Le Togo a signé l’accord de libre échange continental

Quarante-quatre pays africains (sur 55) ont signé mercredi à Kigali l’accord créant une zone de libre-échange continentale (Zlec), perçue comme essentielle au développement économique de l’Afrique, a annoncé l’Union africaine (UA).

Robert Dussey, le ministre togolais des Affaires étrangères, a signé le document dans la matinée au nom du président Faure Gnassingbé.

L’UA estime que l’élimination progressive des droits de douane entre membres de la Zlec permettra d’augmenter de 60% d’ici à 2022 le niveau de commerce intra-africain.

Actuellement, seulement 16% du commerce des pays africains s’effectue avec d’autres pays du continent.

Pour entrer en vigueur — pas avant un délai de 180 jours -, l’accord doit encore être ratifié à l’échelle nationale par les pays signataires.

L’Assemblée nationale togolaise devrait recevoir le texte pour adoption très rapidement.

Cette Zlec s’inscrit dans le cadre d’un processus devant mener d’ici 2028 à la création d’un marché commun, et d’une union économique et monétaire en Afrique.

Avec des secteurs des services et de l’industrie sous-dimensionnés, les pays africains ont pendant des décennies indexé leurs performances économiques sur le prix des matières premières exportées, comme le pétrole, le cacao ou l’or.

Le Ministre Robert Dussey signant l’accord de libre échange continental

Ces dernières années, des pays comme l’Éthiopie ou le Ghana ont tenté de s’extirper de ce cycle néfaste en bâtissant des usines et de nouvelles infrastructures pour les industries locales, ce qui a enclenché une hausse rapide de leur croissance économique.

L’Afrique du Sud, un ardent défenseur de l’accord, considère que les économies africaines sont trop petites pour pouvoir seules se diversifier et s’industrialiser.

La Zlec est un des projets clés mis en exergue par l’UA dans son Agenda 2063, un programme de développement à long terme qui prévoit de faciliter les flux de marchandises et de personnes sur le continent.

Lors de son dernier sommet, en janvier à Addis Abeba, l’UA avait ainsi annoncé la création d’un marché unique et libéralisé pour le transport aérien, incluant 23 pays du continent dont la mise en œuvre a été confiée au chef de l’Etat togolais.

Visite officielle de Robert Dussey à Windhoek en Namibie

Communiqué de Presse

Windhoek, le 16 mars 2018

Read this post in English

Dans le cadre du renforcement des liens d’amitié et de coopération entre les Républiques sœurs de la Namibie et du Togo, et sur invitation de l’honorable NetumboNa ndi-Ndaitwah, Ministre des Relations Internationales et de la Coopération de la Namibie, S.E. Prof. Robert DUSSEY, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération et de l’Intégration Africaine du Togo, a effectué une visite officielle à Windhoek, en Namibie, du 15 au 17 mars 2018.

Cette visite s’inscrit dans le prolongement de celle effectuée du 10 au 12 octobre 2012 en Namibie par S.E.M. Faure Essozimna GNASSINGBE, Président de la République Togolaise. Il importe de signaler que lors de cette visite, le Président Togolais et son homologue Namibien ont jeté les bases des relations diplomatiques entre leurs pays par la signature d’un accord cadre de coopération dans les domaines politique, économique, technique, scientifique, commercial, culturel et social.

Les échanges entre la partie togolaise et namibienne ont porté sur plusieurs points relatifs aux domaines de l’environnement et du tourisme, de l’agriculture, de l’eau, des travaux publics et des transports, de l’industrialisation, du commerce et du développement des petites et moyennes entreprises, de l’éducation.

Abordant les questions de l’environnement et du tourisme, le Ministre Robert DUSSEY a réitéré à la partie namibienne le souhait du Chef de l’Etat togolais d’enrichir les parcs nationaux du Togo à partir d’une coopération avec les pays à forte diversité biologique animale sauvage et végétale dont la Namibie. Les échanges sur le projet de transfert d’animaux sauvages de la Namibie vers le Togo ont permis de dégager trois pistes :

– initier une rencontre entre les services compétents namibiens et togolais en vue d’approfondir les échanges sur la question ;

– inviter/accueillir les officiels experts/techniciens namibiens de protection de la faune au Togo afin de se rendre compte des efforts du gouvernement togolais en matière de sauvegarde de ses aires protégées. Cette visite permettra à la partie namibienne d’apprécier les types d’espèces sauvages adaptés à l’environnement togolais ;

– partager les expériences namibiennes avec le Togo en la matière, à travers, notamment le renforcement des capacités des cadres togolais.

Sur le plan agricole, les discussions entre les deux diplomates ont abouti sur la nécessité d’intensifier la coopération entre les deux pays au regard du fait que le Togo dispose d’une forte variété de produits céréaliers et pouvait bénéficier de l’expérience namibienne dans leur transformation.

