Communiqué de presse : visite de Mme Béatrice Atallah au Togo

Dans le cadre des préparatifs de l’organisation de la 33ème Conférence ministérielle de la Francophonie qui se tiendra à Lomé du 24 au 26 novembre 2017 sur le thème « Les économies nouvelles : économie bleue et économie verte, nouveaux moteurs de croissance, d’inclusion sociale et de développement durable », Son Excellence Madame Béatrice ATALLAH, Ministre des Affaires Etrangères de la République de Madagascar, Présidente de la Conférence Ministérielle de la Francophonie a effectué du 11 au 13 juin 2017, une visite officielle de travail au Togo en vue de s’enquérir de l’avancement du processus entrepris pour la réussite de cet événement.

Au cours de son séjour, Son Excellence Madame Béatrice ATALLAH a eu une rencontre d’échanges avec le Comité d’organisation de la conférence sur les modalités pratiques et l’état d’avancement des préparatifs. A l’issue de cette rencontre, Madame ATALLAH a félicité le Comité pour le travail abattu et salué les efforts consentis par le Gouvernement togolais à ce sujet. Aussi a-t-elle appelé les parties prenantes à mutualiser leur énergie en vue de la réussite de ladite conférence pour le développement des économies nouvelles.

Lire le communiqué de presse

Francophonie : Lomé se prépare pour accueillir la 33e Session de la Conférence des Ministres

Lomé accueillera du 24 au 26 novembre prochains la conférence ministérielle de la Francophonie.

450 participants issus de 87 pays sont attendus à cette rencontre prélude au sommet de 2018 en Arménie. Le thème de la rencontre est : ‘Les économies nouvelles : économie bleue et économie verte, nouveaux moteurs de croissance, d’inclusion sociale et de développement durable’. La présidente en exercice de la conférence des ministres, Béatrice Atallah, le chef de la diplomatie malgache, est arrivée lundi au Togo pour une courte visite destinée à s’assurer de l’avancée des préparatifs.

Beatrice Atallah & Robert Dussey à Lomé ce 12/06/2017

Elle s’est entretenue avec Robert Dussey, le ministre des Affaires étrangères togolais. Mme Atallah a profité de sa visite pour évoquer le renforcement de la coopération politique et économique entre Antananarivo et Lomé.

Un séance de travail dans la salle de conférence de conférence qui abritera la 33e Session de la conférence ministérielle a eu lieu cet après-midi avec la délégation de la Francophonie.

Organisation de la CMF 2017 : Accord d’entente entre le Togo et l’OIF

COMMUNIQUE DE PRESSE
SANCTIONNANT LA  VISITE A LOME D’UNE DELEGATION DE L’ORGANISATION INTERNATIONALE DE LA FRANCOPHONIE  (OIF), DANS LE CADRE
DE  L’ORGANISATION PROCHAINE DE LA 33ème CONFERENCE MINISTERIELLE DE LA FRANCOPHONIE (CMF) A LOME
Dans le cadre des préparatifs de l’organisation de la 33ème Conférence ministérielle de la Francophonie (CMF), prévue à Lomé du 24 au 26 novembre 2017, une délégation de l’OIF conduite par l’Ambassadeur Jacques BILODEAU, Conseiller spécial de Mme la Secrétaire générale de la Francophonie, a séjourné à Lomé du 25 au 28 avril 2017.

Lors de cette visite, la délégation a eu des séances de travail avec le Comité national d’organisation et  visité le Centre de Conférence ainsi que plusieurs hôtels pouvant être retenus pour héberger les 450 participants attendus.

Le séjour a été sanctionné, le vendredi 28 avril 2017, par la signature d’un Protocole d’entente entre le Gouvernement de la République Togolaise, représenté par S.E. Prof. Robert DUSSEY, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération et de l’Intégration Africaine et l’OIF représentée par l’Ambassadeur Jacques BILODEAU.

Le Protocole d’entente définit les modalités pratiques d’organisation de la 33ème CMF.

La Conférence réunira du 25 au 26 novembre 2017 tous les ministres des affaires étrangères de la Francophonie des 87 pays membres, membres associés et observateurs autour du thème : « Les économies nouvelles : économie bleue et économie verte, nouveaux moteurs de croissance, d’inclusion sociale et de développement durable ». Elle sera précédée, le 24 novembre 2017, par la session du Conseil permanent de la francophonie (CPF).

