dans le cadre des campagnes pour l’élection présidentielle dont le premier tour est prévu sur le 22 février, féliciter le nouveau Président de la Conférence des Chefs d’État et de gouvernement pour son élection à la tête de notre Institution et féliciter le Président sortant pour son excellent travail de service à la communauté africaine.

Permettez-moi, en outre, Mesdames et Messieurs les Chefs d’État et de gouvernement, de vous remercier, au nom du Président S.E.M. Faure Essozimna GNASSINGBE, pour votre grand intérêt à la question des Diasporas africaines et des personnes d’ascendance africaine.

Je voudrais, par ailleurs, exprimer ma gratitude à la Commission pour l’esprit de flexibilité et de grande compréhension témoignés à l’égard de ma Délégation en acceptant d’examiner le point susvisé.

Excellences Mesdames et Messieurs les Chefs d’Etat et de gouvernement,

Monsieur le Président de la Commission de l’Union africaine,

La quête d’un changement durable du continent africain passe par la création des conditions favorables au développement d’une société économique, sociale, durable grâce à une capitalisation des compétences, de l’expertise, du leadership de la diaspora africaine, entendue comme l’ensemble « des personnes d’origine africaine vivant en dehors du continent, quelles que soient leur citoyenneté et leur nationalité et qui souhaitent contribuer au développement du continent et à la construction de l’Union africaine ».

En effet, dans un monde en convergence vers la mondialisation connexe aux spéculations économiques, financières, digitales et d’autres opportunités transversales, le Togo, à l’instar des autres pays du continent, a démontré sa foi et sa confiance en la force constructive des sœurs et frères qui vivent au-delà des  frontières, en multipliant à leur endroit des initiatives qui visent à faciliter leur retour et leur implication dans le développement économique et culturel de leur pays et du continent.

En outre, marquée par des replis identitaires qui se traduisent souvent par le durcissement des conditions de migration, la complexification des mesures d’octroi d’asile, les traitements discriminants subis par les populations d’ascendance africaine, l’Afrique se doit de poser les bases d’une réponse africaine aux questions identitaires tout en élargissant l’approche.

 

Cette démarche permet de rappeler et de souligner l’apport de l’Afrique à  l’humanité ainsi que la riche contribution des communautés d’ascendance africaine à l’histoire.

Le sixième continent, comme la Commission de l’Union Africaine, l’a appelé à juste titre, constitue un pouvoir économique, politique et culturel important qui ne peut nous laisser indifférents.  Il représente  une communauté historique de valeurs et de cultures, traversée aujourd’hui par des modèles de réussites sociales et professionnelles utiles à l’Afrique.

Tout en félicitant la Commission de l’Union africaine pour l’énorme travail qui est abattu sur les questions diasporiques, à travers notamment les efforts des bureaux régionaux et la Direction des Citoyens et de la Diaspora, je voudrais tout de même plaider en faveur d’une démarche plus engagée  de l’Union africaine à l’endroit de nos frères de l’extérieur et des afro-descendants.

Il est constant que les personnes d’ascendance africaine et la diaspora jouent un rôle capital dans l’émancipation du continent, en soutenant le développement et les programmes de l’Afrique à travers des plaidoyers efficaces au sein des organes législatifs et exécutifs de leur pays d’accueil, des sociétés civiles, des ONG, des milieux universitaires. De même, les diasporas africaines, de par leurs expertises et leur poids économique, demeurent des potentielles parties prenantes de la mise en œuvre de l’Agenda 2063 de l’Union africaine.

Excellences Mesdames et Messieurs les Chefs d’Etat et de gouvernement,

Monsieur le Président de la Commission de l’Union africaine,

La diaspora africaine fait partie intégrante de l’Union africaine. L’’article 3 (q) du Protocole sur les amendements à l’Acte constitutif de l’Union africaine (2003) invitait déjà expressément celle-ci à participer en tant que partie importante à la construction de l’Union. En outre, la Déclaration du Sommet mondial de la diaspora en 2012 a reconnu la nécessité de construire des partenariats durables entre le continent africain et la diaspora africaine à travers un dialogue durable et une collaboration efficace.

 

Dans ce sens, il est impérieux que nous puissions célébrer cette frange importante du Continent qui vit au-delà des frontières de l’Afrique et lui témoigner de toute notre fraternité, tout en lui donnant une place de choix dans la construction de « cette Afrique que nous voulons ».

Pour ce faire, sur les instructions du Président de la République Togolaise, je voudrais ici soumettre à votre appréciation, la proposition de décréter la décennie 2020-2030 comme « Décennie des Diasporas africaines ».

Cette Décennie offrira la chance à la Commission, ensemble avec les organisations représentatives des diasporas africaines, de mener des réflexions en vue de mettre en place une véritable politique diasporique et un plan d’actions solide devant concrétiser le retour et l’implication plus accrue de la diaspora dans le processus de développement du continent.

