La crise des migrants est un défi qui nous touche au coeur de nos valeurs africaines, les valeurs d’humanité et de solidarité, a déclaré jeudi le chef de la diplomatie togolaise, Robert Dussey, lors d’une conférence de presse conjointe avec le représentant de l’Union européenne à Lomé.

Il y a aujourd’hui plus de personnes déplacées qu’il n’y en a jamais eu depuis la Seconde Guerre mondiale, a-t-il poursuivi. En Syrie, en Afrique et ailleurs, des millions de gens fuient la violence et la persécution. D’autres tentent d’échapper à la pauvreté et cherchent des moyens de vivre dans la dignité.

Face à ce drame humanitaire, la communauté internationale a décidé de réagir. L’Union européenne, en particulier, souhaite renforcer le partenariat avec l’Afrique, à indique Nicolas Berlanga-Martinez, l’ambassadeur européen au Togo.

Dans ce cadre, deux conférences internationales vont se dérouler au mois de novembre. La première à Lomé, organisée par l’Union africaine sur la sécurité maritime et la seconde à La Valette.

Ces deux rendez-vous pourraient aider à identifier des pistes novatrices sur les questions migratoires et à relever les défis que représente la migration ainsi que les actions à définir de manière individuelle ou collective pour y faire face.

Comprendre les causes profondes de la migration, mettre en place une assistance humanitaire en situation d’urgence, améliorer la coopération en matière de migration et de mobilité légales aux niveaux continental, régional et bilatéral, lutter contre la migration clandestine et le trafic d’êtres humains, telles sont les grandes questions qui seront débattues au Togo et à Malte.

Pour Robert Dussey, la thématique de la sécurité maritime englobe naturellement le problème de l’immigration illégale. Une grosse partie des candidats à une vie meilleure utilisent des bateaux pour rejoindre l’Europe – via la Turquie et la Libye – au péril de leur vie.

‘Par notre intervention, nous devons sauver des vies, lutter contre la traite et la discrimination, apporter des solutions juridiques, examiner les causes profondes des problèmes et défendre les droits de l’Homme’, explique M. Dussey.