QUINZAINE DE LA FRANCOPHONIE : LANCEMENT OFFICIEL

???????????????????????????????

Le lundi 10 mars 2014, S.E.M. Robert DUSSEY, Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération a pris part à la cérémonie de lancement de la quinzaine de la Francophonie sous le thème : « FRANCOPHONIE ET JEUNES TALENTS ».

Cette quinzaine qui va du 10 au 24 mars 2014, s’inscrit dans le cadre de la commémoration de la journée Internationale de la Francophonie, qui sera célébrée le 20 mars 2014, date à laquelle l’Organisation fêtera ses 43 ans d’existence.

Dans son mot d’ouverture, le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération  n’a pas manqué de louer les efforts consentis par le Chef de l’Etat, S.E.M. Faure Essozimna GNASSINGBE, qui fait de la jeunesse togolaise, le cheval de bataille de sa politique.

Notons au passage que l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) est née le 20 mars 1970 à Niamey au NIGER.

 Lire le discours du Ministre

Madame, Messieurs, les Ministres et chers collègues
Excellences Messieurs les membres du Groupe des Ambassadeurs Francophones,
Excellences Mesdames, Messieurs les membres du corps diplomatique,
Monsieur le Directeur du Bureau Régional pour l’Afrique de l’Ouest de l’Organisation Internationale de la Francophonie,
Honorables Députés à l’Assemblée Nationale,
Monsieur le Maire de la ville de Lomé,
Monsieur le Correspondant National de la Francophonie,
Mesdames, Messieurs les Directeurs généraux et chefs de service,
Distingués invités,
Mesdames, Messieurs,

Voiciquarante deux ans que la communauté francophone célèbre à la date du 20 mars la Journée Internationale de la Francophonie. Cette tradition instaurée par l’Organisation Internationale de la Francophonie offre chaque année l’occasion à tous les pays membres, de célébrer autour du 20 mars la semaine de la Francophonie pour les uns, la quinzaine de la Francophonie pour les autres et le mois de la Francophonie pour d’autres encore.

Au Togo, avec son statut de langue officielle, de langue de travail, d’enseignement et des affaires, le français a contribué largement au rapprochement des togolaises et des togolais de tous horizons, à l’assise du développement, à la compréhension interculturelle et à la consolidation de la cohésion nationale.

La Francophonie est diversité et elle se nourrit également de cette diversité que constituent les peuples et les nations, ses principaux socle et terreau existentiels, ses ambitions et ses visions. Elle l’est aussi dans ses divers axes d’intervention concernant la langue française et les langues locales, la démocratie, la paix et les droits de l’homme, le développement culturel, l’éducation et la formation, le développement durable, le numérique et la jeunesse.

Cette diversité, elle la démontre chaque année à travers les thèmes aussi variés que riches consacrés à ces diverses journées. En retenant cette année le thème « Francophonie et jeunes talents », les décideurs de notre organisation commune ont ciblé la jeunesse, la relève de demain. Il ne saurait en être autrement car cette jeunesse occupe une place de choix dans la politique de développement de notre organisation.

Pour preuve, le programme de Volontariat international de la Francophonie créé en 2006 et destiné aux jeunes ressortissants des 57 Etats et gouvernements membres de l’OIF qui s’engagent au service des valeurs de la Francophonie à savoir la solidarité, le respect de la diversité culturelle, le dialogue des cultures.

Honorables Invités
Mesdames, Messieurs

Ce thème soumis à notre réflexion et qui requiert des actions de notre part est d’actualité car le dynamisme d’une société se mesurepar rapport à sa jeunesse. C’est pourquoi au Togo, le Chef de l’Etat, Son Excellence Faure Essozimna GNASSINGBE a fait de la question des jeunes son cheval de bataille. Dans cette perspective, une série de programmes et de projets les uns plus innovants que les autres, ont été mis en place au profit de la jeunesse de notre pays et sans pouvoir être exhaustif, je citerai entre autres :

– Le Programme de Promotion du Volontariat National,

– Le Programme d’Appui à l’Insertion et au Développement de l’Embauche,

– Le Programme de l’Entrepreneuriat des Jeunes,

– Le Projet de Développement Communautaire à travers son volet de travaux à haute intensité de main-d’œuvre.

A travers ces programmes le gouvernement togolais entend renforcer l’employabilité des jeunes diplômés primo-demandeurs d’emploi et permettre du coup à ces jeunes de valoriser leur talent et de contribuer à la promotion du développement durable.

