Coopération germano-togolaise : bientôt le “Printemps de la coopération”

Le Togo et l’Allemagne organiseront les 4 et 5 avril prochains à Lomé le ‘Printemps de la coopération’ afin de promouvoir les échanges entre les deux pays. Cet événement réunira des chefs d’entreprises allemands et togolais, des institutions publiques et privées, des économistes, des universitaires et des représentants de la société civile.

Une délégation du Bundestag sera également présente.  Différentes thématiques seront abordées : grands axes de la coopération allemande, le Togo, un marché fiable et attractif pour le développement, l’enseignement technique et professionnel, levier du développement, …

“Cette manifestation inaugure une nouvelle ère d’un partenariat plus innovant et  plus durable entre l’Allemagne et le Togo”, a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Robert Dusssey.

Depuis la reprise de la coopération entre Berlin et Lomé, les échanges économiques se développement et l’intérêt du secteur privé allemand est réel.

L’investissement le plus emblématique réalisé à ce jour est celui du géant du ciment HeidelbergCement qui a investi 300 millions de dollars pour la construction d’une usine de clinker inaugurée en mars 2015.

Coopération / L’Allemagne et le Togo pour « Un seul monde sans faim »

Dans le cadre du renforcement des excellentes relations d’amitié et coopération qui unissent la République fédérale d’Allemagne et la Republique Togolaise S.E.Prof Robert Dussey et S.E.M. Christoph Sander ont procédé ce 16 février 2016 à la signature d’un accord de coopération technique dans le cadre de l’initiative allemande intitulée « Un seul monde sans faim ».

Cette initiative, lancée en 2014 par le ministère fédéral allemand, vise à combattre la faim et la malnutrition afin de garantir à l’avenir l’alimentation d’une population mondiale croissante. Ledit accord prévoit u e enveloppe financière de 9.040.000 euros soit environ 5.921.200.000 Fcfa consacrée essentiellement aux programmes « centre d’innovations vertes pour le secteur agro-alimentaire » et « sécurité alimentaire et renforcement de la résilience ».

En marge de cette cérémonie de signature, les deux diplomates ont annoncé officiellement l’organisation conjointe à Lomé les 4 et 5 avril 2016, de l’événement dénommé « Printemps de la coopération germano-togolaise ».

Voici le communiqué de presse :

flags

COMMUNIQUE DE PRESSE CONJOINT

A L’OCCASION DE LA SIGNATURE D’UN ACCORD DE COOPERATION TECHNIQUE DANS LE CADRE DE L’INITIATIVE INTITULEE ‘UN SEUL MONDE SANS FAIM’

Lomé, le 16 février 2016

1-Dans le cadre du renforcement des excellentes relations d’amitié et de coopération qui unissent la République fédérale d’Allemagne et la République Togolaise, Son Excellence Professeur Robert DUSSEY, ministre des affaires étrangères, de la coopération et de l’intégration africaine de la République Togolaise et Son Excellence Monsieur Christoph SANDER, Ambassadeur de la République Fédérale d’Allemagne, ont procédé ce 16 février 2016, à la signature d’un accord de coopération technique dans le cadre de l’initiative allemande intitulée « Un seul monde sans faim ».

2-Lancée en 2014 par le ministère fédéral allemand de la coopération économique et du développement, cette initiative spéciale vise à combattre la faim et la malnutrition afin de garantir à l’avenir, l’alimentation d’une population mondiale croissante. Ledit accord prévoit une enveloppe financière d’une valeur de 9.040.000 euros soit environ 5 921 200 000 CFA (cinq milliards neuf cent vingt un millions deux cent mille francs CFA) consacrée aux programmes « centre d’innovations vertes pour le secteur agro-alimentaire » et « sécurité alimentaire et renforcement de la résilience » que les deux Parties ont convenus de mettre en œuvre au Togo. Ce montant sera complété par un fonds additionnel de 6,5 million d’euros soit environ 4.257.500.000 CFA (quatre milliards deux cent cinquante sept million cinq cent mille francs CFA) au comme annoncé par S.E. Dr. Gerd MÜLLER, Ministre fédéral allemand de la coopération économique et du développement lors de sa visite au Togo en janvier dernier.

