UN GROUPE D’AMITIE PARLEMENTAIRE ALLAMAGNE-TOGO EST CREE

000AAABUNDES

Le Bundestag (Parlement allemand) a officiellement lancé jeudi soir à Berlin un groupe d’amitié parlementaire Allemagne-Togo en présence du ministre des Affaires étrangères, Robert Dussey, du secrétaire d’Etat aux relations avec le Parlement auprès du ministre de la Coopération économique et du Développement, Thomas Silberhorn et d’une vingtaine de députés.

Le groupe rassemble des élus de tous bords, CDU, SPD, Verts, gauche radicale qui appartiennent au Comité des Affaires étrangères, à celui des droits de l’homme, de la Défense ou de l’Economie.

Les évolutions politiques et démocratiques au Togo ont convaincu les élus allemands de relancer la coopération parlementaire avec Lomé.

A l’origine de cette initiative, Johannes Selle (CDU), membre du Comité de la Coopération au Bundestag.

Republicoftogo.com : Depuis près d’un quart de siècle, plus aucun contact n’existait entre l’Assemblée nationale togolaise et le Bundestag 

Johannes Selle : Depuis 1990 effectivement, il n’y avait plus de relations de travail et d’amitié entre le Bundestag et l’Assemblée nationale du Togo. Vous n’ignorez pas que les deux pays ont connu une période de froid due au déficit démocratique et aux pressions exercées par mon gouvernement et par l’Union européenne. Mais la situation a radicalement changé depuis plusieurs années. Il était donc devenu impératif de relancer cette coopération parlementaire.

Republicoftogo.com : Pour le moment, le groupe d’amitié compte 16 députés. Va-t-il s’élargir ?

Robert Dussey et les députés allemands lors du dîner officiel au Bundestag

Johannes Selle : Oui bien sûr. C’est tout nouveau. Des collègues ont indiqué qu’ils allaient nous rejoindre afin de former un puissant canal de coopération.

Republicoftogo.com : Ce groupe ne va pas se contenter de rassembler des députés, il prévoit toute une série d’initiatives destinées à renforcer la coopération entre les Parlements des deux pays

Johannes Selle : Bien sûr, de la coopération technique, de l’échange d’expérience, de la formation pour nos collègues togolais et, nous l’espérons, un appui financier qui permette à l’Assemblée nationale togolaise de remplir pleinement son rôle avec rigueur et professionnalisme.