Elle sera également l’occasion de faire tomber les murs qui entravent le retour des frères d’ascendance africaine des Antilles, des caraïbes et de l’Amérique.

Il s’agira aussi non seulement de célébrer l’héritage et la culture africaine avec ses racines mais également de permettre aux passionnés de la culture africaine de se retrouver en communion avec le continent. La Décennie des diasporas africaines permettra d’augmenter la partialité positive (patriotisme) des diasporas africaines vis-à-vis du Continent.

Excellences Mesdames et Messieurs les Chefs d’Etat et de gouvernement,

Monsieur le Président de la Commission de l’Union africaine,

La Décennie des diasporas africaines se veut inclusive et aura comme composantes principales le lancement de l’évènement, une campagne mondiale de sensibilisation et de mobilisation visant à valoriser les racines africaines à travers un plan stratégique de communication et les manifestations-pays.

C’est dans cette perspective que s’inscrit le Forum Economique de la diaspora africaine que le Togo entend organiser sur le thème « Les contributions des diasporas africaines au développement du continent ».

La pression étant forte pour donner la priorité à l’économie, compte tenu des défis à relever en Afrique, le  forum ambitionne de jeter les bases d’un cadre innovant de dialogue et d’échanges permanents entre les africains de l’Extérieur, les acteurs étatiques et non étatiques aux fins de créer et de promouvoir des conditions favorables à la pleine participation de ces africains au développement socio-économique du continent.  Il s’agit, à travers cette initiative, de renforcer les coopérations culturelles, sociales, économiques et financières entre les communautés africaines dans le monde et le continent.

 

Le rendez-vous de Lomé, qui sera consacré par une Déclaration, offrira l’opportunité de mener une réflexion sur les mécanismes à mettre en œuvre afin de soutenir les initiatives d’investissements productifs et d’entreprenariat de la diaspora africaine afin d’améliorer et d’accroitre l’impact de ses actions sur le développement économique. Il sera également l’occasion d’échanger sur les moyens pouvant permettre à l’Afrique et les communautés africaines vivant sur d’autres continents de s’entraider.

 

Somme toute, le Forum de Lomé affirmera aussi que la mobilité des personnes et les stratégies de co-développement peuvent être une solution pour l’intégration des populations d’ascendance africaine et pour l’accession de notre continent à l’émergence.

 

Excellences Mesdames et Messieurs les Chefs d’Etat et de gouvernement,

Monsieur le Président de la Commission de l’Union africaine,

 

Le moment est favorable à une  montée en puissance des diasporas africaines. Cependant, de façon générale, elles se plaignent de ne pas participer et être associées à la mise en place des politiques publiques qui exigent des interconnexions et des transferts Nord-Sud. Et pourtant le potentiel de la diaspora dans le développement de l’Afrique est connu de tous. Il faut donc trouver des leviers pour renforcer l’engagement de notre diaspora en faveur du continent.

En décidant ici et aujourd’hui de déclarer  2020-2030 Décennie des diasporas africaines, nous auront à fédérer les membres de la diaspora et les décideurs ainsi que les membres de la diaspora au niveau national, régional et mondial pour le développement de notre continent.

Je vous remercie !

Rencontre entre S.E. Prof. Robert DUSSEY et son Homologue finlandais S.E.M. Pekka HAAVISTO

1. S.E. Prof. Robert DUSSEY, Ministre des Affaires Etrangères, de l’Intégration Africaine et des Togolais de l’Extérieur, Chef Négociateur ACP, a rencontré Son homologue finlandais S.E.M. Pekka Haavisto, à Helsinki, en marge de la réunion du High Level Groups organisée par l’Union Européenne, le GIZ et la République de Finlande.
2- Au cours de leur entretien, les deux Ministres ont procédé à des échanges de vues sur des questions d’intérêt commun liées à leur coopération bilatérale et à leur collaboration sur des sujets régionaux et multilatéraux, notamment l’avancement des Négociations ACP-UE et la lutte contre le terrorisme dans la région Ouest africaine.
3-Abordant les questions d’ordre bilatéral, les deux personnalités se sont réjouis de l’excellence des relations d’amitié et de coopération qui unissent les deux pays depuis le 12 mai 2010 et ont réaffirmé leur disponibilité à collaborer étroitement pour l’approfondissement et le développement de ces liens.
4- A cet égard, ils ont convenu de la signature prochaine d’un accord-cadre entre le Gouvernement de la République Togolaise et le Gouvernement de la République de Finlande en vue de renforcer leur collaboration dans les domaines prioritaires du Plan National de Développement (PND) tels que les technologies de l’information et de la communication, l’agroforesterie, l’agriculture biologique, la métallurgie, l’éducation et les finances.
5- Examinant les questions de développement, le Ministre DUSSEY a fait connaître que le Togo a adopté en 2019 un Plan National de Développement articulé autour de trois axes qui concernent  la mise en place d’un hub logistique d’excellence et d’un centre d’affaires de premier ordre dans la sous-région ouest africaine, le développement de pôles de transformation agricole, manufacturier et d’industries extractives et la consolidation du développement social ainsi que le renforcement des mécanismes d’inclusion.
6- A cet égard, il a invité la partie finlandaise à appuyer le Togo dans la mise en œuvre de ce plan, à travers la mobilisation des investisseurs finlandais.
 Fait à Helsinki, le 31 janvier 2020.