Robert Dussey et le Président de la Namibie et la vice-Premier Ministre et Ministre des Relations Internationales et de la Coopération de Namibie

S’agissant des questions de transport et de sécurité maritimes, les deux ministres ont convenu de la signature prochaine d’un accord « Open sky » entre le Togo et la Namibie en vue de faciliter la liaison Lomé — Windhoek par le biais des compagnies Asky et Namibian Airways.

Ils ont également souligné la mise en place d’une stratégie de connexion entre le port de Lomé et celui de Windhoek dans l’optique de promouvoir les échanges de produits locaux des deux pays. Une visite du Directeur général du port de Windhoek est à cet effet envisagée à Lomé.

Les deux ministres ont procédé à la signature d’un mémorandum d’entente sur les consultations politiques et diplomatiques entre les deux pays.

Les deux parties ont, en outre, réaffirmé leur volonté d’accélérer la mise en place de la Commission mixte de coopération Togo-Namibie. Ce cadre de coopération est sensé faciliter des rencontres périodiques des experts des deux pays en vue de la mise en œuvre des orientations politiques de leurs plus hautes autorités. Pour ce faire, ils ont décidé l’exemption de visa d’entrée et de séjour entre les deux pays au profit de leurs ressortissants détenteurs de passeports diplomatiques et de service.

Par ailleurs, les deux parties se sont exhortées à œuvrer pour la réalisation des objectifs de l’agenda 2063 de l’Union Africaine en vue de répondre efficacement aux attentes des populations, particulièrement des jeunes africains.

Au cours de son séjour, le Ministre Robert DUSSEY a rendu une visite de courtoisie à S.E. Président Dr. Hage G. GEINGOB, Président de la République de Namibie.

Visite officielle de Robert Dussey à Doha au Qatar

Communiqué conjoint

Doha, le 24 février 2018

 

Sur invitation de Son Excellence Monsieur Cheikh Mohamed bin Abderrahmane Al-Thani, Vice-Premier Ministre, Ministre des Affaires Etrangères de l’Etat du Qatar, Son Excellence Professeur Robert DUSSEY, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération et de l’Intégration Africaine de la République Togolaise, a effectué une visite d’amitié et de travail à Doha au Qatar, le 24 février 2018.

Au cours de cette visite, les deux Ministres ont procédé à des échanges de vues sur des questions d’intérêt commun d’ordre bilatéral, notamment le renforcement de la coopération, du partenariat économique et des questions de développement.

Abordant ces questions bilatérales, les Ministres Robert DUSSEY et Cheikh Mohamed bin Abderrahmane Al-Thani se sont félicités de l’excellence des relations d’amitié et de coopération qui unissent si heureusement leurs deux pays et ont exprimé leur volonté à œuvrer à leur renforcement, notamment dans le domaine politique, économique, scientifique et culturel.

S’agissant de la coopération économique, les deux Ministres ont relevé la nécessité du renforcement de la coopération entre les secteurs privés des deux pays à travers l’organisation des visites d’échanges et de prospection des opérateurs économiques au Togo et au Qatar.

Un protocole d’entente dans les domaines économique, commercial et technique ainsi qu’un accord de coopération sur la réciprocité en matière de promotion et de protection des investissements seront signés à cet effet entre les deux pays en vue de dynamiser la coopération économique.

Les deux parties s’engagent également à mettre en place un mécanisme de consultations diplomatiques périodiques en vue de développer cette coopération.

Ces consultations seront organisées alternativement à Lomé et à Doha entre les Ministres ou le cas échéant les directeurs de département ou à tout autre niveau convenu entre les parties.

En cas de nécessité, les parties peuvent établir des commissions, des groupes de travail ou groupes d’experts par consentement mutuel.

Un projet de mémorandum confirmant ces engagements a été élaboré et étudié à cet effet. Il sera signé prochainement par les deux parties.

La République togolaise et l’Etat du Qatar se sont, par ailleurs, entendus sur la signature prochaine d’un accord d’exemption réciproque de visas pour les détenteurs de passeports diplomatiques afin de faciliter les consultations.

Les deux Ministres des Affaires Etrangères ont émis le vœu de signer plusieurs autres accords nécessaires au renforcement de la coopération économique entre les deux Etats notamment dans les domaines du transport aérien et de la coopération juridique.

Le Ministre des Affaires étrangères qatari a réitéré, l’invitation adressée par l’Emir du Qatar au Président de la République togolaise pour effectuer une visite officielle au Qatar.

A l’issue de cette séance de travail, Son Excellence Prof. Robert DUSSEY a exprimé à Son Excellence Monsieur Cheikh Mohamed bin Abderrahmane Al-Thani ses vifs remerciements et sa profonde gratitude pour l’accueil chaleureux et amical qui lui ont été réservés ainsi qu’à la délégation qui l’accompagne. Il a invité, à son tour, son homologue qatari à effectuer, à une date à sa convenance, une visite officielle au Togo.