Cette rencontre débouchera sur d’importantes décisions devant amener l’OIF à soutenir, entre autres, ses membres dans la mobilisation des financements en vue de développer les économies nouvelles.

Par ailleurs, l’organisation de ce grand rendez-vous constitue une preuve supplémentaire du rayonnement diplomatique du Togo sur la scène internationale

Fait à Lomé, le 28 avril 2017

Robert Dussey appelle les togolais à s’approprier les “valeurs cardinales de la Francophonie”

Robert Dussey, ministre togolais des affaires étrangères a invité ses concitoyens à s’approprier les “valeurs cardinales de la Francophonie”, déclaration faite à l’occasion de la célébration lundi, de la Journée internationale de la Francophonie.

La Journée internationale de la Francophonie est une journée dédiée à la langue française qui unit 200 millions de locuteurs dans le monde.

Cette année, la célébration est placée sous le thème : “J’aime, je partage”. Au Togo, les manifestations organisées par le Bureau Régional de l’Afrique de l’Ouest (BRAO) de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), ont été présidées par le ministre des affaires étrangères.

S’appuyant sur le thème de cette célébration, M. Dussey s’est interrogé : “Pourquoi aimer, pourquoi partager ?”.

“A la vérité, comme le dit Saint Augustin : personne ne vit sans aimer et Albert Camus ajoute je connais qu’un seul devoir, et c’est celui d’aimer. Oui nous aimons notre langue, nous aimons notre francophonie. Nous voulons la partager, car partager signifie action conjointe avec quelqu’un et ainsi prendre part à quelque chose (ici le plaisir) en même temps que d’autres”, a souligné M. Dussey.

Au-delà des festivités, a-t-il précisé “la célébration de cette Journée nous exhorte à nous approprier et à diffuser les valeurs cardinales de la Francophonie qui sont entre autres l’amour, le partage, la solidarité, la tolérance, la promotion et la consolidation de la paix, de la démocratie et de l’Etat de droit”.

Le ministre a apprécié à sa juste valeur l’accompagnement que l’OIF a toujours su apporter au Togo à travers “des interventions multiformes pour le développement harmonieux” de la population togolaise.

Le chef de la diplomatie togolais a adressé à Mme Michaëlle Jean (Secrétaire générale de le Francophonie), “toutes les félicitations du peuple et du gouvernement togolais pour les efforts inlassables qu’elle ne cesse de déployer pour une plus grande affirmation de la Francophonie dans un monde en perpétuel changement”. FIN

Edem Etonam EKUE

Source : www.savoirnews.net

Interview : Robert Dussey explique le choix du Togo pour accueillir la CMF 2017.

Les vingt chefs d’Etat et de gouvernement présents au sommet de la Francophonie dimanche à Madagascar ont désigné l’Arménie comme pays hôte du prochain sommet qui aura lieu en 2018. 

Ils ont également annoncé que la prochaine Conférence ministérielle de la Francophonie (CMF) se déroulerait en novembre 2017 à Lomé sur proposition des autorités togolaises.

La CMF se réunit chaque année afin d’assurer la continuité politique du sommet. Les Etats et gouvernements membres ou observateurs de l’OIF y sont représentés par leur ministre des Affaires étrangères ou le ministre chargé de la Francophonie.

Cette réunion ne présente que des avantages explique Robert Dussey, le chef de la diplomatie togolaise, dans l’entretien qui suit. Le Togo bénéficiera de retombées diplomatiques, d’une exposition dans les médias étrangers et de davantage de crédibilité auprès des investisseurs.

Republicoftogo.com :  Pourquoi le Togo tient-il à accueillir cette session ?   

Robert Dussey : Depuis son adhésion à l’Organisation Internationale de la Francophonie en 1970, le Togo n’a jamais eu le privilège d’accueillir une rencontre importante de cette organisation. C’est donc une première. 

Republicoftogo.com :  Les thématiques de la rencontre sont-elles déjà fixées ?

Robert Dussey :  La 33e session de la CMF portera sur l’économie bleue, qui a un lien intrinsèque avec le sommet extraordinaire de l’Union Africaine sur la sécurité et le développement en Afrique qui s’est tenu en octobre dernier au Togo et qui a consacré la Charte de Lomé. Le gouvernement togolais, en collaboration avec les instances de l’OIF, s’inspirera du contenu  de ce document pour répondre à l’enjeu crucial du développement des Etats membres de l’OIF à travers l’économie bleue.

