Togo : Semaine de l’Intégration Africaine 2018

La 3e édition de la semaine de l’intégration a été organisée vendredi par le ministère togolais des affaires étrangères, de la coopération et de l’intégration. L’objectif principal de l’évènement  est de  renforcer l’harmonie,  la paix,  la solidarité,  la fraternité entre les peuples et servir de cadre pour la sensibilisation des communautés sœurs sur leurs droits et devoirs au Togo, pour une meilleure intégration des peuples africains. Dans cette interview ci-après, le Chef de la diplomatie togolaise, Prof. Robert Dussey explique que le gouvernement togolais a fait de l’intégration des peuples africains une priorité nationale.

Pr Robert Dussey, vous êtes ministre des affaires étrangères, de la coopération et de l’intégration africaine. Pour la troisième fois, vous accueillez toutes les communautés africaines installées à Lomé pour célébrer ce que vous appelez la « semaine de l’intégration africaine ». C’est bien cela ?

Effectivement nous célébrons ce 25 mai 2018, la 3ème édition de la semaine de l’intégration africaine. Cette une initiative de l’Union africaine dans laquelle Togo s’inscrit totalement.  Le thème choisi cette année par l’UA est : « gagner la bataille contre la corruption, une voie durable vers la transformation de l’Afrique ». 

Une fois de plus, cette troisième édition réunit toutes les communautés africaines vivant au Togo à travers une variété d’activités culturelle et artistique.

On a le sentiment que les étrangers et particulièrement les communautés africaines installées se sentent mieux ici que chez eux. Quelle est la place de l’intégration africaine  dans la diplomatie togolaise ?
 
Relever le défi de l’intégration des peuples africains est une préoccupation pour l’UA. Le gouvernement togolais en a fait une priorité nationale, c’est  justement pourquoi célébrer cette journée est important pour nous togolais, mais pour toutes les communautés africaines vivant chez nous.
Comme les togolais vivant sur le continent, les communautés africaines résidant sur notre territoire participent à la création de la richesse et donc à l’émergence de l’Afrique. La diplomatie togolaise met tout en œuvre pour une parfaite intégration de nos peuples (…) ; Le Togo est une petite Afrique (rire)

 Pour revenir à cet événement majeur de la diplomatie togolaise, la « semaine de l’intégration africaine», que vise le Togo ?

 
Pour la diplomatie togolaise, cet événement permet de promouvoir la paix, la solidarité, l’unité, la cohésion entre toutes les communautés africaines ici mais aussi, le développement économique et social.
 
Quelles sont les innovations de cette 3e édition de la «semaine de l’intégration africaine » ?
 
Le Brésil, un pays ami et frère du Togo et de tout le continent par des liens historiques, culturelles indéniables, est à cette 3ème édition le pays d’honneur de la semaine de l’intégration africaine.
Cette journée sera marquée par des échanges et expositions culturelles, artistiques et gastronomiques souhaités par les communautés elles-mêmes.

Robert Dussey au forum Horasis Global Meeting 2018

Le ministre togolais des affaires étrangères, Robert Dussey, participe du 5 au 8 mai à Cascais (Portugal) au Global Meeting d’Horasis.

Cette réunion annuelle est l’un des principaux rendez-vous internationaux des dirigeants d’entreprises qui interagissent avec des hauts fonctionnaires et des leaders d’opinion.

Robert Dussey

La communauté Horasis est composée de plus de 400 leaders sélectionnés dans 70 pays.

L’objectif est de rechercher des solutions aux défis les plus critiques auxquels les entreprises, les sociétés et les pays sont aujourd’hui confrontés.

Robert Dussey à Horasis

Pendant 4 jours, les participants partagent des idées sur la façon d’inspirer conjointement l’avenir.

Robert Dussey a pris part samedi à la plénière dont le thème était : ‘Tirer parti du développement durable’.

Les débats ont porté sur les Objectifs de développement durable (ODD).

Premier Panel

L’agenda est ambitieux, mais deux ans après le lancement par les Nations Unies, les choses ont-elles vraiment évolué, se sont interrogés les participants.

Le Togo et le Maroc annoncent l’exemption de visas diplomatique et de service

COMMUNIQUE SANCTIONNANT LA VISITE A MARRAKECH AU MAROC

​1- A l’invitation de S.E.M. Nasser BOURITA, Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, en marge de la 5e Conférence ministérielle Euro-Afrique sur la Migration et le Développement, S.E. Pr. Robert DUSSEY, Ministre des Affaires Etrangères de la Coopération et de l’intégration Africaine a effectué une visite de travail à Marrakech le 02 mai 2018.

2- Au cours de cette visite les chefs de la diplomatie togolaise et marocaine ont procédé à des échanges de vue sur des questions d’intérêt commun d’ordre bilatéral et international.

3- Abordant les questions d’ordre bilatéral, les deux Ministres se sont félicités de l’excellence des relations d’amitié et de coopération qui unissent les deux pays et se sont engagés à œuvrer à leur renforcement.
A cet égard, ils ont procédé à la signature d’un accord d’exemption de visas pour les détenteurs de passeport diplomatique, de service ou spécial.

4- Examinant les questions d’ordre international, les Ministres DUSSEY et BOURITA ont passé en revue les questions de la migration, du radicalisme et d’extrémisme violents, de piraterie maritime et ont exprimé leurs vives préoccupations face à la recrudescence de ces différents actes.
Ils ont ainsi réaffirmé leur ferme détermination à combattre le terrorisme et la criminalité transfrontalière organisée et appelé à la mutualisation des efforts et à la poursuite de la coopération internationale pour venir à bout de ces fléaux.

5- Les deux ministres ont convenu de la visite officielle qu’effectuera le Ministre BOURITA à Lomé dans les semaines à venir.

Fait à Marrakech le 02 Mai 2018.

Exemption de Visas diplomatique et de service pour le Qatar

COMMUNIQUE SANCTIONNANT LA VISITE OFFICIELLE AU QATAR DE SON EXCELLENCE MONSIEUR FAURE ESSOZIMNA GNASSINGBE, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE TOGOLAISE

