60 milliards de dollars d’aide de la Chine en Afrique : Le Togo “se félicite” de cet engagement qui permettra à l’Afrique de faire “face à ses défis majeurs” (Robert Dussey)

Le Togo “se félicite” de la décision prise par la Chine, d’injecter 60 milliards de dollars d’aide de la Chine en Afrique, une nouvelle offensive majeure sur le continent africain.

L’annonce avait été faite par le président chinois Xi Jinping vendredi dernier à Johannesburg (Afrique du sud) lors du sommet Chine-Afrique.

Au moins une vingtaine de dirigeants africains, dont les présidents nigérian Muhammadu Buhari, togolais Faure Gnassingbé, kényan Uhuru Kenyatta, sénégalais Macky Sall, tchadien Idriss Déby et de la République démocratique du Congo Joseph Kabila, avaient aussi fait le déplacement pour ce deuxième sommet sino-africain.

“La Chine a décidé d’octroyer un total de 60 milliards de dollars d’aide financière incluant 5 milliards de prêts à taux zéro et 35 milliards de prêts à taux préférentiels”, avait-il annoncé.

Ces fonds seront destinés à financer dix programmes de coopération sur trois ans dans plusieurs domaines : l’agriculture, de l’industrialisation, de la réduction de la pauvreté, de la santé, de la culture, de la sécurité, de la protection de la nature ou encore du développement vert etc.

Pékin a également promis une “une aide sans contrepartie à l’Union africaine de 60 millions de dollars” pour financer notamment ses opérations de maintien de la paix.

Pour Robert Dussey (ministre togolais des affaires étrangères..), “la délégation Togolaise se félicite de l’engagement de la Chine, à ce moment où l’Afrique subit l’effondrement des cours de ses matières premières”.

“Ces mesures permettront à l’Afrique de faire face à ses défis majeurs que sont l’investissement, la paix et la sécurité”, a-t-il souligné.

“La Chine à travers ces mesures compte accroître ses investissements en Afrique qui, ces derniers temps ont chuté de 40% à cause du ralentissement de la croissance chinoise”, a ajouté le chef de la diplomatie togolaise.

Précisons que le sommet Chine-Afrique s’est déroulé dans un contexte où les investissements chinois en Afrique ont chuté de 40% au premier semestre 2015, après une forte baisse de la demande en matières premières chez le géant asiatique.

Depuis 2009, la Chine est le premier pays partenaire de l’Afrique, avec une forte concentration des investissements et des importations de matières premières du continent pour nourrir sa croissance galopante. FIN

 

Edem Etonam EKUE

SavoirNews

Robert Dussey : ‘L’engagement du président chinois est à saluer’ #FOCAC2015

Dans le cadre d’un programme de paix et de sécurité, le président chinois Xi Jinping a annoncé vendredi une aide sans contrepartie à l’Union africaine de 60 millions de dollars pour appuyer la construction et les opérations de la Force permanente africaine et de la capacité africaine de réaction rapide aux crises.

L’objectif de cette force africaine en attente est de diviser les forces du continent en cinq grandes régions qui assureraient à tour de rôle la sécurité des pays africains grâce à 25.000 hommes.

M. Xi s’est engagé à prendre une part active aux opérations onusiennes de maintien de la paix en Afrique et à aider les pays africains à protéger leur espace maritime.

‘L’engagement du président chinois est à saluer. La Chine, membre du Conseil de sécurité des Nations Unies, participe déjà à plusieurs opérations de maintien de la paix et contribue à la lutte contre la piraterie maritime’, a souligné Robert Dussey, le ministre togolais des Affaires étrangères, dont le pays organisera l’année prochaine un sommet international sur la sécurité maritime.

Beijing a d’ores et déjà apporté un soutien financier et logistique pour l’organisation de cette conférence. Lors d’une rencontre hier avec son homologue togolais Faure Gnassingbé, Xi Jinping s’est engagé à apporter un appui supplémentaire pour que le sommet soit l’occasion de constituer une coalition contre l’insécurité dans la région.

Robert Dussey : “Nos partenaires chinois sont très flexibles” #FOCAC2015

Les pays africains réunis au sein du Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA, ou FOCAC en anglais), qui célèbre cette année ses 15 ans d’activité, ont salué à l’unanimité jeudi à Pretoria en Afrique du Sud, à l’occasion d’une conférence ministérielle à laquelle ont pris part plus d’une quarantaine de dirigeants du continent, la relation marquée par un partenariat “efficace” et “flexible” avec la Chine.