Son Excellence Monsieur Cheikh Mohamed bin Abderrahmane Al-Thani a accepté avec plaisir cette invitation. La date de cette visite sera fixée d’un commun accord par voie diplomatique.

Le Togo réélu pour un second Mandat ( 2018-2019) au CPS de l’UA

Communiqué de Presse

Addis Abeba, 26 janvier 2018

Ce 26 janvier 2018, à l’occasion de la 32ème Session ordinaire du Conseil exécutif de l’Union africaine, le Togo a été réélu, sans surprise et avec brio, pour un second mandat au Conseil de paix et de sécurité (CPS) pour la période 2018–2019.

Cette brillante élection est, en effet, le fruit de l’engagement du Togo pour le maintien de la paix et de la sécurité internationale dans le monde, en général, et en Afrique, en particulier. Elle est également le résultat de la vision du Président de la République, S.E.M. Faure Essozimna GNASSINGBE, qui s’investit sans compter pour apporter la paix sur les théâtres de guerre.

Faut-il le rappeler, le Togo s’est imposé, ces dernières années, comme l’un des principaux contributeurs africains aux opérations de maintien de la paix en termes de personnels. La République togolaise accorde une grande importance au multilatéralisme ainsi qu’aux forums internationaux tels que l’ONU, l’UA et la CEDEAO.

En mars 2017, le Togo a réitéré ce ferme engagement en annonçant au Secrétaire général de l’ONU la décision du Chef de l’Etat d’augmenter le nombre des soldats togolais dans les opérations de maintien de la paix de même que l’engagement résolu du Togo à soutenir toute action visant à garantir un monde plus sûr et épris de paix.

Dans le cadre de ce nouveau mandat, le Togo continuera de contribuer, en tant que l’un des quinze (15) membres, de façon efficace et efficiente, aux débats et discussions du CPS dont l’objectif phare est de promouvoir la paix, la sécurité et la stabilité en Afrique en vue d’assurer la protection et la préservation de la vie et des biens, le bien-être des populations africaines et de leur environnement ainsi que la création des conditions propices à un développement durable.

Présidence de la CEDEAO : Bilan 2017 de la Diplomatie Togolaise. Interview du Prof. Robert DUSSEY

Dans quelques jours une nouvelle année, occasion de dresser le bilan diplomatique du Togo. Qualifieriez-vous 2017 finissant d’une année de réussite diplomatique ?

Les Présidents Faure Gnassingbé du Togo et Ellen Johnson Sirleaf du Liberia

Vous (journalistes) êtes les vrais témoins de la marche diplomatique du Togo vu de l’intérieur comme de l’extérieur (…)

Chaque année est plus qu’un challenge pour nous aux affaires étrangères. Au regard de l’engagement diplomatique du Président de la République, S.E.M. Faure Essozimna GNASSINGBE, 2017 finissant est une année de pragmatisme, d’audace diplomatique extrêmement riche en résultats pour le Togo.

Beaucoup d’observateurs reconnaissent que la diplomatie togolaise, est une des plus innovantes (par nombres d’initiatives et d’actions) et qui monte en flèche ces dernières années notamment sur le plan africain…Quelles ont été les grandes actions diplomatiques menées par le Togo en 2017?

Ecoutez, je ne sais si la diplomatie togolaise est l’une des plus innovantes !

En revanche, je peux vous confirmer la vision diplomatique du Président de la République, celle de faire du Togo un pays plus actif dans le concert des nations et dans les décisions du monde à travers des actions pragmatiques, audacieuses et courageuses, particulièrement au profit du Togo et des peuples d’Afrique.

*Evidemment, une des actions majeures de la diplomatie togolaise en 2017, est l’élection le 4 juin dernier du Président Faure Essozimna GNASSINGBE, comme Président en exercice de la CEDEAO, à l’issue du 51ème Sommet de la Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de l’organisation sous-régionale. Le Chef de l’Etat s’est engagé à faire de la CEDEAO des peuples, une réalité par la libre circulation des biens et des personnes, sans oublier les défis sécuritaires dans notre zone. Là-dessus, il a effectué des visites de terrain, et des visites dans plusieurs pays de la CEDEAO pour faire avancer de façon pragmatique et concrète l’ensemble des chantiers (Mali, Libéria, Guinée-Bissau). Les 12, 13 et 14 octobre dernier, le Président Faure GNASSINGBE a présidé avec succès la Conférence régionale sur la situation sécuritaire dans le sahel et en Afrique de l’ouest. Le Togo a dirigé la première session du Conseil d’Association dans le cadre de l’Accord d’Association entre la Communauté des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et la République Islamique de Mauritanie, le 27 octobre dernier, puis conduit également la mission d’évaluation de la CEDEAO les 1er et 2 décembre 2017 à Bissau.