1- A l’invitation de Cheikh Tamim ben Hamad Al Thani, Emir du Qatar, S.E.M. Faure Essozimna GNASSINGBE, Président de la République Togolaise a effectué une visite officielle d’amitié et de travail à Doha au Qatar les 29 et 30 avril 2018.
2- Un accueil chaleureux a été réservé à S.E.M. Faure Essozimna GNASSINGBE et sa suite par le gouvernement qatari et son peuple depuis leur arrivé au Qatar.
3- Cette visite reflète la volonté de l’Etat du Qatar et du Togo de renforcer leurs relations bilatérales.
4- Au cours de cette visite, le Chef de l’Etat Togolais et l’Emir du Qatar ont procédé à un large échange de vues approfondi sur les questions pertinentes d’intérêt commun d’ordre bilatéral et  multilatéral.
5- Sur le plan bilatéral, les deux Chefs d’Etats se sont félicités de l’excellence des relations d’amitié et de coopération entre le Togo et le Qatar et ont exprimé leur satisfaction au sujet de la relation qui unit leurs pays. Ils ont à cet égard, souligné la nécessité de renforcer cette coopération et ont donné des indications et orientations pour développer les relations entre leurs pays en explorant de nouvelles zones où les deux pays peuvent établir une coopération mutuellement bénéfique.
6- La volonté politique manifeste de Son Excellence Monsieur Faure GNASSIGBE et l’Emir Tamim ben Hamad Al Thanide de hisser haut les relations entre les deux pays s’est traduite dans les faits par la signature de six (06) Accords de coopération dans les domaines politique, économique, commercial, technique et  judiciaire au bénéfice des peuples togolais et qataris.
Il s’agit notamment du Mémorandum d’entente pour l’établissement de consultations politique et diplomatique sur des questions d’intérêt commun entre les Ministères des Affaires Etrangères des deux pays, du Protocole d’entente et de coopération dans les domaines économiques, commercial et technique, de l’Accord de coopération sur la promotion et la protection réciproque des investissements, de l’Accord d’exemption réciproque de visa, de  l’Accord de coopération judiciaire et du Mémorandum d’entente entre la Chambre de commerce et d’industrie du Togo et la Chambre de commerce du Qatar.
7- Pour ce qui concerne la coopération économique, les deux dirigeants ont relevé la nécessité du renforcement de la coopération entre les secteurs privés des deux pays à travers l’organisation des visites d’échanges et de prospections des opérateurs économiques au Togo et au Qatar ainsi que la participation aux grandes rencontres organisées par l’une ou l’autre Partie dans les domaines économiques connexes.
8- Au plan multilatéral, les deux leaders ont échangé des vues sur des questions de politique et de sécurité en Afrique et dans le monde. A cet égard, ils ont exprimé leurs vives préoccupations face à la recrudescence des actes terroristes et à la persistance des crises qui menacent la paix, la sécurité, la stabilité et le développement de par le monde.
9- Ils ont également réaffirmé leur ferme condamnation du terrorisme sous toutes ses formes et ont appelé à la coordination des efforts, et à la poursuite de la coopération internationale pour venir à bout de ces fléaux.
10- Evoquant le processus de paix au Proche-Orient, les deux dirigeants ont réaffirmé leur ferme engagement à œuvrer davantage dans divers fora régionaux et internationaux pour défendre et renforcer la solidarité internationale afin de prévenir les conflits armés, de combattre le terrorisme et de promouvoir la culture de la tolérance et de la coexistence pacifique dans cette partie du monde.
11- Au terme de sa visite, S.E.M. Faure Essozimna GNASSINGBE a exprimé à Cheikh Tamim ben Hamad Al Thani, au Gouvernement et au peuple qatari ses vifs remerciements et sa profonde gratitude pour l’accueil chaleureux et l’hospitalité légendaire qui lui ont été réservés ainsi qu’à sa délégation.
12- Le Chef de l’Etat Togolais a invité l’Emir du Qatar à effectuer une visite en République togolaise à une date qui sera convenue d’un commun accord.
13- L’Emir du Qatar a accepté cette invitation de bonnes grâces et les modalités y relatives seront arrêtées par voie diplomatique.
Fait à Doha le 30 avril 2018.

 

Exemption de Visas diplomatique et de service pour le Qatar

COMMUNIQUE SANCTIONNANT LA VISITE OFFICIELLE AU QATAR DE SON EXCELLENCE MONSIEUR FAURE ESSOZIMNA GNASSINGBE, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE TOGOLAISE

1- A l’invitation de Cheikh Tamim ben Hamad Al Thani, Emir du Qatar, S.E.M. Faure Essozimna GNASSINGBE, Président de la République Togolaise a effectué une visite officielle d’amitié et de travail à Doha au Qatar les 29 et 30 avril 2018.
2- Un accueil chaleureux a été réservé à S.E.M. Faure Essozimna GNASSINGBE et sa suite par le gouvernement qatari et son peuple depuis leur arrivé au Qatar.
3- Cette visite reflète la volonté de l’Etat du Qatar et du Togo de renforcer leurs relations bilatérales.
4- Au cours de cette visite, le Chef de l’Etat Togolais et l’Emir du Qatar ont procédé à un large échange de vues approfondi sur les questions pertinentes d’intérêt commun d’ordre bilatéral et  multilatéral.
5- Sur le plan bilatéral, les deux Chefs d’Etats se sont félicités de l’excellence des relations d’amitié et de coopération entre le Togo et le Qatar et ont exprimé leur satisfaction au sujet de la relation qui unit leurs pays. Ils ont à cet égard, souligné la nécessité de renforcer cette coopération et ont donné des indications et orientations pour développer les relations entre leurs pays en explorant de nouvelles zones où les deux pays peuvent établir une coopération mutuellement bénéfique.
6- La volonté politique manifeste de Son Excellence Monsieur Faure GNASSIGBE et l’Emir Tamim ben Hamad Al Thanide de hisser haut les relations entre les deux pays s’est traduite dans les faits par la signature de six (06) Accords de coopération dans les domaines politique, économique, commercial, technique et  judiciaire au bénéfice des peuples togolais et qataris.
Il s’agit notamment du Mémorandum d’entente pour l’établissement de consultations politique et diplomatique sur des questions d’intérêt commun entre les Ministères des Affaires Etrangères des deux pays, du Protocole d’entente et de coopération dans les domaines économiques, commercial et technique, de l’Accord de coopération sur la promotion et la protection réciproque des investissements, de l’Accord d’exemption réciproque de visa, de  l’Accord de coopération judiciaire et du Mémorandum d’entente entre la Chambre de commerce et d’industrie du Togo et la Chambre de commerce du Qatar.
7- Pour ce qui concerne la coopération économique, les deux dirigeants ont relevé la nécessité du renforcement de la coopération entre les secteurs privés des deux pays à travers l’organisation des visites d’échanges et de prospections des opérateurs économiques au Togo et au Qatar ainsi que la participation aux grandes rencontres organisées par l’une ou l’autre Partie dans les domaines économiques connexes.
8- Au plan multilatéral, les deux leaders ont échangé des vues sur des questions de politique et de sécurité en Afrique et dans le monde. A cet égard, ils ont exprimé leurs vives préoccupations face à la recrudescence des actes terroristes et à la persistance des crises qui menacent la paix, la sécurité, la stabilité et le développement de par le monde.
9- Ils ont également réaffirmé leur ferme condamnation du terrorisme sous toutes ses formes et ont appelé à la coordination des efforts, et à la poursuite de la coopération internationale pour venir à bout de ces fléaux.
10- Evoquant le processus de paix au Proche-Orient, les deux dirigeants ont réaffirmé leur ferme engagement à œuvrer davantage dans divers fora régionaux et internationaux pour défendre et renforcer la solidarité internationale afin de prévenir les conflits armés, de combattre le terrorisme et de promouvoir la culture de la tolérance et de la coexistence pacifique dans cette partie du monde.
11- Au terme de sa visite, S.E.M. Faure Essozimna GNASSINGBE a exprimé à Cheikh Tamim ben Hamad Al Thani, au Gouvernement et au peuple qatari ses vifs remerciements et sa profonde gratitude pour l’accueil chaleureux et l’hospitalité légendaire qui lui ont été réservés ainsi qu’à sa délégation.
12- Le Chef de l’Etat Togolais a invité l’Emir du Qatar à effectuer une visite en République togolaise à une date qui sera convenue d’un commun accord.
13- L’Emir du Qatar a accepté cette invitation de bonnes grâces et les modalités y relatives seront arrêtées par voie diplomatique.
Fait à Doha le 30 avril 2018.

