Visite officielle du Ministre Robert DUSSEY à Jérusalem

Communiqué du Ministère des Affaires Etrangères, de la Coopération et d l’Intégration Africaine

Jérusalem, le 12 juin 2018.

1- Sur invitation du Premier Ministre Israélien, S.E. Monsieur Benyamin NETANYAHOU, le Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération et de l’Intégration Africaine S.E. Prof. Robert DUSSEY, a effectué une visite officielle à Jérusalem les 11 et 12 juin 2018 ;

2- Cette visite fait suite à celle effectuée par S.E. Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE, Président de la République togolaise, Président en exercice de la CEDEAO du 7 au 11 août 2016 en Israël ;

3- Il convient de rappeler qu’au cours de cette visite, le Chef de l’Etat togolais et le Premier Ministre israélien se sont entendu, conformément au principe dit de ‘relations privilégiées’, d’accroître leur confiance réciproque et d’élargir leur coopération à d’autres domaines;

4- Les échanges entre le Ministre DUSSEY et le Premier Ministre NETANYAHOU ont porté sur des questions d’intérêt commun d’ordre bilatéral et multilatéral ;

5- Abordant les questions d’ordre bilatéral, le Ministre DUSSEY et le Premier Ministre NETANYAHOU se sont félicité du dynamisme de la coopération entre leurs deux pays et ont passé en revue les grandes réalisations issues des décisions de la première grande commission mixte de coopération ;

6- A cet égard, ils se sont réjouis des actions concrètes et fructueuses de l’Agence Israélienne pour la coopération Internationale au Développement (MASHAV) dans le processus de développement du Togo en particulier dans les secteurs de la santé et de l’agriculture et ont convenu de la poursuite de ses efforts ;

Le Ministre Robert Dussey et le Premier Ministre Israelien Benjamin Netanyahu

7- Ils ont également relevé la nécessité de relancer les travaux de la deuxième grande commission mixte de coopération entre les deux pays et de soutenir les actions des deux gouvernements dans les domaines du développement rural, de l’éducation, des sciences et technologies, du développement communautaire, de la protection et de la promotion sociale et de l’intégration de la femme au processus de développement ;

8- Au cours de cette visite, S.E. Prof Robert DUSSEY et sa délégation ont eu des séances de travail avec le Directeur général de l’Agence Israélienne pour la Coopération Internationale au Développement (MASHAV) ;

9- A l’issue des échanges, les deux parties ont convenu de la visite prochaine à Lomé d’une délégation d’experts israéliens en vue des discussions avec les ministères techniques pour une meilleure prise en compte des priorités du gouvernement togolais conformément aux axes du Programme National de Développement (PND) ;

10- Evoquant la situation au plan multilatéral, le Chef de la diplomatie togolaise et le Premier Ministre Israélien ont abordé les questions relatives aux crises syrienne et au Moyen orient en déplorant les situations qui ont cours dans cette partie du monde et appelé toutes les parties prenantes au dialogue et à la retenue afin de préserver la paix ;

11- Parlant de la recrudescence du terrorisme et des actes de piraterie maritime, ils ont réaffirmé leur ferme condamnation et ont appelé à la mutualisation des efforts ainsi qu’à la poursuite de la coopération internationale en vue de leur éradication;

12- Au terme de sa visite, le Chef de la diplomatie togolaise a rassuré le gouvernement israélien que le Togo est à ses côtés et lui apportera toujours son soutien au sein des instances internationales auxquelles leurs deux pays sont membres.

Visite officielle en Israël de Robert Dussey

Robert Dussey, le ministre des Affaires étrangères, effectue les 11 et 12 juin une visite officielle en Israël.

Il a été reçu en début de matinée par le Premier ministre, Benjamin Netanyahu.

Les discussions ont porté sur la coopération bilatérale dans les domaines politiques, économiques et de la formation.

M. Netanyahu s’est une nouvelle fois félicité pour la qualité des liens d’amitié qui unissent les deux pays. Une relation qui date en fait de l’indépendance.

M. Dussey s’est ensuite rendu au mémorial de Yad Vashem édifié en mémoire des 6 millions de victimes juives de la Shoah (Holocauste) perpétrée par les nazis pendant la seconde guerre mondiale.

Le mémorial couvre le sommet d’une colline à l’ouest de Jérusalem.