Le Ministre Robert Dussey avec le Président américain Donald Trump

C’est donc sous le leadership du Président de la République, que le Togo a dirigé les travaux de la 52ème session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO tenue à Abuja au Nigéria, le 16 décembre 2017.

Cette dernière session a d’ailleurs marqué plus d’un observateur dans la mesure où elle a donné un signal fort pour les réformes structurelles et institutionnelles de la CEDEAO…

Le pragmatisme affiché de la présidence togolaise de la CEDEAO est donc total. La diplomatie togolaise va donc poursuivre son mandat avec volontarisme.

Comme vous le saviez aussi, notre pays préside également le Conseil de l’Entente depuis juillet 2016 avec plusieurs réunions sous-régionales organisées à Lomé (…). Là aussi, les résultats sont encourageants.

*S’agissant de la diplomatie économique, le Togo a réussi (du 13 au 17 mars 2017) avec un grand succès, la première session ordinaire du Comité technique spécialisé (CTS) de l’Union africaine sur les transports, les infrastructures transcontinentales et interrégionales, l’énergie et le tourisme. Le Togo a mobilisé tous les partenaires pour un réel engagement et le financement du développement. La deuxième édition du « Printemps de la coopération germano-togolaise » tenue du 2 au 5 avril dernier à Lomé, a permis aux politiques et hommes d’affaires Allemands, Maliens, Nigériens, Burkinabés et Togolais d’élargir leurs champs d’investissements. Cet événement qui représente une véritable plateforme d’échanges pour la promotion des affaires, marque le renforcement du lien historique entre le Togo et l’Allemagne.

Avec l’Allemagne, nous avions signé un accord de coopération financière d’un montant de 37 000 000 d’euros, environ 24 235 000 000 F.CFA. C’est là, une action concrète de la diplomatie au profit de la décentralisation, la formation professionnelle et l’énergie.

*L’intégration africaine qui est une priorité diplomatique pour nous ici, a été célébrée pour la deuxième fois les 23 et 25 mai à travers une manifestation inédite « la semaine de l’intégration africaine ».

Le Prof. Robert Dussey et Rex Tillerson, le secrétaire d’Etat américain

*A ces actions, s’ajoutent les visites d’Etat (aux couleurs très économiques) du Président de la République, en Zambie, au Rwanda, en Egypte, en Ethiopie, au Nigéria ; mais aussi, le forum de l’AGOA qui fut également un événement majeur pour l’expansion économique du Togo.

Le Chef de l’Etat a aussi prit part au 27ème sommet Afrique-France pour « le partenariat, la paix et l’émergence » à Bamako ; et au Sommet UA-UE à Abidjan.

L’année 2017 fut aussi une diplomatie proactive sur les questions de paix et de sécurité. En avril, le Togo a présidé le Conseil de Paix et de Sécurité de l’UA. La diplomatie togolaise s’est attelée avec énergie et habileté à répondre aux préoccupations les plus épineuses du continent…

Evidemment l’engagement du Togo dans le maintien de la paix par les Nations-Unies et la lutte contre le terrorisme sont déjà bien connus de tous.

Dans la même dynamique, le Chef de l’Etat a participé activement le 19 mai 2017 à Ryad en Arabie Saoudite, au sommet islamo-américain, avec le lancement d’un centre mondial de lutte contre le terrorisme.

*Une autre action pragmatique et concrète de la diplomatie togolaise, est l’adoption du projet de résolution sur les économies nouvelles bleue et verte lors de la 34ème Conférence Ministérielle de la Francophonie tenue les 25 et 26 novembre 2017 à Paris.

Enfin, il était très important pour nous de récompenser pour la 4ème fois les hommes et les femmes qui travaillent et contribuent au rayonnement de la diplomatie togolaise — c’était lors de la cérémonie du « PRIX DE L’EXCELLENCE 2017 ».

Monsieur le ministre, on imagine que la diplomatie togolaise a été très affectée sur le plan de la coopération par la crise que vit votre pays ?

Comme tous les pays du monde, le Togo a traversé des moments difficiles ces derniers mois. Heureusement, l’une des plus grandes richesses humaines et sociales de notre pays « le dialogue » prime aujourd’hui pour une solution pacifique et consensuelle …

Le Ministre Robert Dussey et son homologue Shirley Ayorkor Botchway du Ghana

Sur le plan de la coopération bilatérale, tout va bien et chacun joue parfaitement son rôle. La Chine, l’Allemagne, la France, les USA, le Japon, l’Inde, l’Egypte, la Corée du sud appuient le Togo dans des domaines variés et divers tels que le commerce, l’éducation, la santé, la décentralisation, la formation professionnelle, la protection civile, les transports, les droits de l’homme, le secteur privé, la société civile, etc.