 

CEDEAO-CEEAC : Sommet sur la paix la radicalisation et l’extrémisme violent à Lomé en Juillet

Un sommet conjoint CEDEAO-CEEAC sur la paix, la radicalisation et l’extrémisme violent aura lieu en juillet prochain à Lomé. Les pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique Centrale veulent mutualiser leurs moyens et trouver de nouvelles synergies. C’est une alliance inédite, explique Robert Dussey, le chef de la diplomatie togolaise.

Republicoftogo.com : Vous avez présidé en fin de semaine dernière à Lomé avec votre homologue gabonais la première réunion de concertation CEDEAO-CEEAC. Qu’entendez-vous entreprendre avec les pays de l’Afrique centrale ? 

Robert Dussey : La CEEAC et la CEDEAO sont deux organisations régionales sœurs qui œuvrent pour la paix et le développement dans leur région respective Depuis plusieurs années, elles sont confrontées aux mêmes défis, aux mêmes menaces, notamment en matière de paix et de sécurité.  Ces questions constituent une priorité pour l’ensemble des chefs d’Etat. C’est dans ce cadre que s’est déroulée la réunion de concertation à Lomé. Je tiens à rappeler que les présidents du Togo et du Gabon dirigent actuellement les deux entités régionales.

Republicoftogo.com : Une nouvelle alliance ponctuelle ou dans la durée ?

Robert Dussey : C’est une coopération pérenne. Une alliance qui va permettre l’organisation d’un sommet inédit à Lomé ; sommet conjoint CEDEAO-CEEAC sur la paix, la radicalisation et l’extrémisme violent. Il aura lieu courant juillet dans la capitale togolaise.

Republicoftogo.com : Les deux organisations ont-elle les moyens de lutter contre ces fléaux ?

Robert Dussey : Ces groupements comptent 26 pays. C’est près de la moitié de l’Afrique. En mutualisant leurs efforts, en développant des synergies, ils auront la capacité de relever les défis.

Lors de notre réunion à Lomé, nous n’étions pas seuls. Il y avait François Louncény Fall, le représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies  pour l’Afrique Centrale (UNOCA) et Mohamed Ibn Chambas qui a les mêmes fonctions pour l’Afrique de l’Ouest.

C’est dire que l’ONU apporte son soutien plein et entier à cette initiative.

Club Diplomatique de Lomé: Discours de l’invité Antônio Carlos de Salles Menezes, Ambassadeur du Brésil au Togo

Discours de Son Excellence Antônio Carlos de Salles Menezes, Ambassadeur du Brésil au Togo à l’occasion de la réunion du Club Diplomatique de Lomé du 20 avril 2018.

Excellence M. le Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération et de l’Intégration Africaine, Robert Dussey

Excellence M. le Ministre des Affaires Etrangères de la République du Gabon,

Cher Modérateur et illustre écrivain, M. Kangni Alem,

Chers collègues du Corps Diplomatique et Consulaire accrédité à Lomé,

Ma Chère Collègue Madame l’Ambassadeur du Brésil à Ouagadougou, Burkina Faso

Chers Collaborateurs de l’Ambassade,

Mesdames et Messieurs,

 

C’est avec une immense satisfaction que j’ai accepté votre invitation, cher ami Robert Dussey, pour m’adresser ce soir au Club Diplomatique de Lomé. Et le thème que j’ai choisi,  « LE TOGO ET LE BRÉSIL: UNE PROXIMITÉ GÉOGRAPHIQUE ET CULTURELLE INDÉNIABLE » est recourant dans tous mes discours. J’insiste toujours qu’une grande partie des togolais ont encore une image du Brésil, leur voisin du Sud-ouest, comme celles des enchainés de Platon – avec votre permission, M. le Ministre, et grand philosophe, de mentionner Platon devant vous.

Mais j’ai déjà constaté que la plupart des gens de ce côté de l’Atlantique ne s’aperçoivent pas que des ombres et des échos de mon pays, comme dans l’allégorie du fameux philosophe de l’antiquité grecque. Ils ne se rendent pas compte que de l’autre côté de l’Océan existe un pays immense, de 8,5 millions de kilomètres carrés, qui a beaucoup à offrir au Togo, et à l’Afrique en général. Mais il y a, quand même, des togolais qui ont déjà échappé de la caverne, comme vous-même, Professeur  Dussey, le  Ministre Guy Madjé Lorenzo, les chers amis de l’ITRA, notre modérateur (l’écrivain Kangni Alem), et un bon nombre d’autres qui connaissent la réalité de mon pays. Je fais, donc, un appel, à ces amis que je viens de mentionner, et à tous les togolais de bonne volonté, pour que nous travaillions ensemble et d’avantage pour intensifier les visites des hommes d’affaires et des agents de l’Etat.

Peut-être les compagnies aériennes échapperont aussi de la caverne, et verront, finalement, qu’il y a un marché qui justifie le maintient définitif d’une liaison aérienne entre nos deux pays. Je dis cela, parce que la compagnie Ethiopian Airlines a annulé, en 2017, par la deuxième fois dans une période de trois ans, la liaison aérienne directe qui existait entre Lomé et São Paulo, la capitale économique du Brésil. Mais je dois signaler que cette semaine nous avons, à Lomé, une visite des représentants de l’entreprise brésilienne NUTRIVITA, qui négocient avec le Gouvernement togolais un important contrat de fournissement pour les cantines scolaires du Togo.

Quant à la culture, un personnage littéraire créé par notre modérateur mentionne clairement « les apports indéniables de l’Afrique  à la civilisation du Brésil », et tous les brésiliens sont fiers de cet héritage.  La pratique de la « capoeira » ici à Lomé par un groupe de jeunes hommes du « Zumbo Fitness Studio » aide à maintenir vivante au Togo, cette manifestation culturelle afro-brésilienne. Ils se sont présentés en septembre passé, pendant la célébration de notre Fête nationale, et se présenteront de nouveau, le mois prochain, pendant la troisième édition de la semaine de l’intégration africaine, et pour laquelle le Brésil est, encore une fois, l’invité d’honneur, grâce à votre haute bienveillance, M. le Ministre.