Contre l’oubli du crime dont les nazis voulaient effacer jusqu’aux traces, Yad Vashem rassemble les noms des victimes juives d’Auschwitz, Majdanek, Treblinka, Belzec, Sobibor, Chelmno et des innombrables autres lieux d’assassinat.

Son but est de perpétuer la mémoire individuelle et collective des victimes de la Shoah, d’honorer les Justes des Nations et de tout mettre en oeuvre pour s’assurer que le Monde n’oubliera jamais.

C’est donc un lieu empreint d’une forte charge émotionnelle que Robert Dussey a visité avec la délégation qui l’accompagne.

Cette première journée s’achèvera par une séance de travail avec le directeur général de Mashav Gil Haskel.

L’Agence de coopération israélienne est très active au Togo. Elle vient d’installer le premier centre de traumatologie à l’hôpital d’Atakpamé et forme en ce moment des experts à Institut technique d’appui et de recherche agricole (ITRA) à Davié.

Mashav a formé des dizaines d’ingénieurs agronomes dans ses centres spécialisés à travers Israël.

ACP-UE : Des pistes avant les prochaines négociations

Les Journées européennes du développement (JED) se sont ouvertes mardi à Bruxelles. L’une des premières sessions thématiques a été consacrée à l’avenir du partenariat entre l’UE et les pays ACP à deux ans de la fin de l’accord de Cotonou.

Un timing parfait quelques jours après la tenue à Lomé de la réunion conjointe ACP-Union européenne.

Plusieurs intervenants se sont exprimés sur le futur de la coopération entre les deux entités parmi lesquels Robert Dussey, le ministre togolais des Affaires étrangères.

Son pays a été chargé par le Groupe ACP de prendre la direction des négociations à venir ; elles doivent débuter à la fin du mois d’août.

L’UE entend moderniser les relations avec les 79 pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique.

Après 43 ans de coopération, le temps est venu d’évoluer vers un partenariat plus moderne et plus dynamique. Sur la base des enseignements tirés de l’accord de Cotonou et des valeurs qu’ils partagent, l’UE et ses partenaires sont sur le point de transformer leur relation pour mieux l’adapter aux réalités d’aujourd’hui.

Les prochaines négociations seront cruciales pour trouver de nouveaux moyens de stimuler la croissance de manière durable et de relever les défis mondiaux.

Robert Dussey avait à ses côtés Patrick Gomes, le secrétaire général des ACP, Stefano Manservisi, directeur général de DEVCO et d’autres responsables de la Commission européenne.

La session a permis de mettre en évidence les enjeux clés et d’explorer la façon de parvenir à un accord collectif profitable à tous.

Diplomag : L’action publique internationale du Togo

DiploMag, le magazine d’information du ministère des Affaires étrangères, vient de paraître.

Au sommaire de ce numéro, un rappel des récentes initiatives diplomatiques du Togo, sommet de la Cedeao sur la Guinée Bissau, projet d’introduction d’une monnaie unique en Afrique de l’ouest, visite du président Faure Gnassingbé au Qatar, déplacement du chef de la diplomatie en Namibie, renforcement de la coopération avec le Gabon et Israël.

DiploMag souligne également la volonté de la Cédéao – actuellement présidée par Faure Gnassingbé – de renforcer les liens avec la CEEAC, l’organisation des pays d’Afrique centrale, pour lutter plus efficacement contre le terrorisme.

Dans l’éditorial d’ouverture, le ministre des Affaires étrangères Robert Dussey, affirme que ‘le Togo participe à l’action publique internationale et travaille d’arrache-pied sur la scène diplomatique pour aider à relever les défis liés à la coexistence pacifique, à la paix et à la sécurité internationales, à la solidarité et au développement’.

Télécharger

Diplomag : L’action publique internationale du Togo

DiploMag, le magazine d’information du ministère des Affaires étrangères, vient de paraître.

Au sommaire de ce numéro, un rappel des récentes initiatives diplomatiques du Togo, sommet de la Cedeao sur la Guinée Bissau, projet d’introduction d’une monnaie unique en Afrique de l’ouest, visite du président Faure Gnassingbé au Qatar, déplacement du chef de la diplomatie en Namibie, renforcement de la coopération avec le Gabon et Israël.

DiploMag souligne également la volonté de la Cédéao – actuellement présidée par Faure Gnassingbé – de renforcer les liens avec la CEEAC, l’organisation des pays d’Afrique centrale, pour lutter plus efficacement contre le terrorisme.