Communiqué de Presse : Visite de travail en Algérie

VISITE DE TRAVAIL DE

S.E. PROF. ROBERT DUSSEY,

MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES, DE L’INTEGRATION AFRICAINE ET DES TOGOLAIS DE L’EXTERIEUR

A ALGER

Les 18 et 19 septembre 2019

 

  1. A l’invitation de son homologue S.E.M. Sabri BOUKADOUM, Ministre des Affaires Etrangère de la République Algérienne Démocratique et Populaire, S.E. Prof. Robert DUSSEY, Ministre des Affaires Etrangères, de l’Intégration Africaine et des Togolais de l’Extérieur de la République Togolaise, a effectué une visite officielle à Alger, les 18 et 19 septembre 2019.
  2. Au cours de cette visite, le Ministre Robert DUSSEY a été reçu en audience par le Président de la République Algérienne Démocratique et Populaire, S.E.M. Abdelkader BENSALLAH.
  3. Il a également eu une séance de travail avec son homologue algérien au cours de laquelle les deux ministres ont abordé des questions d’intérêt commun, notamment, la coopération entre les deux pays.
  4. Le Ministre DUSSEY a félicité le Gouvernement et le peuple algériens pour la conduite responsable et apaisée de la situation politique que traverse l’Algérie et a souhaité un dénouement heureux du processus politique en cours.
  5. Evoquant les relations d’amitié et de coopération qui existent de longue date entre le Togo et l’Algérie et qui ont été consacrées par plusieurs accords bilatéraux depuis 1976, les deux Ministres ont exprimé leurs volontés de collaborer étroitement en vue du développement et de l’approfondissement de ces relations.
  6. A cet effet, ils se sont accordés sur la nécessité d’actualiser les accords déjà signés, en vue de mieux les adapter au contexte actuel et sur la signature de nouveaux accords dans des domaines qui n’étaient pas couverts par les accords précédents.
  7. Les deux ministres ont signé un mémorandum d’entente sur les consultations politiques périodiques entre les deux pays et ont adopté une feuille de route comportant les actions prioritaires de leur coopération bilatérale.
  8. Ils se sont par ailleurs convenus sur la signature prochaine de plusieurs accords de coopération dans les domaines du commerce, des transports, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur, de la communication et de la culture.
  9. Le Ministre BOUKADOUM a également annoncé l’ouverture prochaine d’une ligne aérienne directe Lomé-Alger par la compagnie Air Algérie.
  10. Abordant les questions de développement, S.E. Prof. DUSSEY a rappelé que le Togo a adopté un Plan National de Développement (PND) en trois axes qui prévoit des financements privés à hauteur de 65% et a souhaité que le secteur privé algérien profite des opportunités d’affaires qui sont offertes dans le cadre de ce Plan, en établissant des partenariats avec le secteur privé togolais.
  11. A cet effet, un Conseil d’affaires algéro-togolais sera créé et des rencontres entre les hommes d’affaires togolais et algériens seront organisées en vue d’identifier les opportunités d’investissements.
  12. Les deux parties se sont convenues de la signature d’un accord d’exemption réciproque de visa au profit des citoyens détenteurs de passeports diplomatiques ou de service.
  13. La partie algérienne a par ailleurs annoncé l’ouverture prochaine d’une antenne diplomatique à Lomé.
  14. En vue de renforcer davantage les relations de coopération entre les deux Etats, les deux Ministres ont convenu de la nécessité de préparer ensemble une visite officielle prochaine de S.E.M Faure GNASSINGBE en Algérie. La date de cette visite sera arrêtée d’un commun accord par voie diplomatique.

Fait à Alger, le 19 septembre 2019

#NewACPEU : Evaluation des progrès à Bruxelles

Bruxelles, le 23 mai 2019

IP/19/2673

Commission européenne – Communiqué de presse

 

À la suite des récentes consultations au niveau régional avec les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), les négociateurs en chef, le commissaire Mimica et le ministre togolais Robert Dussey, se sont réunis aujourd’hui à Bruxelles pour discuter des grandes lignes du futur accord ACP-UE.

M. Neven Mimica , commissaire chargé de la coopération internationale et du développement et négociateur en chef de l’UE, a déclaré: «L’accord se précise. Il est temps d’intensifier nos efforts et d’accélérer nos progrès pour atteindre les résultats escomptés. Les discussions d’aujourd’hui sur les partenariats régionaux nous rapprochent un peu plus de cette coopération nouvelle et renforcée que nous recherchons.»