“Pour l’Afrique d’une manière générale, si nous regardons un peu en arrière les 15 ans de coopération Chine-Afrique, nous ne pouvons que tirer un bilan positif, les engagements pris de part et d’autre ont été remplis”, a souligné dans un entretien à Xinhua, Aichatou Boulama Kané, ministre nigérienne des Affaires étrangères, de la Coopération, de l’Intégration africaine et des Nigériens de l’extérieur.
Prélude au sommet de Johannesburg, le premier en Afrique, prévu vendredi et samedi, en présence du président chinois Xi Jinping, la sixième réunion ministérielle du FCSA s’est tenue dans la capitale sud-africaine, sous le thème “la Chine et l’Afrique avancent ensemble : coopération gagnant-gagnant pour un développement commun”.
Ces assises, ouvertes par la ministre sud-africaine des Relations internationales et de la Coopération, Maite Nkoana-Mashabane, et le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, ont approuvé les projets d’une déclaration politique et d’un plan d’action triennal 2016-2018, qui restent à être entérinés par les chefs d’Etat et de gouvernement pour servir de nouveau cadre de référence pour cette relation.
De l’avis du ministre mauritanien des Affaires étrangères et de la Coopération, Hamadi Meimou, “à en juger par le volume des échanges commerciaux, c’est déjà un partenariat qui se situe à un niveau très élevé, parce qu’il s’agit de 300 milliards de dollars pour 2015, on en était à 220 milliards en 2014. Donc, le volume est très important”.

“Il y a également, a-t-il ajouté à Xinhua, les investissements qui le sont, qui montent à 30 milliards, et les investissements africains en Chine se montant à 15 milliards. Bien sûr, il y a des interventions dans les divers secteurs, l’agriculture, l’industrie, les infrastructures, l’éducation, la santé, divers secteurs qui connaissent également des avancées significatives grâce à ce partenariat”.

Pour cette raison, la Chine a ravi à l’Union européenne (UE) la place de premier partenaire commercial de l’Afrique. “Depuis 2000, on a assisté à un développement exponentiel de la coopération entre la Chine et l’Afrique dans tous les domaines”, renchérit le ministre sénégalais des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Mankeur Ndiaye.

Le ministre togolais des Affaires étrangères, de la Coopération et de l’Intégration africaine, le Professeur Robert Dussey, a indiqué que “nos partenaires chinois sont très flexibles”.

“D’abord, ils ne nous donnent pas de leçons, ils comprennent nos réalités, nous comprenons leurs réalités. Nous parlons le même langage, pays du Tiers-Monde qui vont vers le développement”, a-t-il souligné.

“Et ils ne se mêlent pas des affaires politiques [de leurs partenaires], poursuit-il, ils viennent pour nous aider à transformer nos pays, à faire de nos pays des pays émergents. Nous sommes fiers de travailler avec eux dans ce sens”.

“La Chine est un pays qui a des liens historiques avec l’Afrique, mais qui a un modèle de coopération assez particulier, qui tient compte des priorités des pays, qui montre aussi beaucoup de respect pour nos pays”, se réjouit aussi la ministre rwandaise des Affaires étrangères et du Développement international, Louise Mushikiwabo.

Les pays membres du FCSA expriment leur satisfaction face aux réalisations émanant de ce partenariat appelé, selon eux, à se renforcer davantage au cours des prochaines années où, en plus des domaines traditionnels formés de la santé, des infrastructures, de l’agriculture, de l’éducation, l’accent sera mis aussi sur l’industrialisation puis la paix et la sécurité.

“Tous les participants à ce forum ont salué l’exemplarité de la coopération chinoise qui est une coopération gagnant-gagnant, une coopération désintéressée, qui prend en compte les préoccupations africaines et qui part justement des préoccupations africaines. Ce sont les pays mêmes qui définissent leurs priorités. En tout cas, la Chine se fait le plaisir de suivre”, a confirmé Mankeur Ndiaye.

“La Chine peut aider l’Afrique à décoller sur le plan industriel, parce que l’Afrique regorge de ressources de plusieurs sortes, en particulier l’énergie pour laquelle nous avons des problèmes en Afrique. Etant donné que notre production est insuffisante, nous pourrons nous tourner résolument vers ce qu’on appelle l’énergie propre, c’est-à-dire l’énergie renouvelable”, estime de son côté le ministre mauritanien des Affaires étrangères et de la Coopération.

Selon lui, “de ce point de vue, la Chine a une très grande expérience. En matière d’industrie, nous pensons qu’elle pourra aider l’Afrique à transformer ses matières premières en produits finis et donc créer de la valeur ajoutée, des emplois pour lutter contre la pauvreté et améliorer les performances qui déjà depuis une décennie sont enregistrées au niveau de plusieurs pays africains : on est à une croissance à deux chiffres dans certains pays africains”.

C’est une préoccupation partagée par le ministre béninois de l’Industrie et du Commerce, Ibrahim Kombiéni, qui insiste qu'”aucun pays ne peut se développer dans ce monde sans le développement de l’industrie. Pendant longtemps, depuis les indépendances, on évolue à petits pas. Aujourd’hui nos nouveaux partenaires sont les Chinois, qui sont prêts à apporter un coup de main, surtout cette coopération gagnant-gagnant”.

Peopledaily French / (Rédacteurs :Yin GAO, Guangqi CUI)