3-Le programme « centre d’innovations vertes pour le secteur agro-alimentaire » vise à augmenter le revenu des petites exploitations agricoles, à créer des emplois dans la transformation de denrées alimentaires et à en améliorer l’approvisionnement au niveau local. Dans cet objectif, les petits exploitants ainsi que les entreprises transformatrices bénéficieront d’assistance-conseil, d’entraînement et de perfectionnement. Ce programme est mis en œuvre dans les régions Maritime, Plateaux et Centrale pour la période allant de 2014 à 2019 et son fonds sera porté de 5 millions d’euros à 10 millions d’euros soit environ 6.550.000.000 FCFA (six milliards cinq cent cinquante million de francs CFA).

4- Quant au programme « sécurité alimentaire et renforcement de la résilience », il vise à améliorer l’alimentation et à diversifier la nourriture notamment des femmes en âge de procréer et des enfants en bas âge dans la région Maritime. Au titre dudit programme le Gouvernement fédéral allemand accorde un fonds additionnel de 1,5 millions d’euros soit environ 982.500.000 FCFA ( neuf cent quatre vingt deux million cinq cent mille francs CFA) pour porter ledit fonds à 5 millions d’euros soit 3.275.000.000 FCFA ( trois milliards deux cent soixante quinze million de francs CFA) sur la période allant de 2015 à 2019.

5-En marge de la cérémonie de signature de l’accord de coopération technique susmentionné, le ministre des affaires étrangères, de la coopération et de l’intégration africaine et l’ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne ont annoncé officiellement l’organisation conjointe à Lomé les 4 et 5 avril 2016, de l’événement dénommé « Printemps de la coopération germano-togolaise », dont le but est de promouvoir le climat des affaires en République fédérale d’Allemagne et en République Togolaise.

6-Le « Printemps de la coopération germano-togolaise » se veut un cadre de discussion et d’échange d’expériences qui réunira des parlementaires, des opérateurs économiques, des institutions publiques et privées, des économistes, des universitaires et des représentants de la société civile. Une délégation parlementaire allemande en visite au Togo au cours de la période du 03 au 06 avril 2016 prendra également part à cette manifestation.

7-A cet égard, le Chef de la diplomatie togolaise et le diplomate allemand ont précisé que ladite manifestation sera organisée sous forme de panels sur les thématiques suivantes : les grands axes de la coopération allemande, le Togo, un marché fiable et attractif pour le développement, l’enseignement technique et professionnel, levier du développement. Des rencontres B2B seront également programmées.

8-Aux termes des propos de Son Excellence Monsieur Christoph SANDER, Ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne au Togo, une dizaine d’opérateurs économiques allemands ont d’ores et déjà manifesté leur intérêt à y prendre part.

9-Eu égard à l’importance du « Printemps de la coopération germano-togolaise » pour le raffermissement des liens historiques de coopération qui existent si heureusement entre le Togo et la République fédérale d’Allemagne,Son Excellence Professeur Robert DUSSEY a invité tous les opérateurs économiques togolais à prendre une part active à ce grand rendez-vous qui leur permettra de nouer des partenariats innovants et durables en vue du développement économique du Togo.

Fait à Lomé, le 16 février 2016.

CDL: Quelle diplomatie pour les défis et les opportunités du XXI ème siècle ?

QUELLE DIPLOMATIE POUR LES DEFIS ET LES OPPORTUNITES DU XXI ÈME SIECLE ?

Nicolás Berlanga Martínez
Ambassadeur de l’Union européenne au Togo

La conférence plaide en faveur de chercher les meilleurs arguments pour une nouvelle diplomatie qui représente les états mais aussi les aspirations des citoyens. Une diplomatie qui élargisse les prérogatives de la diplomatie traditionnelle dans le champ économique, bien sûr, mais aussi dans d’autres comme la culture ou la sécurité, en raison de l’interdépendance croissante et des influences stratégiques diverses.

Dans sa communication, l’Ambassadeur Berlanga encourage des regards diplomatiques non stéréotypés par l’histoire ou par les intérêts. Il appelle à dépasser les « canons diplomatiques », à surmonter les propos qui n’essaient que de convaincre les convaincus, ces discours qui expriment un décalage vis-à-vis de la réalité, défendant ce qui peut être qualifié de « paradigme de l’immobilisme ».

Finalement il défende l’importance, partout mais notamment avec l’Afrique et avec les pays en développement, d’une diplomatie publique moderne qui s’insère dans une logique partenariale et concentre ses efforts de diffusion des valeurs sur l’éducation, la citoyenneté et la justice pour tous, spécialement pour les jeunes : « Ce sont les fermetures dans nos économies, dans nos sociétés, les pertes d’opportunités, les plafonds de verre qui sont imposés aux jeunes générations, les corporatismes qui se sont construits, qui à la fois nourrissent la frustration sur le plan individuel et sèment l’ivraie du conflit dans les sociétés ».