La bonne santé de la coopération bilatérale s’est traduite par plusieurs projets de développement à travers tout le pays.

Avec l’UE, l’UA, l’ONU, la BAD, le FMI, la Banque Mondiale, c’est une excellente coopération !

Vous aviez d’ailleurs été témoin de la 18ème session du Dialogue Togo-UE. Tout s’était bien passé !

Pareille pour la coopération sud-sud sur laquelle le Togo table de plus en plus avec de nouvelles alliances à savoir : Lomé — Caire, Lomé — Kigali, Lomé — Abidjan, Lomé — Dakar, Lomé — Accra.

A titre d’exemple, lors de la quatrième session de la grande commission mixte de coopération Togo-Ghana tenue à Accra le 27 juillet 2017, nos deux pays ont procédé à la signature de deux accords de coopération ; le premier portant sur l’opérationnalisation et la gestion du Poste de Contrôle Juxtaposé de Noépé-Akanu et le deuxième sur la coopération sécuritaire.

Depuis lors, les frontières terrestres entre les deux pays sont ouvertes 24h/24 à la grande satisfaction des populations de la CEDEAO.

Rassurez-vous tout va très bien !

Cette année votre pays a dû annuler plusieurs conférences internationales…

Le Ministre Robert Dussey et ses homologues du conseil de l’Entente

Les contingences de l’actualité nationale, du calendrier international et d’autres conférences l’expliquent. Mais le plus important, c’est de savoir que la diplomatie togolaise est résolument tournée vers le pragmatisme et le résultat (…) c’est pourquoi, elle prend une part très active dans les décisions du monde grâce à la vision et au leadership du Président de la République.

Lomé est connue pour sa stature de ville des rencontres internationales.

Soyez rassurer, le Togo va continuer d’accueillir d’autres conférences internationales…

Dernier mot monsieur le ministre…, peut-être une idée de l’agenda diplomatique du Togo en 2018 ?

Les togolais et togolaises seront davantage au cœur de l’agenda diplomatique 2018.

Le Président Faure GNASSINGBE et la délégation allemande lors du printemps de la coopération
Togo — Allemagne

Pour finir, je voudrais vous souhaiter à vous-même, à tous les hommes et femmes de médias, une heureuse année de santé et de réussite, et souhaiter à tous une bonne année 2018.


Arbre de Noël 2017 au MAECIA

Les enfants du personnel du ministère des affaires étrangères sont déjà dans la fièvre de Noël. Vendredi, ils ont reçu plusieurs cadeaux offerts par ledit département avec l’appui des ambassades de la Chine et de l’Inde au Togo. C’est le Chef de la diplomatie togolaise, Professeur Robert Dussey qui a présidé la cérémonie.

La fête de la nativité a déjà commencé pour ces enfants. Après avoir reçu les cadeaux, ils ont témoigné leur reconnaissance au ministre pour avoir pensé à eux en leur offrant ces cadeaux.

Les cadeaux sont composés par les cadeaux de jouets, de pianos, de guitares, entre autres.

« Cette fête que nous organisons en l’honneur de nos enfants est importante pour le ministère des Affaires étrangères. Cette action contribue au renforcement de la solidarité et de la cohésion sociale au sein du ministère », a déclaré le Prof. Robert Dussey.

Excellence recompensée

Comme chaque année, le ministère des affaires étrangères récompense ses meilleurs collaborateurs. Les Prix ont été remis mardi à Manafi Bode (chargé d’études à la direction de l’intégration africaine, Prix d’excellence), Linda Aaya (secrétaire) et Jean Hlomado (technicien de surface).

Les heureux récipiendaires ont reçu des mains du chef de la diplomatie, Robert Dussey, les récompenses comprenant un billet d’avion Lomé-Paris, des ordinateurs portables, des motos et des étrennes.

Cette initiative lancée il y a 3 ans vise à motiver les fonctionnaires pour une culture de l’excellence.

Togo: Communiqué Final de la 12e réunion ordinaire du Conseil des Ministres du Conseil de l’Entente

Communiqué final

Le Conseil des Ministres du Conseil de l’Entente a tenu sa Douzième Réunion Ordinaire le 10 décembre 2017 à Lomé, République Togolaise, sous la présidence de Son Excellence Professeur Robert Dussey, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine.

Le Conseil des Ministres a examiné les points inscrits à l’ordre du jour de sa réunion.

  • Il a approuvé le rapport d’activité du Secrétaire Exécutif au 31octobre 2017 ; le rapport d’exécution du budget 2017au 31octobre 2017ainsi que le rapport du Contrôleur Financier du 1er juin au 31 octobre 2017.
  • Il a adopté le programme d’activités et le budget 2018 du Secrétariat Exécutif du Conseil de l’Entente qui s’équilibre en recettes et en dépenses à la somme de 2 280 281 299 FCFA.
  • Il a procédé à la nomination de Monsieur Marc Wabi, Expert-Comptable Agréé, Associé Gérant du Cabinet Deloitte Côte d’Ivoire, en qualité de Commissaire aux Comptes pour les exercices 2017 et 2018.