Dans l’éditorial d’ouverture, le ministre des Affaires étrangères Robert Dussey, affirme que ‘le Togo participe à l’action publique internationale et travaille d’arrache-pied sur la scène diplomatique pour aider à relever les défis liés à la coexistence pacifique, à la paix et à la sécurité internationales, à la solidarité et au développement’.

Télécharger

Le Togo est désigné Président du groupe central des négociations ACP (Post Cotonou 2020)

Communiqué de Presse

Les travaux de la 107ème Session du Conseil des Ministres des ACP ont pris fin cet après-midi à Lomé à la veille de l’ouverture de la 43ème session du Conseil des Ministres ACP-UE avec l’adoption du mandat de négociations Post-Cotonou.

Le Togo qui a été désigné pour présider le groupe central de négociation ACP s’est vu officiellement remis le mandat de négociation Post-Cotonou. C’est le Prof. Robert DUSSEY, Ministre des Affaires Étrangères, de la Coopération et de l’Intégration Africaine, qui a reçu au nom du Chef de l’État S. E. M. Faure ESSOZIMNA GNASSINGBÉ, Président de la République Togolaise, Président en exercice de la CEDEAO, des mains de Madame Kamina JOHNSON SMITH, Ministre des Affaires Étrangères de la Jamaïque, Présidente du Conseil des Ministres ACP ledit mandat.

Il convient de rappeler que le groupe central de négociation (GCN) se compose comme suit :

1.TOGO (présidence), représenté par Professeur Robert DUSSEY
2. GUYANE, représenté par Honorable Carl GREENIDGE
3. JAMAÏQUE, représenté par Honorable le Sénateur Kamina JOHNSON SMITH
4. PAPOUASIE NOUVELLE GUINÉE, représenté par Honorable Pato RIMBINK
5. SAMOA, représenté par Honorable Fiame NOAMI MATAAFA
6. CAMEROUN, représenté par Honorable Alamine OUSMANE
7. TCHAD, représenté par Honorable Dr. Issa DOUBRAGNE
8. ÉTHIOPIE, représenté par Honorable Dr. Abraham TEKETSE
9. KENYA, représenté par Dr. Julius MUIA
10. NAMIBIE, représenté par Honorable Tweya TJEKERO
11. LESOTHO, représenté par Honorable Majoro MOEKETSI
12. NIGERIA, représenté par Monsieur Ogudanya ADEKUNLE.

Dans la foulée, le groupe central de négociation présidé par le négociateur en
chef Prof. Robert DUSSEY, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération et
de l’Intégration Africaine du Togo, a tenu une première réunion de concertation
à Lomé sur la conduite des négociations avec l’Union Européenne, principal
partenaire du Groupe ACP. Les négociations pour le Post-Cotonou commencent
le mois d’août 2018.

Discours d’ouverture de la 107e session du Conseil des ministres de l’ACP

Madame la Présidente, 

Monsieur le Secrétaire général, 

Mesdames et messieurs,


Aujourd’hui où le Groupe ACP soumet au questionnement sa propre présence au monde, s’interroge sur les raisons d’être de son existence, sur ses propres fins entendues ici comme telos ou buts et cherche à redessiner son partenariat avec l’Union européenne à l’expiration, en 2020, de l’Accord de Cotonou, il nous faut réaffirmer le sentiment commun d’appartenance à notre groupe et notre commune dépendance. Le sentiment d’appartenance commune et de commune dépendance, ce sentiment que valorisaient tant les stoïciens grecs de l’Antiquité et qu’ils rapportaient au cosmos, doit nous inspirer et raffermir en nous la solidarité organisationnelle où se joue la dialectique du multiple et de l’Un, des parties et du Tout. 

Nos populations nous attendent. Leur droit légitime au développement doit nous inciter à éviter lors de cette Session le « syndrome du bateau ivre », ce syndrome qui traduit une espèce de nausée, la situation hypothétique d’un navire en perte de repère. « Il n’est point de vent favorable pour celui qui ne sait où il va » disait SÉNÈQUE dans ses Lettres à Lucilius.