CDL / Berlanga-Martinez propose une diplomatie moderne face aux défis du XXIe siècle

La première séance du Club Diplomatique de Lomé (CDL) de l’année 2016 s’est déroulée lundi à Lomé sous la présidence du ministre togolais des affaires étrangères, Robert Dussey. Cette séance a connu la présence de plusieurs diplomates dont ceux des Etats-Unis, de l’Allemagne, de l’Egypte, du Gabon, de l’Egypte, du Sénégal… L’invité du jour n’était autre que le Chef de la délégation de l’Union Européenne au Togo, Nicolas Berlanga-Martinez. Le diplomate européen a développé le thème : « Quelle diplomatie pour les défis et les opportunités du XXIe siècle ? » et avait pour modératrice, Khardiata Lo-N’diaye, la Coordinatrice du Système des Nations Unies au Togo.

Le XXIe siècle, commencé il y a juste 15 ans est marqué par de nombreux défis dont les trafics, les guerres, la pauvreté, l’augmentation de la population mondiale, l’augmentation de nombre de réfugiés, de déplacés mais aussi et surtout la montée du radicalisme et du terrorisme.Traditionnellement, la diplomatie remplit trois fonctions à savoir : la représentation, la communication et la négociation.
L’ambassadeur de l’Union Européenne au Togo a indiqué dans son exposé que la diplomatie traditionnelle a montré ses limites. Il propose une diplomatie publique moderne pour faire face aux défis et a relevé dans son exposé que les diplomates ne doivent plus prétendre représenter exclusivement les intérêts et les valeurs d’une nation ou d’un continent.
Nicolas Berlanga-Martinez estime que pour le XXIe siècle, le défi n’appartient plus à un seul pays ou à un seul peuple mais à toute l’humanité toute entière surtout en matière de lutte contre le changement climatique, la défense de la dignité contre la barbarie, la lutte contre le terrorisme, le racisme, le trafic des êtres humains… qui demandent des réponses collectives au-delà des frontières géographiques des Etats.« Tout cela fait émerger l’idée d’une diplomatie moderne, qui sans être complètement opposée aux attributs de la diplomatie traditionnelle, perd une partie de sa théâtralité pour gagner en transparence, davantage de sincérité, de dialogues francs et surtout plus de créativité pour rechercher des solutions aux grands défis du moment », a déclaré M. Berlanga-Martinez.
Le diplomate européen estime qu’il sera désormais impossible pour un acteur diplomatique de se montrer indifférent de l’opinion publique de son pays d’accueil au nom du principe de la discrétion.« La réalité est que les canaux de la diplomatie de nos jours subissent des interférences. Les détenteurs de pouvoir effectifs sont de moins en moins connus et échappent aux autorités et aux relations traditionnelles entre Etats », a-t-il dit.Pour Nicolas Berlanga-Martinez, la diplomatie du XXIe siècle doit être une diplomatie d’influence et des valeurs. Il propose que de nouveaux acteurs de la diplomatie soient pris en compte. Il s’agit entre autres : les journalistes, les professeurs d’universités, les penseurs, les défenseurs des droits de l’homme, les parlementaires, les artistes, les écoles de cinématographie, les vainqueurs des prix littéraires, les médiateurs, les leaders religieux.

L’orateur demande aux diplomates modernes d’avoir une connaissance palpable de la réalité et suggère une idée de citoyenneté globale dans un monde globalisé et interconnecté.

Le modèle diplomatique doit prendre en compte la diversité sociale, la complexité du réseau d’emploi du pays partenaire, la transparence, propose le Chef de la délégation de l’UE au Togo qui note que la diplomatie moderne doit être une diplomatie d’observation, de proximité et de maîtrise des réalités du pays d’accueil. Pour lui, cette diplomatie doit encourager les réformes nécessaires pour une meilleure gouvernance, les mesures devant anticiper les conflits.

« Je pense que le monde d’aujourd’hui est largement dans une meilleure position que le monde d’il y a quarante ou cinquante ans », a conclu M. Berlanga-Martinez partageant ainsi une vision globale et humaniste de la diplomatie actuelle.

Le Club Diplomatique de Lomé est une association initiée par le Chef de la diplomatie togolaise, Robert Dussey. La prochaine rencontre a lieu dans trois mois et aura pour invité, Khardiata Lo N’diaye, la représentante résidente du PNUD au Togo.

Source: Togobreakingnews.com