M. Robert Dussey , ministre togolais des affaires étrangères, de la coopération et de l’intégration de l’Afrique, qui est également négociateur en chef des pays ACP et président du groupe central de négociation ministériel, a quant à lui déclaré: «Nous avons entamé ces négociations en septembre de l’année dernière et nous avons fait des progrès constants depuis lors. Les consultations avec les trois régions ont été bénéfiques dans la mesure où elles ont donné une bonne idée des besoins de chaque région. Nous attendons avec impatience la conclusion d’un accord axé sur les besoins actuels et futurs de nos pays membres. »

 

Prochaines étapes

Alors que les pourparlers relatifs aux partenariats régionaux spécifiques progressent, les équipes de négociation de l’UE et des ACP poursuivront leurs travaux sur le texte de l’accord qui couvre l’ensemble des 79 pays (également dénommé «le socle commun»). Les prochaines sessions de négociation porteront notamment sur la structure institutionnelle. L’objectif est de réaliser un maximum d’avancées avant la prochaine réunion des négociateurs en chef, prévue pour la seconde moitié du mois de juillet.

 

Contexte

L’accord de Cotonou régissant actuellement les relations entre l’UE et les pays ACP arrivera à échéance en 2020. Les négociations en vue d’un nouveau partenariat entre les pays ACP et l’UE ont été lancées à New York le 28 septembre 2018 en marge de l’Assemblée générale des Nations unies.

Les premières séries de négociations ont principalement porté sur le socle commun au niveau UE-ACP. Ce socle commun regroupe les valeurs et les principes autour desquels se rassemblent l’UE et les pays ACP, et indique les domaines stratégiques prioritaires dans lesquels les deux parties ont l’intention de travailler ensemble.

En outre, il est prévu que le futur accord comprenne des piliers régionaux spécifiques et axés sur des actions se concentrant sur les besoins de chaque région. Le premier cycle de consultations concernant les piliers régionaux est à présent terminé.

Le futur partenariat ACP-UE servira à consolider les liens politiques étroits entre l’UE et les pays ACP sur la scène internationale. Ensemble, ils représentent plus de la moitié des pays membres des Nations unies et plus de 1,5 milliard de personnes.

ACP-UE : Vers l’accord Post-Cotonou 2020

Les grandes lignes du futur accord entre les pays ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) et l’Union européenne ont été évoquées jeudi à Bruxelles entre les chefs négociateurs.

Neven Mimica, le commissaire chargé de la Coopération internationale et du Développement, et Robert Dussey, le chef de la diplomatie togolaise pour le compte des ACP.

‘L’accord se précise. Il est temps d’intensifier nos efforts et d’accélérer nos progrès pour atteindre les résultats escomptés. Les discussions d’aujourd’hui sur les partenariats régionaux nous rapprochent un peu plus de cette coopération nouvelle et renforcée que nous recherchons’, a déclaré M. Mimica.

Robert Dussey, de son côté a salué ‘des progrès constants’.

‘Les consultations avec les trois régions ont été bénéfiques dans la mesure où elles ont donné une bonne idée des besoins de chaque région’, a-t-il ajouté.

Alors que les pourparlers relatifs aux partenariats régionaux spécifiques progressent, les équipes de négociation de l’UE et des ACP poursuivront leurs travaux sur le texte de l’accord qui couvre l’ensemble des 79 pays (également dénommé «le socle commun»).

Les prochaines sessions de négociation porteront notamment sur la structure institutionnelle.

L’objectif est de réaliser un maximum d’avancées avant la prochaine réunion des négociateurs en chef, prévue pour la seconde moitié du mois de juillet.

L’accord de Cotonou régissant actuellement les relations entre l’UE et les pays ACP arrivera à échéance en 2020.

GRO
Neven Mimica,Tjekero Tweya, président du conseil des ministres ACP (Namibie), et Robert Dussey

Les négociations en vue d’un nouveau partenariat entre les pays ACP et l’UE ont été lancées à New York le 28 septembre 2018 en marge de l’Assemblée générale des Nations unies.

Les premières séries de négociations ont principalement porté sur le socle commun au niveau UE-ACP. Ce socle commun regroupe les valeurs et les principes autour desquels se rassemblent l’UE et les pays ACP, et indique les domaines stratégiques prioritaires dans lesquels les deux parties ont l’intention de travailler ensemble.

En outre, il est prévu que le futur accord comprenne des piliers régionaux spécifiques et axés sur des actions se concentrant sur les besoins de chaque région. Le premier cycle de consultations concernant les piliers régionaux est à présent terminé.

Le futur partenariat ACP-UE servira à consolider les liens politiques étroits entre l’UE et les pays ACP sur la scène internationale. Ensemble, ils représentent plus de la moitié des pays membres des Nations unies et plus de 1,5 milliard de personnes.

Le Diplomag n°18 est disponible en téléchargement!

DiploMag, le magazine publié par le Ministère togolais des Affaires étrangères, dans sa dix-huitième parution du ce premier trimestre 2019, fait le bilan de l’action diplomatique togolaise en 2018 et revient sur les contours du futur accord ACP-UE Post-Cotonou 2020.