Le Conseil des Ministres s’est réjoui de l’impact des projets pilotes d’hydraulique villageoise, d’électrification, d’infrastructures scolaires et sanitairessur les conditions de vie des populations rurales.

En ce qui concerne le Programme immobilier, le Conseil des Ministres a pris acte de l’état d’avancement du projet de construction de la Tour Ententeà Abidjan-Plateauainsi que du projet de construction d’un Centre commercialà Niamey. Ila encouragé le Secrétaire Exécutif à identifier les projets à réaliser dans les autres Etats membres.

Bureau du conseil des Ministres du Conseil de l’Entente

Le Conseil des Ministres a noté avec satisfaction, la signature par le Conseil de l’Entente, du Protocole portant création du Cadre de Concertation et de Coordination des Organisations Intergouvernementales d’Afrique de l’Ouest ainsi que la mise en place d’une TaskForce comprenant le Groupe des Etats ACP, la CEDEAO et le Conseil de l’Entente en vue de concrétiser la coopération entre les trois Organisations.

Le Conseil des Ministres tiendra une réunion extraordinaire en vue d’examiner et adopter le rapport d’audit institutionnel et organisationnel du Conseil de l’Entente ainsi que le Plan stratégique 2018–2022 de l’Institution.

Le Conseil des Ministres a également pris bonne note du rapport d’activité et du rapport financier du Centre Régional de Formation pour Entretien Routier (CERFER) au 31octobre 2017, ainsi que de l’état d’avancement de la réforme du CERFER. Il a recommandé au Secrétaire Exécutif et au Directeur Général du CERFER, d’accélérer les démarches auprès des partenaires en vue du financement de la réforme de l’établissement.

Fait à Lomé, le 10 décembre 2017

Pour le Conseil des Ministres

Le Président

Professeur Robert Dussey

Mission de la CEDEAO à Bissau à la demande du Président Faure Gnassingbé

Le ministre des Affaires étrangères Robert Dussey a achevé dimanche une mission en Guinée Bissau. Une visite souhaitée par Faure Gnassingbé, le président de la Cédéao, dans ce pays en proie à l’instabilité politique depuis des années.

M. Dussey était accompagné par Marcel Alain de Souza, le président le président de la commission de la Cédéao et des émissaires guinéens et sénégalais.

Cette mission était destinée à évaluer la mise en œuvre des engagements pris par les autorités bissau-guinéennes, lors du précédent Sommet de l’organisation à Monrovia en juin dernier. Les représentants de la délégation ont rencontré l’ensemble des protagonistes, y compris le chef de l’Etat, José Mario Vaz.

Les consultations internes en vue d’une solution consensuelle n’ont pas donné de résultats, a constaté la Cédéao qui a exprimé ‘sa profonde préoccupation face à la crise politique persistante’.

La crise en Guinée Bissau est due à un bras de faire entre le président et son parti, le PAIGC, depuis le limogeage de Domingos Simoes Pereira, président du PAIGC, au poste de Premier ministre, en août 2015.

Signature d’un accord d’association entre la CEDEAO et la Mauritanie

Le ministre togolais des Affaires étrangères, Robert Dussey, président en exercice du conseil des ministres de la Cédéao, a présidé le 27 octobre à Nouakchott la première session du conseil d’association entre la Mauritanie et l’organisation ouest-africaine.

La Mauritanie et la Cédéao ont signé en août dernier à Lomé un accord d’association. L’organisation aurait préféré que Nouakchott présente un dossier de réadmission, mais finalement la solution de statut d’Etat associé a été validée.

Le pays avait quitté l’ensemble ouest-africain il y a 17 ans.

L’accord est devenu effectif ; reste à en fixer les modalités et la mise en œuvre avant une ratification formelle.

Le Conseil a souligné l’importance de cette association qui contribuera à accroitre les échanges commerciaux entre les Etats, stimuler l’investissement et le développement en Mauritanie, souligne un communiqué publié dimanche.

La Mauritanie devrait rapidement adhérer au Tarif Extérieur Commun (TEC) et au schéma de libéralisation des échanges (SLE).

Côté mauritanien, plusieurs personnalités ont participé au conseil d’association parmi lesquelles Naha Mint Hamdi Ould Mouknass, le ministre du Commerce et de l’Industrie, et Isselkou Ahmed Izud Bih, le chef de la diplomatie.

Lors de son séjour à Nouakchott, Robert Dussey a été reçu par le président Mohamed Ould Abdel Aziz.

