Ministre des Affaires EtrangÚres, de l'intégration Africaine et des Togolais de l'Extérieur - Togo
NĂ©gociateur en Chef du Groupe ACP pour le Post-Cotonou 2020 - Professeur de philosophie politique

Prof. Robert Dussey

Ministre des Affaires EtrangÚres, de l'intégration Africaine et des Togolais de l'Extérieur - Togo
NĂ©gociateur en Chef du Groupe ACP pour le Post-Cotonou 2020 - Professeur de philosophie politique​

Interview: Bilan de l’action diplomatique en 2019 avec le Ministre Robert Dussey

Le Ministre des Affaires EtrangĂšres, de l’IntĂ©gration Africaine et des Togolais de l’ExtĂ©rieur  le Prof  Robert DUSSEY se prononce sur les temps forts de l’action diplomatique du Togo en 2019

QUESTION 1 : 

Monsieur le Ministre, bonjour ! Dans quelques jours, nous franchirons le cap d’une nouvelle annĂ©e. A l’heure du bilan, ĂȘtes-vous satisfaits de la contribution de la diplomatie Ă  l’Ɠuvre de construction du Togo et Ă  la marche du monde ? 

REPONSE : Bonjour. Je vous remercie pour cette occasion que vous m’offrez de revenir, sur les faits marquants de l’activitĂ© diplomatique du Togo au cours de l’annĂ©e 2019.

Je dirai que la diplomatie togolaise, sous l’impulsion du Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Faure GNASSINGBE, dont je salue la vision et la clairvoyance, a Ă©tĂ© de tous les rendez-vous aussi bien nationaux qu’internationaux, en vue d’accompagner les efforts du Gouvernement dans sa quĂȘte du mieux-ĂȘtre pour tous les fils et filles de notre pays.

Cependant, dire que j’en suis satisfait serait, faire preuve de suffisance et de minimalisme. L’espoir d’un Togo meilleur et prospĂšre est un combat de tous les jours, un combat sans fin, dans lequel l’autosatisfaction ne saurait ĂȘtre de mise. Je peux cependant, dire que le personnel de mon dĂ©partement, aussi bien Ă  la centrale que dans nos missions diplomatiques et consulaires, a donnĂ© le maximum pour l’atteinte des objectifs que nous nous sommes fixĂ©s en dĂ©but d’annĂ©e. Quant aux rĂ©sultats, je laisse le soin aux Togolaises et Togolais, y compris vous les hommes de mĂ©dias, d’apprĂ©cier.

Photo de famille avec la délégation sud-africaine officielle du Président sud-africain au Togo 

QUESTION 2 : 

Je voudrais, si vous le permettez, qu’on rentre dans le vif du sujet en Ă©voquant une thĂ©matique sur laquelle vous avez Ă©tĂ© trĂšs actif. En dĂ©but d’annĂ©e, votre ministĂšre s’est vu adjoindre  de nouvelles attributions, celles des Togolais de l’extĂ©rieur. Qu’est-ce qui a Ă©tĂ© fait en faveur de la diaspora durant ces 12 mois ?

RĂ©ponse : Il s’agit lĂ  d’une question trĂšs intĂ©ressante dans la mesure oĂč un pan entier des activitĂ©s du MinistĂšre a Ă©tĂ© consacrĂ© cette annĂ©e Ă  la diaspora togolaise.

La diaspora togolaise,  comme celle d’ailleurs, qu’on l’accepte ou pas, est un acteur  devenu incontournable dans le processus de dĂ©veloppement du continent. C’est un fait. Et il est d’ailleurs inutile de rappeler que le montant des transferts qu’elle envoie en Afrique, dĂ©passe de loin l’aide publique au dĂ©veloppement. De plus, le potentiel de ce que cette diaspora peut apporter en termes de compĂ©tence et de rĂ©seaux relationnels est Ă©norme. Les Etats ont donc pris conscience de la place de la diaspora, riche de sa diversitĂ© et de ses intelligences, dans l’effort de dĂ©veloppement et ont dĂšs lors mis en place, ces derniĂšres annĂ©es, des politiques orientĂ©es vers l’intensification de la participation de leurs ressortissants de l’extĂ©rieur aux efforts nationaux de dĂ©veloppement.