Découvrir ci-après l’éditorial signé par le Ministre Robert Dussey :

L’année 2018 appartient au passé, la nouvelle ne vient que de commencer, celle à venir nous talonne déjà. Vladimir Jankélévitch se demandait un jour : ‘‘ comment des années si courtes se fabriquent-elles avec des journées si longues ?’’ Le temps est fuite et lieu de déploiement de l’existence humaine. L’être humain naît dans le temps, vit dans le temps, agit dans le temps et meurt dans le temps. La dimension de la temporalité liée à l’action est très essentielle dans ce que la philosophe Hannah Arendt appelle le « domaine des affaires humaines ». Par nos actions, où qu’on soit, qui qu’on soit, quoi qu’on veut, nous impactons le monde et de diverses manières.

L’histoire du monde dans une proportion non négligeable est celle de l’homme et de son action. Celle du Togo est celle de ses fils, leurs actions et interactions, engagements et espérances. Sur le plan diplomatique, l’année 2018 est marquée au Togo par un ensemble d’actions réalisées sous l’impulsion du Président de la République, Son Excellence Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE, dont la vision et l’esprit d’anticipation ont permis d’améliorer le rayonnement international du pays.

Le Togo a non seulement mis son leadership au service de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) au cours de l’année écoulée, mais également organisé et abrité de grandes rencontres internationales, et préside actuellement le Groupe Central de Négociation des Etats ACP pour le post- Cotonou, l’accord de Cotonou arrivant à terme en février 2020. Le présent numéro de DIPLOMAG revient sur quelques séquences fortes de la diplomatie togolaise durant l’année 2018. Il s’agit pour la diplomatie togolaise d’une occasion d’écriture de soi dans une perspective rétrospective. Cet éditorial met en exergue dans une démarche synthétique deux moments clés de l’action diplomatique du Togo en 2018 et les perspectives pour cette nouvelle année…. ”

La suite à lire dans le magazine disponible en téléchargement : Cliquez-ici

Le Togo et le Maroc annoncent l’exemption de visas diplomatique et de service

COMMUNIQUE SANCTIONNANT LA VISITE A MARRAKECH AU MAROC

​1- A l’invitation de S.E.M. Nasser BOURITA, Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, en marge de la 5e Conférence ministérielle Euro-Afrique sur la Migration et le Développement, S.E. Pr. Robert DUSSEY, Ministre des Affaires Etrangères de la Coopération et de l’intégration Africaine a effectué une visite de travail à Marrakech le 02 mai 2018.

2- Au cours de cette visite les chefs de la diplomatie togolaise et marocaine ont procédé à des échanges de vue sur des questions d’intérêt commun d’ordre bilatéral et international.

3- Abordant les questions d’ordre bilatéral, les deux Ministres se sont félicités de l’excellence des relations d’amitié et de coopération qui unissent les deux pays et se sont engagés à œuvrer à leur renforcement.
A cet égard, ils ont procédé à la signature d’un accord d’exemption de visas pour les détenteurs de passeport diplomatique, de service ou spécial.

4- Examinant les questions d’ordre international, les Ministres DUSSEY et BOURITA ont passé en revue les questions de la migration, du radicalisme et d’extrémisme violents, de piraterie maritime et ont exprimé leurs vives préoccupations face à la recrudescence de ces différents actes.
Ils ont ainsi réaffirmé leur ferme détermination à combattre le terrorisme et la criminalité transfrontalière organisée et appelé à la mutualisation des efforts et à la poursuite de la coopération internationale pour venir à bout de ces fléaux.

5- Les deux ministres ont convenu de la visite officielle qu’effectuera le Ministre BOURITA à Lomé dans les semaines à venir.

Fait à Marrakech le 02 Mai 2018.

Le départ d’un grand ami du Togo

Nicolas Berlanga-Martinez, l’ambassadeur européen au Togo arrive en fin de mission. Un séjour mis à profit pour profondément ancrer la relation entre l’UE et le Togo en matière d’aide au développement, de renforcement de la bonne gouvernance ou de lutte contre les changements climatiques.

Le diplomate espagnol a milité au sein des instances européennes pour que le Togo bénéficie d’un appui conséquent dans le cadre du XIe FED.

‘Nous sommes confiants quant à l’avenir de nos relations avec l’Union Européenne au regard des jalons solides que vous avez eus à poser au cours de ces dernières années’, a déclaré mardi soir le ministre des Affaires étrangères Robert Dussey lors d’un dîner en l’honneur de M. Berlanga-Martinez.

M. Dussey a qualifié le représentant européen de ‘grand ami du Togo’. Il a salué sa prestance et son dynamisme.

‘Vous quittez donc le Togo la tête haute au regard des réalisations spectaculaires que vous laissez derrière vous’, a déclaré le chef de la diplomatie togolaise.