Signature d’un Accord OpenSky entre le Togo et la Mauritanie

Un accord OpenSky a été signé vendredi à Nouakchott entre la Mauritanie et le Togo.

Concrètement, Mauritania Airlines pourra assurer des liaisons directes vers Lomé et Asky par réciprocité desservir la Mauritanie.

Mauritania Airlines devrait ouvrir très bientôt une agence de représentation dans la capitale togolaise.

L’accord a été signé par le ministre togolais des Affaires étrangères, Robert Dussey, et les ministres mauritaniens des Transports et du Commerce. Le chef de la diplomatie mauritanienne, Isselkou Ould Ahmed Izid Bih, assistait à la cérémonie.

Cet accord est conforme à l’accord de Yamoussoukro sur la libéralisation du transport aérien en Affrique.

Les futures liaisons Nouakchott-Lomé permettront de développer les échanges bilatéraux offriront à la Mauritanie un tremplin pour l’intégration dans ’Espace Cédéao. Le pays est un membre associé de l’organisation ouest-africaine.

Mauritania Airlines a une flotte composée de monocouloirs Boeing 737-800, 700 et 500. Elle dessert Nouadhibou, Zouerate, Abidjan, Bamako, Casablanca, Conakry, Dakar, Las Palmas et Tunis.

COMMUNIQUE DE PRESSE

Le Ministre des Affaires étrangères, de la coopération et de l’intégration africaine, Prof Robert DUSSEY, vient d’apprendre avec indignation l’entretien de son homologue gambien, M. Ousainou Darboe qui appelle à la démission du Président Faure Essozimna GNASSINGBE.

Le ministre togolais proteste avec force contre cette déclaration irresponsable et rejette cette injonction de son homologue de la Gambie.

Le Ministre des Affaires étrangères, de la coopération et de l’intégration africaine rappelle que le Président de la République, S.E.M Faure Essozimna GNASSINGBE est régulièrement élu, dans le respect des dispositions de la Constitution togolaise au cours d’élections reconnues transparentes, équitables et acceptables par la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et l’ensemble de la communauté internationale.

Le gouvernement togolais continue de privilégier le dialogue et la concertation pour résoudre cette crise qui risquerait de réduire les nombreuses années d’efforts faits par l’ensemble des pays de la CEDEAO qui font face à des défis sécuritaires sans précédents.

Le Togo réitère sa volonté de toujours œuvrer pour la paix et la stabilité à l’intérieur de ses frontières nationales, et dans la sous-région ouest-africaine.

Fait à Lomé, le 23 octobre 2017

CDL : La diplomatie allemande, pièce maîtresse de la nouvelle Europe

Christoph Sander, l’ambassadeur d’Allemagne au Togo, était vendredi 29 septembre dernier l’invité du Club diplomatique de Lomé (CDL) pour parler de la diplomatie allemande au cœur de l’Europe.

Il a rappelé en préambule les fondements de la politique étrangère de son pays : éviter les erreurs de nos grands-pères, travailler pour la paix en Europe (Deutsche AußenpolitikisteuropäischeFriedenspolitik).

M. Sander est ensuite revenu sur l’histoire de son pays, Bismarck, la première guerre mondiale, celle de 39-45 avec le régime nazi et ses horreurs, la division de l’Allemagne avec la guerre froide, puis la chute du mur de Berlin.

L’Allemagne est aujourd’hui la principale puissance économique européenne au sein de l’Union, mais a souligné le diplomate, elle doit aussi faire face à de nouveaux défis. Ils sont de deux ordres, d’abord, la menace russe face à une violation éventuelle de la souveraineté d’un Etat européen ; ensuite, la nécessaire évolution des instances européennes pour faire face à la crise économique et financière. Si la situation s’est améliorée depuis 2008, l’UE n’est pas à l’abri d’une rechute.

Christoph Sander a dressé un tableau assez pessimiste de la situation de l’Europe. La Grande Bretagne est en train de sortir de l’Union,  la Pologne et la Hongrie défient le consensus constitutionnel européen, les Ecossais et les Catalans réclament leur indépendance, enfin la crise migratoire pose problème.

En Allemagne même, et pour la première fois depuis 1945, un parti d’extrême droite a fait son entrée au Bundestag.

‘Le nouveau gouvernement allemand doit faire face aux défis que je viens de décrire. (…) Je suis certain que nous arriverons à résoudre les grandes questions de notre époque si nos politiciens sont guidés par les mêmes principes que Schumann, Monet et Adenauer, Mitterrand, Kohl et Genscher’, a conclu l’ambassadeur.

Initié par Robert Dussey, le ministre des Affaires étrangères, le Club diplomatique de Lomé est un cercle de réflexion apolitique qui reçoit à intervalles réguliers des personnalités togolaises et étrangères issus du monde diplomatique, politique et d’organisations internationales.