 

Sur le champ de la politique, tout le monde sait que mon pays vit une tempête politique et économique depuis 2016. Mais heureusement les statistiques récentes montrent que la reprise de la croissance économique a déjà commencé. Et il faut toujours souligner que, quels que soient les problèmes observés, le Brésil demeure l’une des plus grandes économies du monde, la septième, et pays membre du G-20 et du groupe BRICS (avec la Russie, la Chine, l’Inde et l’Afrique du Sud). Ses relations avec les pays d’Afrique de l’Ouest, et avec le Togo en particulier, ont été considérés comme prioritaires depuis des décennies. Il faut souligner que, depuis le début de ce siècle, notre balance commerciale montre des chiffres considérables, tenant compte que le Brésil est souvent mentionné, erronément, comme un pays distant, ou « moins proche », comme dans la publication « INVESTIR TOGO 2017 ». En 2017, par exemple, on a exporté presque 97 millions de dollars en marchandises vers le Togo. Quand à la lutte contre la corruption je voudrais faire mention au thème choisi par la Chancellerie togolaise pour la troisième édition de la semaine de l’intégration africaine, à être tenue le mois prochain, et pour laquelle le Brésil sera, de nouveau, comme j’ai déjà mentionné, l’invité d’honneur : « GAGNER LA BATAILLE CONTRE LA CORRUPTION : UNE VOIE DURABLE VERS LA TRANSFORMATION DE L’AFRIQUE ». Si je remplace « l’Afrique » par « Le Brésil »,  on verra que la lutte contre ce fléau, la corruption, est un élément de plus qui nous unit, en plus de la géographie et de la culture.

Nous aurons une élection très importante en octobre prochain, non seulement pour la Présidence de la République, mais aussi pour le renouvellement de la Chambre des Députés, de deux tiers du Sénat, des Gouverneurs des Etats et des Assemblées Législatives des Etats. Plus de cent millions d’électeurs iront aux urnes. Et je suis absolument sûr qu’en 2019 nous  aurons  un nouveau pays, sous le point de vue politique, où cette bataille va continuer dans l’ordre du jour.  Parlant de la Coopération Sud-Sud, je dois ajouter que le Togo reçoit le soutien du Brésil pour le développement de son agriculture par le biais de deux projets de coopération de l’ABC (Agence Brésilienne de Coopération). Il s’agit du Projet « Cotton4 + Togo », consacré à la production de coton, ainsi que le projet d’appui à l’ITRA-Institut Togolais de Recherche Agronomique, axé sur l’amélioration des techniques de production de manioc, qui sera réactivé bientôt.

En ce qui concerne la formation des techniciens dans la production de coton, en 2017 le gouvernement brésilien a donné un cours d’extension universitaire pour 37 experts africains, visant à la capacitation et au transfert de technologie dans la filière coton, avec cinq togolais parmi eux. Le cours a eu lieu à la prestigieuse Université Fédérale de Lavras (UFLA), état de Minas Gerais, dans le cadre du « Projet Régional pour le Perfectionnement de Techniciens Africains en Production de Coton », qui s’insère dans le plus ample contexte du Projet « Cotton4 + Togo ». Bientôt, en Juin prochain, trois techniciens iront à São Carlos, Etat de São Paulo, pour une activité importante relative à la formation en multiplication de semences.

En plus, le Gouvernement brésilien est pleinement conscient que bien que le Togo soit un petit pays, il a connu un essor économique soutenu au cours des dernières années, avec une croissance du PIB supérieure à 5% en 2016 et 2017, et de 4,4% en 2018, en dépit des effets négatifs créés par les problèmes sociopolitiques, tel que mentionné par la récente mission du Fonds Monétaire Internationale qui est venu à Lomé. Nos opérateurs économiques sont  aussi au courant de que la capitale togolaise est dotée d’un terminal maritime en eau profonde qui sert également d’autres pays voisins, ainsi que d’un aéroport moderne, de dernière génération.

Vive le Brésil. Vive le Togo. Vive le Gabon

Merci beaucoup.

 

Alliance contre l’extrémisme

Un sommet conjoint Cédéao-CEEAC sur la paix, la radicalisation et l’extrémisme violent aura lieu prochainement à Lomé.

L’annonce officielle a été faite vendredi par les ministres des affaires étrangères du Gabon et du Togo, respectivement Noël Nelson Messone et Robert Dussey.

Pour le chef de la diplomatie gabonaise,  ‘la paix et la sécurité sont les préalables du développement économique et social du monde en développement (…) Une première rencontre a déjà eu lieu au Cameroun et ce sommet, permettra de prendre de nouveaux engagements, a-t-il déclaré.

Les détails pratiques de la rencontre devraient être communiqués dans les jours à venir.

Le sommet pourrait rassembler une vingtaine de chefs d’Etat dans la capitale togolaise.

La Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale comprend 11 pays parmi lesquels l’Angola, le Gabon, la RDC, le Rwanda, le Burundi ou encore le Cameroun.

Visite du Ministre des Affaires Etrangères du Gabon au Togo

COMMUNIQUE CONJOINT SANCTIONNANT LA VISITE AU TOGO DE SON EXCELLENCE MONSIEUR NOËL NELSON MESSONE, MINISTRE DES AFFAIRES ÉTRANGERES, DE LA COOPERATION, DE LA FRANCOPHONIE ET DE L’INTEGRATION REGIONALE, CHARGE DES GABONAIS DE L’ETRANGER DE LA REPUBLIQUE GABONAISE

LOME, LE 20 AVRIL 2018

1- A l’invitation du Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération et de l’Intégration Africaine de la République Togolaise, S.E. Prof Robert DUSSEY, Son Excellence Monsieur Noël Nelson MESSONE, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de la Francophonie et de l’Intégration Régionale, chargé des Gabonais de l’Etranger de la République Gabonaise, a effectué les 19 et 20 avril 2018 une visite d’amitié et de travail à Lomé.

2-Au cours de cette visite, les deux Ministres ont procédé à des échanges de vues sur des questions d’intérêt commun d’ordre bilatéral, régional et international.

3-Abordant les questions d’ordre bilatéral, les Ministres MESSONE et DUSSEY se sont félicités de l’excellence des relations d’amitié et de coopération qui unissent les deux pays et se sont engagés à œuvrer à leur renforcement, notamment dans les domaines politique, économique, scientifique et culturel. A cet effet, ils ont convenu de la nécessité de relancer les activités de la Grande Commission mixte de coopération Togo-Gabon ainsi que de la signature prochaine d’un accord d’exemption des visas pour les détenteurs de passeports diplomatique et de service des deux Etats.

4-Rappelant la nécessité de l’échange d’opinions et de l’organisation des consultations permanentes dans différents domaines relatifs aux questions d’intérêts communs, ils ont procédé à la signature d’un mémorandum d’entente entre les Ministères des Affaires Etrangères des deux (02) pays.

5- Examinant les questions de coopération en matière de migration, les deux Ministres ont convenu d’une gestion concertée des cas de Togolais vivants en situation irrégulière au Gabon notamment par un système de partage d’informations préalables et une organisation concertée des opérations de rapatriement dans le respect des droits des migrants.