Republicoftogo.com : Votre pays a-t-il les capacités logistiques pour organiser une telle rencontre ?

Robert Dussey :  Bien sûr. Le pays dispose des moyens logistiques, des infrastructures hôtelières et technologiques. En outre, la sécurité des participants est garantie. Regardez comment s’est déroulé le récent sommet de l’UA. Tout a été exemplaire, vraiment une grande réussite.

Republicoftogo.com : Quels bénéfices le Togo pourra-t-il en tirer ?

Robert Dussey : Bénéfices en terme diplomatique et d’image d’abord et confiance des partenaires dans le choix d’investir au Togo. 

Robert Dussey a représenté le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé au XVIe Sommet de la Francophonie

Le 16e sommet de la Francophonie s’est ouvert samedi à Antananarivo, la capitale malgache. Le président Faure Gnassingbé est représenté par son ministre des Affaires étrangères, de la Coopération et de l’Intégration Africaine Robert Dussey.

Les participants devraient discuter des questions de maintien de la paix et de lutte contre le terrorisme. Dans son discours d’ouverture, le président de Madagascar a notamment appelé la Francophonie à multiplier les initiatives pour un monde plus juste.

Les vagues migratoires en provenance d’Afrique auxquelles nous assistons actuellement exigent des réponses politiques inclusives, a-t-il ajouté. Le président français François Hollande a appelé à renforcer la coopération contre la radicalisation islamiste au sein de l’espace francophone

Après la passation de pouvoirs entre le Sénégal et Madagascar à la tête de l’OIF, les délégations devaient se réunir pour des travaux en plénière jusqu’à dimanche.  

Le large thème de ce sommet – Croissance partagée, développement responsable et conditions de stabilité du monde et de l’espace francophone – devrait laisser la place aux sujets d’actualité, à commencer par la lutte contre le terrorisme.

L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) regroupe 54 Etats membres, 23 observateurs et 3 membres dits associés dont beaucoup ne sont pas francophones. 

Selon l’OIF, près de 274 millions de personnes peuvent être définies comme francophones de façon certaine, dans le monde. 

Une déclaration doit être signée dimanche pour clôturer ce sommet biennal.

Quinzaine de la Francophonie : Lancement des activités au Togo

Les activités inscrites au programme de la quinzaine de la francophonie au Togo ont été lancées mercredi à Lomé par le ministre des affaires étrangères, de la coopération et de l’intégration africaine, Robert Dussey en présence du Directeur du Bureau Régional de la Francophonie pour l’Afrique de l’Ouest Tharcisse URAYENEZA.

En effet, c’est le 20 mars prochain que la communauté francophone du monde célèbre la journée mondiale de la francophonie. Il s’agit d’une tradition instaurée par l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) qui offre chaque année l’occasion à tous les pays membres de célébrer la semaine de la Francophonie, la quinzaine de la Francophonie ou encore le mois de la Francophonie pour d’autres.
Lançant les activités de cette édition, Robert Dussey a salué la réussite de la célébration de l’année dernière qui a porté sur le thème « Jeunesse, environnement et climat » avec pour slogan « j’ai à cœur ma Planète ». Le ministre relève que ce thème et son slogan ont porté leurs fruits car les dirigeants du monde ont pris à cœur les problèmes et le péril qui menacent la planète Terre lors de la COP 21 tenue à Paris en décembre dernier.
« A ce rendez-vous mondial, beaucoup d’engagements ont été pris notamment l’élaboration de la Convention-cadre sur les changements climatiques qui sera signée à New York, le 22 avril 2016. Le Togo s’est résolument inscrit dans cette dynamique dès lors que le Gouvernement, la société civile et la communauté scientifique s’y emploient », a déclaré M. Dussey.
Cette année, le thème retenu est : « le pouvoir des mots ». Le ministre a fait remarquer que parler, c’est faire des choses avec les mots et fait remarquer que les mots engagent la responsabilité de leurs usagers et, deviennent pour cette raison, le ciment du lien social.
« L’interaction sociale et politique est médiatisée par le langage, par l’usage des mots… En Afrique, continent de l’oralité par excellence, les mots ont de la valeur et du pouvoir lorsqu’ils sont prononcés par les « maîtres de la parole », les maîtres de culte et d’initiation, les rois, les reines mères, et les prêtres. Ils font vibrer les cœurs, émeuvent, galvanisent et appellent à l’action », a déclaré le professeur Dussey.
Plusieurs activités sont inscrites au programme. Il s’agit des concours d’orthographe en français et en braille ; du concours de scrabble ; du concours de joutes verbales ; de la Formation des formateurs chargés de l’alphabétisation fonctionnelle des femmes ; des Cafés littéraires ; des Conférences-débats sur le développement durable ; des spectacles ; des foires du livre, etc.