 

Source: republiqueoftogo.com

Robert Dussey représente le chef de l’Etat à Téhéran

Le président iranien Hassan Rohani, réélu avec 57 % des voix (plus de 23 millions de votes en sa faveur) à l’élection présidentielle du 19 mai dernier, a reçu jeudi la bénédiction de l’ayatollah Khamenei le ‘guide suprême’.

La cérémonie d’investiture a eu lieu dans la Husseiniyeh de l’imam Khomeini à Téhéran.

M. Rohani a prêté serment samedi en fin de journée devant le Parlement lors d’une cérémonie à laquelle l’Iran a invité des dirigeants étrangers.

Le Togo était représenté par le ministre des Affaires étrangères, Robert Dussey.

Ce dernier a été reçu ce matin par son homologue Mohammad Javad Zarif. Il était porteur d’un message de félicitations du président Faure Gnassingbé à Hassan Rohani pour sa réélection.

Le courrier souligne également la qualité des relations entre Lomé et Téhéran.

La cérémonie d’investiture s’est déroulée à l’Assemblée consultative islamique.

La septième président iranien devrait présenter prochainement son gouvernement dont les ministres doivent obtenir la confiance du Parlement.

Robert Dussey : “Les pays du Commonwealth ont une bonne croissance économique”

Le Togo a fait savoir son intention d’adhérer au Commonwealth. Une information qui surprend de la part de ce pays francophone. Et pourtant il n’est pas le seul. En effet, le Rwanda a rejoint l’organisation de 52 pays en 2009, 14 ans après le Mozambique, pays lusophone. Explications et éclairage avec le Ministre togolais des affaires étrangères Robert Dussey. Il répond aux questions de Fréjus Quenum.

Source : DeutscheWelle

Robert Dussey appelle les togolais à s’approprier les “valeurs cardinales de la Francophonie”

Robert Dussey, ministre togolais des affaires étrangères a invité ses concitoyens à s’approprier les “valeurs cardinales de la Francophonie”, déclaration faite à l’occasion de la célébration lundi, de la Journée internationale de la Francophonie.

La Journée internationale de la Francophonie est une journée dédiée à la langue française qui unit 200 millions de locuteurs dans le monde.

Cette année, la célébration est placée sous le thème : “J’aime, je partage”. Au Togo, les manifestations organisées par le Bureau Régional de l’Afrique de l’Ouest (BRAO) de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), ont été présidées par le ministre des affaires étrangères.

S’appuyant sur le thème de cette célébration, M. Dussey s’est interrogé : “Pourquoi aimer, pourquoi partager ?”.

“A la vérité, comme le dit Saint Augustin : personne ne vit sans aimer et Albert Camus ajoute je connais qu’un seul devoir, et c’est celui d’aimer. Oui nous aimons notre langue, nous aimons notre francophonie. Nous voulons la partager, car partager signifie action conjointe avec quelqu’un et ainsi prendre part à quelque chose (ici le plaisir) en même temps que d’autres”, a souligné M. Dussey.

Au-delà des festivités, a-t-il précisé “la célébration de cette Journée nous exhorte à nous approprier et à diffuser les valeurs cardinales de la Francophonie qui sont entre autres l’amour, le partage, la solidarité, la tolérance, la promotion et la consolidation de la paix, de la démocratie et de l’Etat de droit”.

Le ministre a apprécié à sa juste valeur l’accompagnement que l’OIF a toujours su apporter au Togo à travers “des interventions multiformes pour le développement harmonieux” de la population togolaise.

Le chef de la diplomatie togolais a adressé à Mme Michaëlle Jean (Secrétaire générale de le Francophonie), “toutes les félicitations du peuple et du gouvernement togolais pour les efforts inlassables qu’elle ne cesse de déployer pour une plus grande affirmation de la Francophonie dans un monde en perpétuel changement”. FIN

Edem Etonam EKUE

Source : www.savoirnews.net

COMMUNIQUÉ DE PRESSE : Entretien entre le SG de l’ONU et le Ministre des Affaires Etrangères du Togo

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Son Excellence Prof. Robert DUSSEY, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération et de l’Intégration Africaine, a été reçu en audience à New York, ce 1er mars 2017, par Son Excellence Monsieur Antonio GUTERRES, Secrétaire général des Nations Unies.

Avant toute chose, le Ministre DUSSEY, saisissant l’occasion de leur première rencontre officielle, a tenu à présenter, au nom du Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE, ses félicitations à Monsieur GUTERRES pour sa brillante élection au poste de Secrétaire général des Nations Unies et à saluer par ailleurs l’engagement et le leadership dont il fait déjà preuve pour insuffler une nouvelle dynamique au Système des Nations Unies face aux multiples défis mondiaux, en particulier ceux auxquels l’Afrique reste confrontée.

En effet, au cours leur entretien, les deux Personnalités ont abordé diverses questions d’intérêt international liées notamment à la paix et à la sécurité internationales, à la sécurité et la sûreté maritimes et à la mise en œuvre des Objectifs de développement durables à l’horizon 2030, y compris d’autres questions d’actualités.