Lancement officiel des activités de l’ANIAC par le Ministre Robert Dussey

Le Prof. Robert Dussey lance les activités de l’Autorité Nationale pour l’Interdiction des Armes Chimiques ce vendredi 29 septembre 2017. Une cérémonie couplée de la commémoration du 20e anniversaire de l’interdiction des armes chimiques au Togo.

Le ministre togolais des affaires étrangères, de la coopération et de l’intégration africaine, Robert Dussey a lancé vendredi à Lomé les activités de l’Autorité nationale pour l’Interdiction des armes chimiques (ANIAC-Togo). La cérémonie était couplée à la commémoration du 20e anniversaire de l’Organisme d’interdiction des armes chimiques (OIAC) et a enregistré la participation de Garba Lompo, le représentant de la CEDEAO au Togo.

Afin de marquer son ferme engagement pour la promotion de la paix et le désarmement, le gouvernement togolais a mis en place l’ANIAC-Togo en novembre 2015. Il s’agit d’une structure de gestion, de contrôle et d’interdiction de la circulation illicite des produits chimiques au Togo.

Pour le Président de l’ANIAC-Togo, le lancement officiel des activités de la structure marque un tournant décisif dans la mise en oeuvre des obligations de la Convention sur l’Interdiction des armes chimiques au Togo.

“Il renforce les capacités opérationnelles de l’Autorité nationale en charge des questions de la non-prolifération des produits chimiques… En tant que structure de coordination et d’application des dispositions de la Convention, l’ANIAC-Togo assistera le gouvernement dans la conception et la mise en oeuvre de la politique nationale sur l’Interdiction des armes chimiques et sur leur destruction, ainsi que des produits chimiques prohibés par la convention”, a indiqué Bruno Pakoupati Boyode.

Dans son intervention, le Chef de la diplomatie togolaise a affirmé que la structure ANIAC-Togo est d’une importance vitale pour le fait que la prolifération des armes de destruction massive, en particulier les armes chimiques, reste un danger pour la sécurité humaine.

“La création de l’ANIAC-Togo n’est pas un acte isolé. Elle s’inscrit dans l’engagement du Togo au service de la paix et de la sécurité dans la sous-région ouest-africaine, en Afrique et dans le monde. Le Togo a en effet souscrit aux différents instruments juridiques internationaux en charge des questions de désarmement, de maintien de la paix et de la sécurité internationale”, a déclaré Robert Dussey.

Le ministre précise que par la mise en oeuvre de la convention sur l’Interdiction des armes chimiques, le Togo contribue aux efforts de la Communauté des Etats dans le cadre de la lutte contre la prolifération des produits chimiques qui constitue la grande problématique de la santé publique.

Garba Lompo, le répresentant de la CEDEAO a salué la demarche du Togo. Il a promis l’appui de l’organisation communautaire à l’ANIAC-Togo.

L’ANIAC-Togo aura donc la charge de sensibiliser et informer à travers des campagnes de sensibilisation la population togolaise de la dangerosité des produits chimiques consommés ou utilisés au quotidien, renforcer le cadre législatif, créer un cadre de concertation avec les industriels, établir une liste des produits chimiques afin de faciliter le régime de vérification et des visites des inspecteurs, notamment.

Diplomag n°14 : Cédéao et Francophonie

Faure Gnassingbé assure pour une année la présidence de la Communauté économique des pays de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao). Diplomag, la revue du ministère des Affaires étrangères du Togo publie ce mois-ci un long dossier consacré au fonctionnement de cette organisation. On découvrira les priorités affichées par M. Gnassingbé pour aboutir à une véritable intégration économique.

Au sommaire également un article sur la prochaine conférence ministérielle de la Francophonie qui aura lieu au mois de novembre à Lomé.

Téléchargez 

Le départ d’un grand ami du Togo

Nicolas Berlanga-Martinez, l’ambassadeur européen au Togo arrive en fin de mission. Un séjour mis à profit pour profondément ancrer la relation entre l’UE et le Togo en matière d’aide au développement, de renforcement de la bonne gouvernance ou de lutte contre les changements climatiques.

Le diplomate espagnol a milité au sein des instances européennes pour que le Togo bénéficie d’un appui conséquent dans le cadre du XIe FED.

‘Nous sommes confiants quant à l’avenir de nos relations avec l’Union Européenne au regard des jalons solides que vous avez eus à poser au cours de ces dernières années’, a déclaré mardi soir le ministre des Affaires étrangères Robert Dussey lors d’un dîner en l’honneur de M. Berlanga-Martinez.

M. Dussey a qualifié le représentant européen de ‘grand ami du Togo’. Il a salué sa prestance et son dynamisme.

‘Vous quittez donc le Togo la tête haute au regard des réalisations spectaculaires que vous laissez derrière vous’, a déclaré le chef de la diplomatie togolaise.

 

Source: republiqueoftogo.com