Source : TogobreakingNews.com

Agriculture, innovation et énergie, les priorités de l’Allemagne

Le ministre allemand de la Coopération économique et du Développement, Gerd Müller, s’est félicité lundi de la coopération entre l’Allemagne et le Togo, à l’issue d’un entretien avec le chef de la diplomatie togolaise Robert Dussey.

Un mémorandum a été signé afin de renforcer les relations bilatérales.

Berlin continuera à soutenir le Togo dans plusieurs programmes de développement axés principalement sur la formation professionnelle, la décentralisation et le développement rural.

Des négociations devraient s’ouvrir prochainement pour la signature d’un nouveau cadre de coopération pour les 2 prochaines années.

Gerd Müller a annoncé l’ouverture d’un centre d’innovation verte au Togo pour la formation dans le secteur agricole et rural. L’Allemagne apportera également son expertise pour le développement des énergies vertes.

L’Allemagne envisage aussi un renforcement de la coopération au plan scientifique et souhaite développer la formation professionnelle en milieu rural.

M. Müller entend également étendre l’action en direction de la Diaspora togolaise. ‘Avec l’Ambassadeur togolais à Berlin, nous nous sommes mis d’accord pour développer les échanges entre les Togolais résidant en Allemagne et leurs compatriotes vivant au pays ’, a-t-il indiqué.

Le ministre a souligné que cette visite au Togo était l’occasion d’exprimer de vive voix aux autorités les félicitations du gouvernement fédéral allemand pour les progrès réalisés en matière de réformes économiques et financières. ‘Les Togolais ont crée un contexte propice à l’investissement étranger’, a-t-il souligné.

Gerd Müller a enfin salué le rôle joué par le Togo dans la préservation de la paix en Afrique.

[Interview] Robert Dussey : « Si le chômage des jeunes perdure, on court à la catastrophe »

Créer des emplois et améliorer les conditions de vie de la population? Le gouvernement est dans les starting-blocks, comme l’explique le ministre des Affaires étrangères.

Professeur de philosophie devenu conseiller diplomatique du président togolais, Robert Dussey (43 ans) dirige le portefeuille des Affaires étrangères, de la Coopération et de l’Intégration africaine depuis septembre 2013. A peine rentré du sommet sur la migration de La Valette (Malte), il prépare celui sur la sécurité et la sureté maritimes, qui doit se tenir à Lomé en mars 2016.

PART-1JEUNE AFRIQUE: Selon la feuille de route du gouvernement, le quinquennat qui s’ouvre sera très social. Comment votre ministère compte-t-il y prendre part?

ROBERT DUSSEY: Ces dernières années, nous avons mis l’accent sur les réformes et sur la construction des infrastructures, mais nous sommes conscients qu’il n’y a pas que cela. La hausse de la croissance, dont le taux pourrait atteindre 6,6 % du PIB en 2016, ne se ressent pas encore sur le pouvoir d’achat des ménages. Ces prochaines années, nous souhaitons donc améliorer la vie des Togolais, leur apporter l’eau et l’électricité, faire en sorte que chacun puisse manger à sa faim… Nous espérons aussi pouvoir doter Lomé d’un centre hospitalier digne de ce nom et améliorer la couverture hospitalière du pays.

 

Comment la diaspora peut- elle mieux contribuer au développement du pays? Et quels sont les objectifs de « Réussite Diaspora »?