Le Togo n’est pas du reste. La volontĂ© du Gouvernement de prendre en compte la diaspora dans le processus de dĂ©veloppement de notre pays ne date pas d’aujourd’hui, comme vous semblez le dire. En effet, depuis 2005, le Gouvernement n’a cessĂ© de multiplier les initiatives Ă  la fois institutionnelles et administratives en faveur des Togolais de l’extĂ©rieur. Sans ĂȘtre exhaustif, on peut noter, pour illustrer :

  • La crĂ©ation par dĂ©cret en 2005 de la Direction des Togolais de l’ExtĂ©rieur au MinistĂšre des Affaires Ă©trangĂšres, chargĂ©e de mettre en Ɠuvre la politique du Gouvernement visant Ă  la protection et la dĂ©fense des intĂ©rĂȘts des Togolais de l’extĂ©rieur ;
  • l’institution du programme diaspora en 2010 portant notamment sur le recours aux compĂ©tences de la diaspora (2010-2014) ;
  • la crĂ©ation en 2014 du comitĂ© interministĂ©riel chargĂ© de la coordination et du suivi des activitĂ©s de migration et dĂ©veloppement ;
  • la mise en place d’une cellule diaspora chargĂ©e d’accompagner les Togolais de l’extĂ©rieur porteurs de projets dans leur mise en Ɠuvre ;
  • la dĂ©signation depuis 2015 de points focaux chargĂ©s de la diaspora dans les missions diplomatiques et consulaires du Togo ;
  • des tournĂ©es de rencontre avec la diaspora entre 2013 et 2014 ;
  • l’organisation des grandes assises de la diaspora en 2014 Ă  LomĂ© ;
  • l’exemption de visa pour les Togolais de l’extĂ©rieur dĂ©tenteurs d’une double nationalitĂ© ;
  • l’organisation de la premiĂšre Ă©dition de la semaine des « RĂ©ussites Diaspora » en 2016.

C’est dans cette lancĂ©e que le Gouvernement a consolidĂ© son engagement vis-Ă -vis de nos compatriotes vivant Ă  l’étranger Ă  travers de nouvelles attributions pour le MinistĂšre des Affaires Ă©trangĂšres, tutelle de cette diaspora, en prenant en compte dans son appellation « les Togolais de l’extĂ©rieur ».

ConformĂ©ment Ă  cette mission, qui en vĂ©ritĂ© n’est pas nouvelle, puisqu’elle s’inscrit dans la continuitĂ© des efforts dĂ©jĂ  entamĂ©s par le gouvernement en faveur de sa diaspora, j’ai lancĂ© le 1er avril 2019 au nom du Gouvernement, la Feuille de route des Togolais de l’extĂ©rieur qui porte sur plusieurs activitĂ©s aux rangs desquels figurent notamment une meilleure organisation de la diaspora togolaise en vue de sa plus adĂ©quate implication dans les efforts de dĂ©veloppement national. Il s’agit de faire de la diaspora un interlocuteur des pouvoirs publics. Or, et tout le monde le sait, notre diaspora est extrĂȘmement divisĂ©e et hĂ©tĂ©roclite, d’oĂč la nĂ©cessitĂ© de mieux l’organiser pour lui donner un visage. Le dĂ©fi Ă©tait grand dans la mesure oĂč il s’agit de crĂ©er et d’instituer une logique d’unitĂ© Ă  partir de la pluralitĂ© caractĂ©ristique de cette diaspora.

Nous avons donc lancĂ© au dĂ©but du mois de juillet le processus de vote en ligne ayant conduit Ă  l’élection de soixante-dix-sept (77) DĂ©lĂ©guĂ©s-pays, membres du Haut Conseil des Togolais de l’ExtĂ©rieur (HCTE) qui est une plateforme consultative et non partisane. Le HCTE se veut un cadre d’échanges et de travail entre le gouvernement et les Togolaises et Togolais de l’extĂ©rieur sur les questions de dĂ©veloppement, de dĂ©fense des droits et des intĂ©rĂȘts de ces derniers.

AprĂšs leur Ă©lection, les 77 DĂ©lĂ©guĂ©s-pays, membres du HCTE se sont rĂ©unis pour la premiĂšre fois Ă  LomĂ© les 28 et 29 novembre 2019 Ă  l’occasion du Forum « HCTE-RĂ©ussites diaspora ».

Les lauréats aux cotés du Ministre Robert Dussey lors de la deuxiÚme édition de la Nuit des Réussites Diaspora

QUESTION 3 :

Justement monsieur le Ministre, que poursuiviez-vous Ă  travers l’organisation du « Forum HCTE- RĂ©ussites diaspora » qui, selon beaucoup d’observateurs, a connu un Ă©clatant succĂšs ?