Abordant la question de la paix et de la sécurité internationales, le Secrétaire général, qui s’est dit déterminé à relever les défis sécuritaires liés aux conflits armés et aux actes terroristes, s’est félicité de la participation active du Togo aux différentes initiatives internationales, en tant que l’un des principaux contributeurs de troupes aux opérations de maintien de la paix.  A cet égard, le Ministre a annoncé la décision du Gouvernement d’augmenter le nombre des soldats togolais dans les opérations de maintien de la paix et réitéré l’engagement résolu du Togo à soutenir toute action visant à garantir un monde plus sûr et épris de paix. Monsieur GUTERRES et le Ministre DUSSEY ont conclu leurs échanges sur cette question en se déclarant profondément préoccupés par la situation sécuritaire et humanitaire qui prévaut notamment au Soudan du Sud, en Libye, en République Centrafricaine, en RDC, au nord du Mali, au Burkina Faso, en Syrie, au Yémen et dans d’autres régions.

Sur la question de la sécurité et de la sûreté maritimes, le Secrétaire général s’est réjoui de la tenue à Lomé, en octobre 2016, du Sommet de l’Union Africaine qui a abouti à l’adoption de la Charte sur la sécurité et la sûreté maritimes et le développement en Afrique. A ce titre, le Ministre DUSSEY a salué l’appui apporté par les Nations Unies à cette initiative et a sollicité le concours du Secrétaire général en vue d’accélérer le processus d’appropriation de cette Charte par l’ONU comme un instrument juridique international qui contribue à faire de l’océan un facteur de développement économique. Il a également salué l’initiative des Nations Unies d’organiser à New York, en juin prochain, une Conférence de haut niveau sur les océans et a assuré de l’intérêt que le Gouvernement togolais attache à cette rencontre.

S’agissant de la mise en œuvre des ODD, ils n’ont pas manqué de saluer l’adoption, en septembre 2015, de l’Agenda de développement durable à l’horizon 2030 qui se veut un programme complet, ambitieux et multidimensionnel. Le Prof. DUSSEY a saisi cette occasion pour exprimer la satisfaction du Gouvernement togolais sur l’excellence des relations de coopération et de partenariat qui existent si heureusement entre le Togo et le Système des Nations Unies dans le processus de réalisation de ce programme, tout en se réjouissant du choix du Togo comme l’un des deux pays pilotes dans le processus de mise en œuvre des ODD à travers, entre autres, le Plan national de développement durable (PNDD) et le Programme d’urgence de développement communautaire (PUDC) .

A cet égard, le Secrétaire général a félicité le Togo pour avoir été l’un des 22 pays volontaires à présenter, en 2016, leur rapport national sur la mise en œuvre des ODD au cours du Forum politique inaugural de haut niveau pour le développement durable ainsi que pour son engagement à se prêter au même exercice au cours du Forum de cette année afin partager ses expériences avec les autres Etats.  

Enfin, les deux haut Responsables se sont engagés à poursuivre les consultations afin d’assurer le soutien continu des Nations Unies aux différents projets initiés par le Gouvernement togolais en vue d’éliminer la pauvreté sous toutes ses formes et d’accélérer la croissance économique et le développement inclusif afin de ne laisser personne pour compte.
A l’issue de l’entretien, le Prof. DUSSEY a invité Monsieur GUTERRES à effectuer une visite officielle au Togo dès que son agenda le lui permet.

L’excellence récompensée au Ministère des Affaires Étrangères, de la Coopération et de l’Intégration Africaine

Le ministère des Affaires étrangères décerne chaque année ses Prix d’excellence aux fonctionnaires qui se sont distingués pendant l’année par leur professionnalisme, leur connaissance des dossiers ou leur efficacité.

Une façon de motiver le personnel pour tendre vers une diplomatie encore plus performante.

L’une des récompenses a été attribuée à l’ambassadeur Michel Dagoh, l’un des artisans de la réussite du sommet de l’Union africaine sur la sécurité maritime.

Pour les hautes autorités de la diplomatie togolaise, il s’agit de motiver, d’encourager et de récompenser ceux qui ont contribué au rayonnement du Togo par la qualité de leur travail.

Sur initiative du Président de la République, SEM Faure Essozimna GNASSINGBE, le ministère des affaires étrangères, de la coopération et de l’intégration africaine décerne chaque année des PRIX D’EXCELLENCE aux membres de son personnel. Il s’agit de motiver, d’encourager et de récompenser ceux qui ont contribué au rayonnement du Togo par la qualité de leur travail.