Il me plaît ici, au nom du gouvernement togolais, de rendre un hommage appuyé à notre organisation pour ces interventions multiformes au Togo. Une vingtaine de subventions a été accordée en un an à des institutions étatiques et à la société civile togolaise dans divers domaines tels :

le Programme Francophone d’Appui au Développement Local (PROFADEL) dans les localités d’Agou, de Kovié et de Katanga,

Les formations au Ministère de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités Locales,

L’accompagnement de la formation à l’Institut Régional d’Enseignement Supérieur et de Recherche en Développement Culturel,

Des projets touchant la culture, l’enseignement supérieur, le numérique, le genre, etc.

Je voudrais en cette occasion, saluer le Directeur Régional pour l’Afrique de l’Ouest M. Tharcisse URAYENEZA pour sa diplomatie agissante et son engagement personnel à accompagner le peuple togolais tout entier.

Honorables invités,
Mesdames, Messieurs,

Lorsque j’ai parcouru le programme des activités élaboré pour la célébration de quinzaine de la Francophonie, j’ai fait le constat que toutes sont orientées vers la jeunesse :

– le concours pour la Promotion de la Langue Française qui appelle les jeunes talents de nos collèges et lycées des cinq pays à se révéler,

– les jeunes plasticiens, artistes, journalistes, écrivains et cinéastes à faire découvrir leur talent,

– la dictée nationale dans les régions qui permet aux jeunes de se mesurer et aux adultes de se rappeler le fameux ‘’train de huit heures’’ qui éliminait les candidats aux examens après l’épreuve de dictée dans la période coloniale,

– le concours de dictée en braille,

– la campagne de sensibilisation à la gestion des ordures ménagères dans le quartier d’Agoènyivé accompagnée d’un match de gala.

Ce bouillon d’activités est bien la preuve que les Togolais vivent la Francophonie et la célèbrent dans une ambiance particulièrement festive.

Je me réjouis donc de l’importance de ces manifestations qui maillent tout le territoire togolais et je voudrais par conséquent, inviter toute la population et particulièrement notre jeunesse à s’y impliquer activement.

A l’endroit de nos institutions d’enseignement et de formation de notre jeunesse (lycées, collèges, écoles et universités), je lance un vibrant appel pour qu’elles s’ouvrent davantage à toutes les formes d’expression artistique et culturelle (le théâtre, la poésie, le cinéma, la musique, les arts plastiques y compris la culture scientifique et technologique) pour un épanouissement total de leurs pensionnaires, j’ai nommé, nos jeunes.

Honorables invités,
Mesdames, Messieurs

Depuis l’antiquité jusqu’à nos jours, le talent a toujours été une vertu, une compétence et une valeur à cultiver. Aussi l’évolution de notre humanité est-t-elle le produit de l’abnégation, du travail et du génie d’hommes et de femmes de talents à l’instar deThalès de Milet, philosophe et mathématicien grec de l’école ionienne qui dut sa célébrité à sa prédiction de l’éclipse de soleil, de Pythagore avec ses théorèmes ou encore de Socrate, le maître de la maïeutique.A Rome, le narrateur Cicéron porta l’éloquence latine à son apogée et servit de modèle à la rhétorique latine.

Dans un passé proche de nous, l’humanité a connu de ces jeunes talents comme Blaise Pascal, mathématicien, physicien, Isidore Ducasse dit le Comte de Lautréamont, un précurseur du surréalisme français, Léopold Sédar Senghor, le premier Immortel africain, le talentueux maître incontesté dans les arts plastiques Paul AHYI dont les œuvres et le savoir faire continuent d’inspirer les jeunes. Que dire de l’inventeur de l’Internet qui a révolutionné le monde par son talent ?

La place est donc aux talents comme le professe le visuel de la Francophonie. Je voudrais par conséquent, convier notre jeunesse à cultiver l’esprit de curiosité et de recherche, au travail bien fait, à la culture de l’excellence car c’est à ce prix seulement que nous assurerons l’évolution de notre pays le Togo, celle de l’Afrique et de la communauté francophone.

C’est sur cette note d’espoir que je déclare ouvertes les activités inscrites dans le cadre de la quinzaine marquant chez nous, la commémoration de la Journée Internationale de la Francophonie, édition 2014 à laquelle je souhaite plein succès.

Je vous remercie.