6-A cet égard, S.E. Prof Robert DUSSEY a souligné la nécessité d’une incitation au retour volontaire des migrants togolais en situation irrégulière notamment par la réduction ou l’annulation des frais de visas de sortie définitive du territoire gabonais et a rappelé l’urgence de la révision de l’accord sur la libre circulation des personnes et des biens, à l’emploi et à l’établissement du 21 mars 1975 qui existe entre le Togo et le Gabon.

7-Les Ministres DUSSEY et MESSONE se sont, par ailleurs, félicités des travaux entrepris par les experts des deux pays en vue de prévenir et de réprimer la traite des enfants par une coopération efficace entre les deux (02) Etats. A cette fin, les deux Ministres ont convenu de la signature prochaine de l’accord en matière de lutte contre la traite des enfants afin de faciliter la coopération et la collaboration dans l’investigation, l’arrestation, la poursuite et l’extradition des coupables à travers les autorités compétentes de chaque Etat.

8- En ce qui concerne la situation politique au Togo, le Ministre DUSSEY a informé son homologue gabonais du déroulement du dialogue politique en cours et placé sous la facilitation des Présidents ghanéen et guinéen, leurs Excellences Monsieur Nana Addo Dankwa AKUFO-ADDO et Professeur Alpha CONDE.

9- Le Ministre MESSONE a, à son tour, félicité chaleureusement les plus hautes autorités togolaises pour les efforts que le Togo ne cesse de déployer, surtout durant sa présidence en exercice de la CEDEAO, afin de préserver la paix et la sécurité dans la sous-région, en Afrique et dans le monde.

10- Parlant de l’intégration régionale, les Ministres MESSONE et DUSSEY se sont réjouis des actions proactives déployées dans le cadre de la CEDEAO et de la CEEAC qui ont permis de juguler les crises en gestation et ouvertes dans  leurs espaces communautaires respectifs et ont réaffirmé leur détermination à collaborer en vue de parvenir à l’intégration tant souhaitée à travers la mise en œuvre des dispositions de l’accord cadre de la zone de libre-échange continentale signé en mars 2018 à Kigali.

11- Passant en revue la situation sécuritaire sur le continent, les deux Ministres ont exprimé leur préoccupation face à la situation qui prévaut dans certains pays  notamment la Guinée Bissau, la République Démocratique du Congo et la République Centrafricaine. A cet égard, ils ont appelé les parties prenantes à ces crises à privilégier le dialogue et la concertation en vue de parvenir à des solutions consensuelles et durables.

12- S’agissant de la question de la radicalisation et l’extrémisme violent sur le continent, les Ministres togolais et gabonais ont réaffirmé leur ferme volonté de renforcer le rôle, les capacités, l’efficacité et l’efficience de la CEDEAO et de la CEEAC et souligné la nécessité de combattre ce fléau.  A cet égard, ils se sont félicités de la décision prise par les deux institutions de l’organisation, à Lomé, d’un Sommet conjoint sur « la paix, la radicalisation et l’extrémisme violent » dans les deux espaces communautaires.

13- Evoquant les questions d’ordre international notamment la grave question de la criminalité transfrontalière organisée, de la piraterie maritime et du terrorisme, les deux chefs de la diplomatie ont exprimé leurs vives préoccupations face à la recrudescence de ces différents actes, réaffirmé leur ferme condamnation et appelé à la mutualisation des efforts ainsi qu’à la poursuite de la coopération internationale pour venir à bout de ceux-ci.

14- En marge de la visite officielle, le Chef de la diplomatie gabonaise a rendu une visite de courtoisie à Son Excellence Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE, Président de la République, Président de la Conférence des Chefs d’Etats et de Gouvernement de la CEDEAO.

15- A cette occasion  Monsieur  MESSONE a félicité le Chef de l’Etat pour son engagement, aux côtés du médiateur, Son Excellence Professeur Alpha Condé, qui a permis le dénouement de la crise en Guinée Bissau.

16- Au terme de sa visite, Son Excellence Monsieur Noël Nelson MESSONE, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de la Francophonie et de l’Intégration Régionale, chargé des Gabonais de l’Etranger de la République du Gabon, a exprimé à son homologue togolais, au Gouvernement et au peuple togolais, ses vifs remerciements et sa profonde gratitude pour l’accueil chaleureux et fraternel qui lui a été réservé ainsi qu’à sa délégation.

17- Le Ministre des Affaires Etrangères gabonais a invité le professeur Robert DUSSEY à effectuer une visite officielle au Gabon.

18- Son Excellence Prof. Robert DUSSEY a accepté cette invitation de bonne grâce. La date de cette visite sera fixée ultérieurement par voie diplomatique.

 

Visite de travail du Ministre des relations extérieures de l’Angola au Togo

COMMUNIQUE CONJOINT SANCTIONNANT LA VISITE AU TOGO DE SON EXCELLENCE MONSIEUR MANUEL DOMINGOS AUGUSTO, MINISTRE DES RELATIONS EXTERIEURES DE LA REPUBLIQUE D’ANGOLA

LOME, LE 19 AVRIL 2018

1-Dans le cadre des excellentes relations d’amitié et de coopération qui existent entre le Togo et l’Angola, une délégation angolaise conduite par Son Excellence Monsieur Manuel Domingos AUGUSTO, Ministre des Relations extérieures, porteur d’un message du Président de la République d’Angola à son homologue du Togo, a effectué une visite de travail à Lomé au Togo, les 18 et 19 avril 2018.

2-Au cours de cette visite, le Ministre angolais a échangé avec son homologue togolais, Son Excellence Professeur Robert DUSSEY, sur des questions d’intérêt commun d’ordre bilatéral et international.

3-Abordant les questions d’ordre bilatéral, les deux Ministres se sont félicités de l’excellence des relations d’amitié et de coopération qui unissent leurs deux pays et se sont engagés à œuvrer à leur renforcement, notamment dans les domaines politique, militaire, sécuritaire, économique, technique, social et culturel.

4- Les Ministres Manuel Domingos AUGUSTO et Robert DUSSEY ont passé en revue les différents instruments juridiques de coopération existant entre le Togo et l’Angola.

5- En ce qui concerne la situation socio-politique au Togo, le Ministre Robert DUSSEY a informé son homologue angolais de l’état d’avancement du dialogue politique qui se tient sous les auspices du Président ghanéen Son Excellence Monsieur Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, facilitateur de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

6- Le Ministre Robert DUSSEY a, en outre, informé son homologue angolais des résultats encourageant du sommet extraordinaire de la CEDEAO sur la situation politique en Guinée-Bissau tenu à Lomé le 14 avril 2018 et saisi cette occasion pour le féliciter du rôle majeur joué par les autorités angolaises notamment au sein de la Communauté des Pays de Langue Portugaise (CPLP).

7- Le Ministre angolais des Relations extérieures Manuel Domingos AUGUSTO a, à son tour, félicité chaleureusement son homologue togolais pour les efforts que le Togo ne cesse de déployer, surtout durant sa présidence en exercice de la CEDEAO, pour maintenir la paix et la sécurité internationales dans la sous-région, en Afrique et dans le monde.