Réponse : Le « Forum HCTE- Réussites diaspora » répondait à deux objectifs principaux :

PremiĂšrement, il a Ă©tĂ© l’occasion pour le Gouvernement d’entretenir les DĂ©lĂ©guĂ©s-pays sur leurs rĂŽles, leurs missions, leurs responsabilitĂ©s et le cadre juridique de leurs actions, de prĂ©senter la vision de dĂ©veloppement qui sous-tend l’action gouvernementale, d’une part, et de dĂ©finir avec eux, les conditions d’une contribution plus optimale de la diaspora aux efforts de dĂ©veloppement du Togo, d’autre part. A l’issu du forum, les 77 DĂ©lĂ©guĂ©s pays du HCTE ont Ă©tĂ© officiellement installĂ©s dans leurs fonctions Ă  l’occasion d’une cĂ©rĂ©monie officielle prĂ©sidĂ©e par le Premier Ministre, Monsieur Selom KLASSOU, au  nom du PrĂ©sident de la RĂ©publique, Son Excellence Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE. Il faut Ă©galement dire que les membres du HCTE ont pu mettre en place leur bureau, composĂ© d’un PrĂ©sidents et de quatre Vice-PrĂ©sident pour chacune des zones gĂ©ographique (Afrique, AmĂ©rique, Europe et Asie-OcĂ©anie).

DeuxiĂšmement, eu Ă©gard aux rĂ©sultats satisfaisants de la premiĂšre Ă©dition des « RĂ©ussites diaspora, le MinistĂšre des Affaires EtrangĂšres, de l’IntĂ©gration Africaine et des Togolais de l’ExtĂ©rieur a organisĂ© la deuxiĂšme Ă©dition, pour cĂ©lĂ©brer l’excellence togolaise dans le monde.  La Nuit des RĂ©ussites Diaspora a eu lieu le 29 novembre 2019 au cours d’une belle soirĂ©e de gala au Palais de la PrĂ©sidence de la RĂ©publique. Elle a rĂ©vĂ©lĂ© au monde cinq talentueux Togolais de la diaspora dont les rĂ©alisations et inventions ont contribuĂ© Ă  faire avancer l’humanitĂ©. Leurs mĂ©rites Ă©tant reconnus dans leurs pays de rĂ©sidence, leur patrie se fait le devoir de les honorer.

En cĂ©lĂ©brant la rĂ©ussite de ces concitoyens, nous encourageons la culture de l’excellence.

Photo de famille lors de la cĂ©rĂ©monie d’Installation des DĂ©lĂ©guĂ©s Pays du HCTE

QUESTION 4 : 

Un autre sujet d’actualitĂ© et pas des moindres, ce sont les nĂ©gociations entre les ACP et l’UE en vue d’un accord post-Cotonou d’ici 2020. En votre qualitĂ© de nĂ©gociateur en chef du groupe ACP, dites-nous ce qu’il en est ? Un accord est-il possible avant l’échĂ©ance de fĂ©vrier 2020 ?

RĂ©ponse : SignĂ© en 2000 pour une pĂ©riode de 20 ans, l’accord de Cotonou qui rĂ©git actuellement les relations entre les ACP et l’UE expire le 29 fĂ©vrier 2020. Les nĂ©gociations en vue de la conclusion d’un nouveau partenariat ont Ă©tĂ© lancĂ©es le 20 septembre 2018 Ă  New York, en marge de la 73Ăšme session de l’AssemblĂ©e gĂ©nĂ©rale des NU.

Les nĂ©gociations en cours, visent Ă  poser les jalons d’une nouvelle dynamique et d’une nouvelle coopĂ©ration transcendant la coopĂ©ration classique au dĂ©veloppement.

Le partenariat ACP-UE est principalement axĂ© sur l’Ă©radication de la pauvretĂ© et le dĂ©veloppement durable et inclusif des pays ACP et des pays de l’UE. Il couvre trois domaines d’action essentiels: la coopĂ©ration au dĂ©veloppement, le dialogue politique et le commerce.

S’appuyant sur les enseignements tirĂ©s de 44 ans de coopĂ©ration et tirant le meilleur parti du nouveau contexte, le futur accord pourra ouvrir des perspectives sans prĂ©cĂ©dent. En nouant une alliance politique forte, les ACP et ses partenaires seront en mesure de mettre au point des solutions adaptĂ©es aux dĂ©fis propres Ă  chaque rĂ©gion, dont la croissance et la crĂ©ation d’emplois, le dĂ©veloppement humain et la paix, les migrations et les questions de sĂ©curitĂ©. Parmi les dĂ©fis qui se posent actuellement Ă  l’Ă©chelle mondiale, nombreux sont ceux qui requiĂšrent une dĂ©marche concertĂ©e et multilatĂ©rale pour obtenir des rĂ©sultats concrets.

Un an aprÚs le lancement des négociations ACP-UE post 2020, les discussions avancent dans la sérénité.