Aussi, la principale communication lors de la cérémonie avait pour thème :  « POUR UN ENGAGEMENT PATRIOTIQUE ET CIVIQUE MIEUX AFFIRME EN VUE D’UNE PRESENCE PLUS ACTIVE ET FRUCTUEUSE DU TOGO SUR LA SCENE INTERNATIONALE »

A cette 3ème édition, quatre prix ont été décerné à savoir :
  1. LE PRIX DU PERSONNEL (M. Joseph PATCHASSIDO )
  2. LE PRIX DE LA MEILLEURE SECRETAIRE (Mme Cathérine ASSIMA)
  3. LE PRIX DE L’EXCELLENCE (M. Abdoul SOULEY)
  4. LE PRIX DU MEILLEUR COACH (M. Michel DAGOH)
Cette initiative a été unanimement saluée par tout le personnel du ministère. Robert Dussey, le chef de la diplomatie, s’est félicité de l’engagement renouvelé de tout le personnel.

Entretien Robert Dussey/ Ki-Tack Lim ce 21.03.2016 à Londres, le sommet de Lomé sur la sécurité maritime au centre des discussions

Le ministre togolais des affaires étrangères M.Robert Dussey en visite à Londres (Royaume-Uni), s’est entretenu ce lundi avec le secrétaire général de l’Organisation Maritime Internationale (OMI), M. Ki-Tack LIM.

Principal sujet au menu de cet entretien : la coopération multilatérale et le prochain sommet de l’Union africaine sur la sécurité maritime et le développement en Afrique, prévu le 15 octobre à Lomé.

Le chef de la diplomatie togolaise a expliqué tout le processus ayant conduit au prochain sommet, les thèmes qui seront abordés, les enjeux ainsi que la nécessité de la signature et l’adoption de la Charte de Lomé sur la sécurité et la sûreté maritimes.

L’OMI qui soutien le Togo dans l’organisation du sommet de Lomé a félicité le président Faure Gnassingbé pour cette initiative continentale, a souligné M. Ki-Tack LIM.

Initialement prévue pour novembre dernier, cette grande rencontre avait été reportée, en raison du retard accusé dans les travaux de rénovation de l’Hôtel 2 Février, devant abriter les assises.

Plus de 4.500 invités sont attendus au sommet de Lomé qui a pour objectif de définir une stratégie commune de lutte contre l’insécurité maritime en Afrique et promouvoir l’économie bleue marine.

Par ailleurs, M. Dussey a également échangé avec M. Claude Grunitzky qui lui a présenté la vision de la nouvelle fondation dénommée +Togo Futur+ que les 7 lauréats de l’initiative +Réussites Diaspora ont créée. ont créée dans le but de rétablir la confiance entre les membres de la Diaspora où qu’ils soient dans le monde d’une part, et de fédérer leurs efforts pour la réalisation des projets “Tokten” d’autre part.

Le chef de la diplomatie togolaise a invité la Diaspora togolaise à régulièrement consulter le site officiel du Ministère des Affaires Etrangères afin de pouvoir recueillir plus d’informations auprès de la Direction des Togolais de l’Extérieur pour leur implantation au Togo.

Initiative novatrice du ministère des affaires étrangères, de la coopération et de l’intégration africaine en vue d’honorer les talents des togolais vivant à travers le monde, la semaine “Réussites Diaspora”, s’est déroulée à Lomé en janvier dernier.

Au total sept lauréats sur les 130 candidatures ont été primés. Parmi ces lauréats, M. Claude Grunitzky.

Source : savoirnews.net

Sécurité maritime et business à Berlin (Africa meets Business)

Le ministre des Affaires étrangères Robert Dussey achève mercredi une visite de 48h à Berlin. Un déplacement qui intervient à quelques semaines du ‘Printemps de la coopération’ Togo-Allemagne à Lomé et à sept mois de la conférence internationale sur la sécurité maritime.

M. Dussey a rencontré le secrétaire d’Etat parlementaire à la Défense, Markus Grubel, pour évoquer la tenue du sommet de Lomé qui est organisé en partenariat avec l’Union africaine.

‘L’Allemagne se réjouit de l’initiative prise par l’Etat togolais d’abriter une telle rencontre et félicite le Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé, pour son rôle de leadership sur les questions liées à la sécurité et la sureté maritimes. Elle s’engage donc aux côtés du Togo pour la réussite de cette importante rencontre’, a déclaré l’officiel allemand à l’issue de la discussion.

Sur le plan des échanges économiques, le chef de la diplomatie togolaise a participé au Bundestag à la conférence ‘Africa meets Business’, organisée par les parlementaires du CDU-CSU. Une réunion qui attire chaque année plus de 500 représentants des plus importantes sociétés allemandes.

L’occasion pour Robert Dussey de vanter les atouts du marché togolais et sa position géographique qui en fait une porte d’entrée naturelle vers les pays de la sous-région. Ce que n’a pas démenti Gerd Müller, le ministre allemand de la Coopération économique et du Développement qui participait au forum.

M. Müller, qui était début janvier dans la capitale togolaise, a pu évaluer les progrès réalisés par le Togo.

Le ministre togolais a invité le secteur privé à faire le déplacement de Lomé pour assister au ‘Printemps de la Coopération’ (3-6 avril 2016).