8- Le Ministre Angolais a, en outre, exprimé le soutien de son Pays à toutes les décisions prises par le Sommet Extraordinaire de la CEDEAO tenu le 14 Avril 2018 pour la sortie de crise en Guinée Bissau.

9- Les deux chefs de la diplomatie ont, par ailleurs, appelé à l’intensification des échanges commerciaux et économiques devant aboutir à une croissance partagée bénéfique pour les populations togolaises et angolaises. A cet égard, ils ont convenu de la nécessité d’accélérer le processus de création de la Grande Commission mixte de coopération Togo-Angola ainsi que de la signature prochaine d’un accord d’exemption des visas pour les détenteurs de passeports diplomatique et de service des deux Etats.

10- S’agissant des questions d’ordre international, les Ministres togolais et angolais ont réaffirmé leur ferme volonté de renforcer le rôle, les capacités, l’efficacité et l’efficience de la CEDEAO et de la CEEAC en vue de juguler le phénomène de la radicalisation et de l’extrémisme violent sur le continent, et souligné la nécessité de faire face à la menace que représentent ces fléaux.

11- Le Ministre togolais a notamment porté à la connaissance de son homologue que des discussions sont en cours entre la CEDEAO et la CEEAC en vue de l’organisation prochaine, à Lomé, d’une rencontre au sommet sur cette thématique qui constitue une préoccupation majeure.

12- Le Ministre angolais s’est réjoui des actions et initiatives proactives déployées dans le cadre des deux ensembles régionaux ayant permis de juguler les crises dans leurs espaces communautaires respectifs et a réaffirmé la détermination de son gouvernement à œuvrer pour le renforcement de la paix et la sécurité sur le continent.

13- Au cours de l’audience que le Chef de l’Etat lui a accordée, le Ministre angolais a félicité Son Excellence Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE, Président de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO, pour son engagement, aux côtés du médiateur, Son Excellence Professeur Alpha Condé, qui a permis le dénouement de la crise en Guinée Bissau.

14- Au terme de sa visite, Son Excellence Monsieur Manuel Domingos AUGUSTO, Ministre des Relations extérieures de la République d’Angola a exprimé à son homologue Robert DUSSEY, au Gouvernement et au peuple togolais, ses vifs remerciements et sa profonde gratitude pour l’accueil chaleureux et fraternel qui lui a été réservé lors de sa visite.

15- Le Ministre Angolais a invité son homologue togolais à effectuer une visite officielle en Angola.

16- Son Excellence Prof. Robert DUSSEY a accepté cette invitation avec plaisir. La date de cette visite sera fixée ultérieurement par voie diplomatique.

“La Guinée-Bissau vient de franchir un pas très important”

Le ministre togolais des affaires étrangères, de la coopération et de l’intégration africaine, président du Conseil des ministres de la CEDEAO est revenu lundi sur les conclusions du sommet de l’organisation qui s’est déroulé samedi à Lomé. Prof. Robert Dussey se prononce principalement sur le dossier bissau-guinéen et sur les avancées communiquées à l’issue du huis clos des chefs d’Etat et de gouvernement présents Samedi.

Les dirigeants ouest-africains réunis samedi à Lomé ont décidé de proroger le mandat de la mission de la CEDEAO en Guinée-Bissau jusqu’au 30 juin 2018. La conférence des Chefs d’Etat a également encourage le PAIGC et PSR, le deux partis politiques majeurs du pays à poursuivre le dialogue de sortie de crise. Par ailleurs, il a été recommandé la tenue des élections législatives le 18 novembre. Un Premier Ministre de consensus en la personne d’Aristides Gomes a été nommé et un décret présidentiel sera pris dans ce sens le  17 avril. Le 19 avril, le Parlement sera aussi ouvert pour statuer sur la nomination des membres de la commission électorale et de la prorogation de la législature.

Dans l’interview ci-après, Robert Dussey, qui a conduit ces derniers mois, plusieurs missions de la CEDEAO dans le pays, revient sur comment la CEDEAO s’y est prise pour concilier les positions des parties en conflit. Il revient également sur la mission confiée au comité de suivi mis en place par la Conférence des chefs d’Etat.

Togo Breaking News : On s’achemine progressivement vers une sortie de crise en Guinée-Bissau, avec cette nouvelle feuille de route, notamment la nomination du nouveau Premier ministre. Une victoire pour la diplomatie togolaise, notamment les actions du chef de l’Etat à la tête de la CEDEAO ?

Robert Dussey : La Guinée-Bissau vient de franchir un pas très important grâce aux actions conjuguées de la CEDEAO, et à la détermination de son Président en exercice, SEM Faure Essozimna GNASSINGBE. En vérité, la victoire dont vous parlez est devant nous, elle sera celle des Bissau-guinéens qui ne demandent que la paix, la stabilité et le développement. Elle sera enfin, celle de la CEDEAO, notre organisation commune !

Comment avez-vous pu réaliser cet exploit, car c’est vous qui avez conduit la plupart des missions de la CEDEAO ces derniers mois ?

Je pense que depuis presque 3 ans, tous les acteurs Bissau-guinéens (hommes, femmes, religieux, anciens combattants, sages, jeunes, société civile) avaient besoin d’être écouté ; c’est bien ce que nous avions fait durant nos missions !

Evidement, il était important pour la CEDEAO de comprendre l’environnement politique de ce pays frère et surtout de rappeler, de sensibiliser tous ces acteurs à leur responsabilité morale et politique vis-à-vis du peuple Bissau-guinéen et de son avenir.

Au fond, cet exploit vient de la classe politique Bissau-guinéenne, et du Président José Mario VAZ, qui ont pu durant ces longues et périlleuses négociations surmonter leurs divergences.

Nous devons les féliciter tous et les encourager à œuvrer tous pour une paix durable en Guinée-Bissau.

Quelle sera la mission de ce comité de suivi mis en place par la Conférence des chefs d’Etat ?

Le Comité de suivi, composé du chef de l’Etat guinéen et médiateur de la CEDEAO, Alpha Condé, de son homologue togolais et président en exercice de la CEDEAO, Faure Essozimna GNASSINGBE, et du président de la Commission de l’organisation régionale, Jean-Claude Brou,  prendra toutes les dispositions idoines pour la mise en œuvre de cette feuille de route, notamment la formation d’un nouveau gouvernement dirigé par le Premier ministre, Aristides GOMES qui vient d’être nommé, la réouverture du parlement, la nomination des membres de la Commission nationale électorale et l’organisation des élections législatives en novembre 2018.

Le Président de la République Togolaise et la CEDEAO sont entièrement disposés à accompagner la Guinée-Bissau à retrouver la paix, la stabilité qui sont des priorités cruciales pour notre sous-région.

[VIDEO] Communiqué final du sommet extraordinaire de la CEDEAO

 

A l’issue du Sommet extraordinaire des chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO tenu à Lomé la capitale togolaise, nous vous invitons à réécouter en vidéo le communiqué final présenté par M. Robert Dussey, Ministre togolais des affaires étrangères, de la coopération et de l’intégration africaine.