Sur 6 millions de Togolais, environ 2 millions vivent à l’étranger – 1,5 million en Afrique et 500 000 sur d’autres continents. Parmi eux, certains ont en effet des compétences dont notre pays pourrait bénéficier. Nous avons donc lancé un appel à candidatures pour qu’ils se manifestent. Un jury indépendant va sélectionner les meilleurs profils dans six catégories. Les candidats retenus seront présentés lors de la semaine de la diaspora, du 10 au 17 janvier. Dans le cadre d’un dispositif de co-développement, pour lequel nous avons le soutien du PNUD, de la Banque africaine de développement et de l’Union européenne, ceux qui voudront rentrer au Togo afin de monter un projet pourront bénéficier d’un financement pour faciliter leur retour et leur installation.

Le Togo s’apprête à accueillir un sommet sur la sécurité et la sûreté maritimes. Quels en sont les enjeux?

Le Président Faure Gnassingbé s’est engagé pour la réussite de ce sommet, qui se tiendra en mars. Tout est fin prêt et, dans les jours qui viennent, nous en connaîtrons la date exacte. Cinq sujets seront abordés: la piraterie; la traite des êtres humains, qui touche aussi à la question des migrants; la pêche illégale; la pollution marine; ainsi que la contribution de la mer au développement du continent.

Nous mettrons un accent particulier sur la migration. En six mois, plus de 1780 Africains sont morts en Méditerranée… Mi-novembre, lors du sommet de La Valette sur la migration, nous avons plaidé pour que les Africains qui prennent des risques sur les océans en quête d’un avenir meilleur en EuroPART-2pe soient mieux traités. Pendant des siècles, ce sont les Européens qui ont émigré le mouvement s’est aujourd’hui inversé. La migration ne devrait pas être traitée comme un problème. Duns notre perception, elle n’est pas négative.


Estimez-vous que les dirigeants africains offrent à leurs jeunes un avenir suffisamment Intéressant pour les dissuader de quitter leur pays?

Ils font en général d’importants efforts pour retenir les jeunes, qui représentent la moitié de la population de la plupart de nos pays. Au Togo, nous savons qu’il est urgent de résoudre la question de leur employabilité, de trouver une meilleure adéquation entre formation et emploi, de faciliter la création de PMB pourvoyeuses d’emplois, sinon nous ne pourrons pas les empêcher de vouloir partir. Et si le chômage des jeunes devait perdurer, alors nous irions vers une catastrophe. Regardez les rangs de Boko Haram et des Shebab: ils recrutent parmi les jeunes qui n’ont pas de travail… je pense que nos dirigeants en sont conscients et font ce qu’ils peuvent dans un contexte économique qui ne nous est pas toujours favorable.

 

Propos recueillis par GEORGES DOUGUELI
Article Publié dans Jeune Afrique du 29 nov au 5 déc 2015

Lomé pourrait accueillir le sommet de la Francophonie

Le ministre des Affaires étrangères Robert Dussey a participé du 9 au 11 octobre à Erevan (Arménie) à la Conférence ministérielle de la Francophonie (CMF).

Outre les questions d’actualité relatives a la situation politique au sein de l’Espace francophone et a l’économie mondiale, les travaux ont porte sur les changements climatiques, la question des flux migratoires et la mobilisation des jeunes.

M. Dussey a exposé les engagements mis en oeuvre par son pays concernant la stratégie économique pour la Francophonie destinée à accroitre les capacités de négociation des Etats membres et leur influence dans les instances internationales.

Lors des travaux, le chef de la diplomatie a annoncé que la disponibilité du Togo à accueillir en 2017 à Lomé la Conférence ministérielle de la Francophonie et l’année suivante le sommet de l’organisation

En marge de la réunion, Robert Dussey s’est entretenu avec son homologue arménien, Edward Nalbandian, sur les moyens de renforcer la coopération entre Lomé et Erevan avec la mise en place de consultations périodiques.


Source : RepublicofTogo.com

Francophonie : Robert Dussey à Erevan

Le ministre des Affaires étrangères, Robert Dussey, est arrivé samedi à Erevan (Arménie) où il participe du 10 et 11 octobre à la 31e session de la Conférence ministérielle de la Francophonie (CMF).

Outre les questions d’actualité relatives à la situation politique au sein de l’espace francophone et à l’économie mondiale, les travaux porteront notamment sur les enjeux de la prochaine conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (CdP21), la question des flux migratoires et la mobilisation des jeunes dans l’espace francophone.