Le premier dĂ©fi relevĂ© a Ă©tĂ© de trouver un consensus sur le format du futur accord de partenariat. Il sera composĂ© d’un socle commun applicable Ă  tous les Etats membres et de trois piliers rĂ©gionaux qui reflĂ©teront les spĂ©cificitĂ©s et les besoins propres Ă  chacune des rĂ©gions  qui constituent les ACP. C’est dire que l’Afrique, les CaraĂŻbes et les Pacifiques sont appelĂ©s Ă  nĂ©gocier directement leurs protocoles rĂ©gionaux respectifs avec l’UE, Ă  la lumiĂšre de leurs ambitions de dĂ©veloppement. En responsabilisant ainsi les rĂ©gions, le groupe ACP  a la conviction que celles-ci feront un travail de fond efficace.

Toutefois, il devient peu probable que ces nĂ©gociations puissent s’achever avant le 29 fĂ©vrier 2020, date d’expiration de l’Accord en cours. DĂ©jĂ , le 23 mai 2019, le Conseil conjoint des Ministres ACP-UE, mesurant la complexitĂ© de la tĂąche, avait dĂ©lĂ©guĂ© ses pouvoirs au ComitĂ© conjoint des Ambassadeurs en vue d’adopter toutes mesures transitoires requises qui Ă©viteraient une interruption du partenariat ou un vide juridique, au cas oĂč les nĂ©gociations  n’arriveraient pas Ă  terme en temps voulu.

Les discussions sur ces mesures transitoires se poursuivent Ă©galement entre les deux parties. Le moins que l’on puisse dire pour l’instant est que les deux parties s’accordent sur une seule prorogation de l’Accord de Cotonou avec pour date limite le 31 dĂ©cembre 2020. Ce que je peux vous dire, c’est que nous mettons tout en Ɠuvre pour progresser le plus rapidement possible afin que le paraphe du nouvel Accord puisse intervenir au plus tard en fin mars 2020.

De cette façon, nous pourrons disposer de suffisamment de temps pour apprĂȘter le nouvel Accord en vue de sa signature.

Poursuite des nĂ©gociations ACP-UE en vue de la signature de l’accord post-Cotonou 2020

QUESTION 5 :

Monsieur le Ministre, vous avez été également trÚs offensif dans le cadre de relations bilatérales. Quels sont les pays vers lesquels vous avez orienté vos actions ?

RĂ©ponse : Comme dit plus haut, notre pays a besoin de partenaires pour la rĂ©alisation du PND. C’est dans cette optique que, j’ai effectuĂ© des visites officielles au BrĂ©sil, en France et en AlgĂ©rie. Au-delĂ  des sujets d’intĂ©rĂȘt commun, rĂ©gionaux et internationaux relatifs Ă  une meilleure coordination de la lutte contre le terrorisme et l’extrĂ©misme violent ainsi que celle contre la piraterie maritime, ces voyages ont Ă©tĂ© l’occasion pour moi de prĂ©senter  aux milieux d’affaires de ces pays amis les opportunitĂ©s offertes par le PND et de les encourager Ă  investir au Togo.

Dans le mĂȘme registre, j’ai reçu Ă  LomĂ© mes homologues dont ceux de l’Inde et de la Serbie pour l’intensification de notre coopĂ©ration.

Activités du Ministre Robert Dussey dans le cadre de renforcement des relations bilatérales avec la communauté internationale

Question 6 : 

Monsieur le Ministre, nous arrivons Ă  la fin de cette interview, votre mot de fin.

RĂ©ponse : Je voudrais, Ă  l’orĂ©e de cette nouvelle annĂ©e, formuler Ă  l’endroit du Chef de l’Etat, le PrĂ©sident Faure Essozimna GNASSINGBE, leader de la formidable transformation de notre pays, mes vƓux de bonne santĂ©, de prospĂ©ritĂ© et de paix.

J’associe à ces vƓux, le Premier ministre Selom KLASSOU et l’ensemble du gouvernement.

J’adresse Ă©galement mes vƓux les meilleurs, au corps diplomatique et consulaire accrĂ©ditĂ© au Togo et Ă  tous les partenaires techniques et financiers du Togo qui n’ont cessĂ© d’accompagner le gouvernement dans la mise en Ɠuvre des actions en faveur du dĂ©veloppement de notre pays et du bien-ĂȘtre de nos populations.

Et pour chacun et chacune des fils et filles de ce merveilleux pays, je voudrais citer successivement Victor Hugo et Madame de SĂ©vignĂ© en ces termes ; « Saluons ensemble cette nouvelle annĂ©e qui vieillit notre amitiĂ© sans vieillir notre cƓur ». Et « Que cette annĂ©e vous soit heureuse ; que la paix, le repos et la santĂ© vous tiennent lieu de fortune ».

Pour ce qui est de l’avenir, Antoine de Saint-ExupĂ©ry nous enseigne « qu’il ne s’agit pas de le prĂ©voir mais de le rendre possible ». Alors, rendons possible, le Togo prospĂšre que nous voulons. 

Le Togo classé premier pays réformateur en Afrique et au 3e au monde

Partager cet article