 

Guinée-Bissau : “Nous pensons sortir de cette crise d’ici la fin de l’année”

Un premier ministre nommé dès le 17 avril, la réouverture du Parlement et des élections législatives au mois de novembre, après 3 ans de crise, la Guinée Bissau peut enfin entrevoir un avenir meilleur.

Depuis son arrivée à la tête de la CEDEAO en juin 2017, le président Faure Gnassingbé, n’a pas ménagé son temps et ses efforts pour tenter de débloquer la situation. Les précédentes médiations  n’avaient rien donné.

Il s’est engagé personnellement, tapant parfois du poing sur la table, pour convaincre les acteurs politiques bissau-guinéens de trouver la voie pour une sortie de crise.

Les annonces faites samedi lors du sommet extraordinaire de la CEDEAO à Lomé par le président José Mario Vaz sont le fruit de longues négociations menées par la diplomatie togolaises avec l’ensemble des protagonistes à Bissau.

Robert Dussey, le ministre togolais des Affaires étrangères, s’est déclaré confiant quant à un retour à la normale.

‘Le comité de suivi mis en place par la CEDEAO accompagnera pas à pas le processus de normalisation en Guinée Bissau. Il y a une feuille de route qui est comme un avenant à l’accord de Conakry. Nous pensons sortir de cette crise d’ici la fin l’année et au fur et à mesure des efforts sur le terrain, les sanctions seront levées’, a-t-il déclaré.

Le président Faure Gnassingbé est l’un des membres de ce comité de suivi.

Le sommet de Lomé, qui a également évoqué la situation en Sierra Leone et au Togo, la lutte contre le terrorisme et les problèmes liés à l’insécurité alimentaire, a vu la présence de 10 chefs d’Etat de la région. Une participation significative pour une session extraordinaire.

Un signe du poids diplomatique et de l’influence du Togo en Afrique de l’Ouest. Et un chef d’Etat qui en sort renforcé.

Session extraordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO sur la Guinée-Bissau

LOME, LE 14 AVRIL 2018

COMMUNIQUE FINAL

  1. La session extraordinaire de la Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement de la Communauté Economique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) s’est tenue le 14 avril 2018, à Lomé, en République Togolaise, sous la présidence de E.M. Faure Essozimna Gnassingbé Président de la République togolaise et Président en exercice de la Conférence.
  2. Etaient présents à cette session, les Chefs d’Etat et de Gouvernement suivants :
  • S.E.M. Patrice Talon, Président de la République du Bénin
  • S.E.M. Roch Marc Christian Kaboré, Président du Faso
  • S.E.M. Alassane D. Ouattara, Président de la République de Côte d’ivoire
  • S.E.M. Alpha Condé, Président de la République de Guinée
  • S.E.M. José Mario Vaz, Président de la République de Guinée Bissau
  • S.E.M. George Weah, Président de la République du Libéria
  • S.E.M. Ibrahim Boubacar Keita, Président de la République du Mali
  • S.E.M. Issoufou Mahamadou, Président de la République du Niger
  • S.E.M. Macky Sali, Président de la République du Sénégal
  • S.E.M. Faure Essozimna Gnassingbé, Président de la République Togolaise
  • S.E. Mme Fatumatta Jallow-Tambajang, Vice-Présidente de la République de Gambie
  • S.E. Professeur Yemi Osinbajo, Vice-Président de la République Fédérale du Nigéria
  • S.E.M. Julio Cesar Herbert Lopes, Ministre de l’Intégration Régionale de la République du Cabo Verde
  • S.E.M. Albert Kan Dapaah, Ministre de la Sécurité Nationale de la République du Ghana.
  1. Les chefs de délégations ci-après ont dûment représenté leurs institutions :

S.E.M. Modibo Ibrahim Touré, Représentant spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour la Guinée-Bissau et Chef du Bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en Guinée-Bissau (BINUGBIS), et S.E.M. Abdallah Boureima, Président de l’Union Economique et Monétaire Ouest-africaine (UEMOA), en qualité d’observateurs.

S.E.M. Jean Claude Kassi Brou, Président de la Commission de la CEDEAO, a également pris part à cette session.

  1. Les Chefs d’État et de Gouvernement félicitent le Président Julius Maada Bio pour son élection à la présidence de la République de Sierra Leone. Ils ont également réaffirmé leur volonté à lui apporter tout le soutien nécessaire à la réussite de son mandat et salué les efforts qu’il ne cesse de mener en faveur de la réconciliation et de l’inclusivité.
  2. La Conférence rend hommage à E.M. Ernest Bai Koroma, ancien Président de la République de Sierra Leone, pour son engagement en faveur du déroulement pacifique du scrutin et pour la transmission démocratique du pouvoir au Président élu, S.E.M. Julius Maada Bio, à l’issue du dernier tour du scrutin présidentiel.
  3. La Conférence a pris acte du Rapport du Président de la Commission sur la Guinée-Bissau et de la note d’information du Professeur Robert Dussey, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération et de l’Intégration Africaine de la République Togolaise et Président du Conseil des ministres, relative à la mission ministérielle à Bissau le 11 avril 2018. Les Chefs d’Etat et de Gouvernement saluent la qualité des rapports qui leur ont été présentés, ainsi que les recommandations qui y sont contenues.
  4. Après délibérations sur les questions à l’ordre du Jour, la Conférence a pris les décisions suivantes :

EN CE QUI CONCERNE LA SITUATION POLITIQUE EN GUINEE BISSAU

  1. La Conférence félicite E.M. Alpha Condé, Président de la République de Guinée et Médiateur de la CEDEAO pour la Guinée Bissau, pour les efforts soutenus qu’il a déployé dans le cadre de la médiation. Elle a également félicité S.E.M. Faure Essozimna Gnassingbé, Président de la République Togolaise et Président de la Conférence pour le travail qu’il a accompli dans le cadre de la recherche d’une solution durable à la crise en Guinée Bissau.
  2. La Conférence a pris note des consultations en cours entre le Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap Vert (PAIGC) et le Parti du renouveau social (PRS). Elle les encourage à poursuivre le dialogue pour la stabilité du pays.
  3. Son Excellence Monsieur José Mario VAZ, Président de la République de la Guinée Bissau a informé la Conférence que, après consultations avec les forces politiques et la société civile, les décisions suivantes ont été prises:
  • la nomination de M. Aristides GOMES comme Premier Ministre de consensus. Cette nomination sera prise par décret présidentiel le 17 avril 2018;
  • la tenue des élections législatives le 18 novembre 2018
  1. En outre, la Conférence a pris note de ce que l’ensemble des acteurs politiques a également décidé de l’ouverture du Parlement le 19 avril 2018 pour statuer notamment sur les points liés à la nomination des membres de la Commission électorale et de la prorogation de la législature.
  2. La Conférence a pris acte de ces décisions et ces dates. Elle a félicité le Président Mario Vaz, et appelé l’ensemble des acteurs à travailler pour ramener la stabilité dans le pays.
  3. La Conférence invite le Comité de Suivi, composé du Président de la République de Guinée (Médiateur), du Président de la République Togolaise (Président de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement) et du Président de la Commission de la CEDEAO, à prendre toutes les dispositions nécessaires pour la mise en œuvre de cette feuille de route.
  4. La Conférence se félicite de la solidarité internationale dont ont fait preuve l’Union Africaine, les Nations Unies, l’Union Européenne et les autres partenaires bilatéraux et sollicite leur soutien à la CEDEAO dans le cadre de la résolution de la crise en Guinée Bissau.
  5. Le Sommet entérine la prorogation du mandat de la Mission de la CEDEAO en Guinée-Bissau (ECOMIB) jusqu’au 30 juin 2018 et exhorte les Forces de défense et de sécurité bissau-guinéennes de contribuer à assurer la paix et la sécurité dans tout le pays.
  6. Le Sommet salue la prorogation par le Conseil de Sécurité des Nations Unies du mandat du bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en Guinée-Bissau (BINUGBIS) jusqu’au 28 février 2019
  7. Les Chefs d’État et de Gouvernement se félicitent du bon déroulement des élections générales en Sierra Leone les 7 et 31 mars 2018 et félicitent le peuple de Sierra Leone pour le renforcement de leur démocratie.
  8. Le Sommet exhorte S.E.M. Julius Maada Bio, Président de la République de Sierra Leone, à consolider la démocratie tout en renforçant l’unité nationale.

AU TITRE DE LA SITUATION SOCIO-POLITIQUE AU TOGO

  1. La Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement salue les initiatives et les efforts de S.E.M. Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, Président de la République du Ghana en vue de la résolution pacifique des tensions socio- politiques auxquelles le Togo est confronté depuis août 2017.
  2. Elle invite instamment tous les partis politiques et la société civile togolaise à s’abstenir de tout acte de violence et de tout agissement susceptibles de constituer une menace à la paix et à la stabilité du Togo et de la région.
  3. La Conférence désigne leurs Excellences Monsieur Nana Addo Dankwa Akufo-Addo et Professeur Alpha Condé en qualité de facilitateurs de la CEDEAO, leur exprime sa confiance et son soutien et les encourage à intensifier leurs efforts pour aider le gouvernement et les acteurs politiques togolais dans la réalisation des réformes constitutionnelles, dans le respect des délais légaux, des normes, et principes de la démocratie et de l’Etat de droit.
  4. Elle instruit la Commission de prendre toutes les dispositions pour apporter son appui à leurs Excellences Monsieur Nana Addo Dankwa Akufo-Addo et Professeur Alpha Condé et de proposer des recommandations qui seront soumises au prochain sommet de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement.

AU TITRE DE LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME

  1. La Conférence réitère sa condamnation des attaques terroristes dans la région et exprime sa solidarité aux pays affectés.
  2. Elle réaffirme sa détermination à lutter sans relâche contre le terrorisme et l’extrémisme violent. A cet effet, la Conférence décide d’apporter tout son soutien à la Force Conjointe du G5 Sahel.
  3. La Conférence a pris note de l’alerte émise par le Réseau de Prévention des Crises Alimentaires (RPCA) au Sahel en Afrique de l’Ouest sur les risques d’insécurité alimentaire dans le Sahel. A cet égard elle recommande aux pays de la CEDEAO de prendre des mesures concrètes dans le but d’éradiquer la menace de l’insécurité alimentaire, convaincu que seule la solidarité leur permettrait de gagner cette bataille.
  4. La Conférence instruit la Commission de la CEDEAO de travailler en étroite collaboration avec les Etats membres afin de contribuer à relever le défi de la pénurie alimentaire et d’y trouver une solution durable.
  5. Sur la situation en Gambie, la Conférence demande à la Commission de la CEDEAO de prendre les mesures nécessaires pour intégrer les forces présentes en Gambie au sein de la Mission de la CEDEAO en Gambie (ECOMIG)
  6. Les Chefs d’État et de Gouvernement expriment leur profonde gratitude à E.M. Faure Essozimna Gnassingbé, Président de la République Togolaise et Président en exercice de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement pour l’accueil chaleureux réservé à toutes les délégations et les excellentes facilités mises à leur disposition pour assurer le bon déroulement de la session.

 

Fait à Lomé, le 14 avril 2018
LA CONFERENCE

 

Robert Dussey invite les Membres ACP du mouvement des non alignés à Lomé

Bakou, 05 avril 2018.

Dans cette vidéo, le Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération et de l’Intégration Africaine du Togo, le Prof. Robert Dussey a invité les Membres ACP du mouvement des non alignés à Lomé pour la session ministérielle ACP-UE le 28 Mai 2018 prochain.

Le Togo a signé l’accord de libre échange continental

Quarante-quatre pays africains (sur 55) ont signé mercredi à Kigali l’accord créant une zone de libre-échange continentale (Zlec), perçue comme essentielle au développement économique de l’Afrique, a annoncé l’Union africaine (UA).

Robert Dussey, le ministre togolais des Affaires étrangères, a signé le document dans la matinée au nom du président Faure Gnassingbé.

L’UA estime que l’élimination progressive des droits de douane entre membres de la Zlec permettra d’augmenter de 60% d’ici à 2022 le niveau de commerce intra-africain.

Actuellement, seulement 16% du commerce des pays africains s’effectue avec d’autres pays du continent.

Pour entrer en vigueur — pas avant un délai de 180 jours -, l’accord doit encore être ratifié à l’échelle nationale par les pays signataires.

L’Assemblée nationale togolaise devrait recevoir le texte pour adoption très rapidement.

Cette Zlec s’inscrit dans le cadre d’un processus devant mener d’ici 2028 à la création d’un marché commun, et d’une union économique et monétaire en Afrique.

Avec des secteurs des services et de l’industrie sous-dimensionnés, les pays africains ont pendant des décennies indexé leurs performances économiques sur le prix des matières premières exportées, comme le pétrole, le cacao ou l’or.

Le Ministre Robert Dussey signant l’accord de libre échange continental

Ces dernières années, des pays comme l’Éthiopie ou le Ghana ont tenté de s’extirper de ce cycle néfaste en bâtissant des usines et de nouvelles infrastructures pour les industries locales, ce qui a enclenché une hausse rapide de leur croissance économique.

L’Afrique du Sud, un ardent défenseur de l’accord, considère que les économies africaines sont trop petites pour pouvoir seules se diversifier et s’industrialiser.

La Zlec est un des projets clés mis en exergue par l’UA dans son Agenda 2063, un programme de développement à long terme qui prévoit de faciliter les flux de marchandises et de personnes sur le continent.

Lors de son dernier sommet, en janvier à Addis Abeba, l’UA avait ainsi annoncé la création d’un marché unique et libéralisé pour le transport aérien, incluant 23 pays du continent dont la mise en œuvre a été confiée au chef de l’Etat togolais.