La logique d’unité doit guider nos pas. Nous devons aborder les futures négociations avec l’UE en tant que groupe uni, en tant que « pôle de responsabilité collective » soudé. S’il est vrai que l’unité du Groupe ACP en tant que pôle multilatéral de responsabilité collective ne peut signifier rien d’autre qu’une « unité plurielle », ou mieux, une « unité dans la diversité », pour reprendre Jürgen HABERMAS dans son livre Après l’Etat-nation, en raison des spécificités propres à chaque ensemble continental, les spécificités et divergences ne doivent pas cependant avoir raison de notre sens de l’unité. 

En restant uni, nous pouvons travailler ensemble et renforcer la souveraineté positive de nos Etats, autrement dit leur capacité d’action externe et interne. L’unité d’action au rang des ACP aidera sans doute nos Etats à faire décroître les inégalités et à faire reculer les frontières de la pauvreté, à faire sortir nos Etats et populations de la situation d’inconfort actuelle.

L’enjeu, c’est la guerre au manque de développement dans nos pays, à la « pauvreté absolue » et « objective ». L’état du monde actuel quasiment comparable à l’état de nature de Thomas Hobbes nuit au Groupe des ACP et à leurs populations. Changer cet état insoutenable, voilà ce qui doit être l’objectif de ce cadre de coopération Sud-Sud. N’oublions pas que l’un des objectifs des ACP est d’« œuvrer à la promotion d’un nouvel ordre mondial plus juste et plus équitable ». 

Ce défi qui reste actuel 43 ans après l’Accord originel de Georgetown donne à réfléchir et nous appelle à la logique d’unité. Ce n’est pas en étant ensemble que nous ne sommes pas fécond, c’est plutôt parce que jusque-là nous n’avons pas assez agi ensemble. La force réside dans l’unité.

L’heure est à l’urgence du rassemblement, ou pour parler comme Edgar Morin, à « l’urgence de l’essentiel ».


Madame la Présidente,

Monsieur le Secrétaire général,

Mesdames et messieurs,

 

Ces tendances centrifuges, auxquelles nous devons nous opposer de toutes nos forces, doivent tout de même nous amener à nous interroger sur les facteurs qui nourrissent ce courant. Nous sommes à la croisée des chemins où nous devons avoir le courage de voir en toute objectivité la réalité afin de dresser un diagnostic clair de nos difficultés et leur trouver des solutions qui s’imposent. Le célèbre poète allemand HÖLDERLIN disait bien dans un style hégélien que « là où croît le péril croît aussi ce qui sauve ». Il nous faut faire preuve d’imagination et d’innovations pour sortir de cette situation car comme le dit Albert EINSTEIN, dans les moments de crises ou de difficultés, « seule l’imagination importe ».

Le Gouvernement de la République Togolaise insiste donc sur la nécessité du renforcement de la coopération intra-ACP car pour nous développer, nous devons d’abord compter sur nous-mêmes, sur nos propres forces dans une perspective humaniste et de confiance en soi. La confiance en soi, au plan individuel que collectif, comme l’enseigne la génération actuelle de l’École de Francfort conduite par Axel HONNETH, est le support basique de tout effort de développement. Notre coopération interne nous ouvrira des perspectives stimulantes qui auront sans doute  des impacts sur nos partenariats avec les autres. 

À cet égard, je me réjouis que vous ayez inscrit à l’agenda de vos travaux la révision de l’Accord de Georgetown et je vous engage à l’examiner dans la droite ligne des orientations données pas nos Chefs d’État et de gouvernement lors des Sommets de Sipopo en 2012 et de Port Moresby en 2016 et de notre document de position Vers les ACP que nous voulons.

L’avenir du Groupe ACP dépend de notre capacité d’adaptation aux mutations profondes de l’environnement international. L’avenir n’est pas, pour reprendre les termes d’Henri BERGSON, « ce qui va arriver mais ce que nous allons en faire». L’avenir se prépare, celui de notre Groupe doit se construire autour de perspectives réalistes et vitales qui engagent chacun de nos Etats et toute l’organisation. L’heure est à l’action multilatérale.

Madame la Présidente, 

Mesdames et messieurs les Ministres,

Monsieur le Secrétaire général, 

Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Chefs de Mission,

Les préparatifs en vue des négociations du Post Cotonou sont l’autre préoccupation qui sera au cœur de votre session. Sur ce sujet, il est à observer que le partenaire européen a déjà exprimé de façon claire sa vision du futur accord de partenariat.

A votre tour, vous examinerez et adopterez, je l’espère, le mandat de négociation du Groupe ACP. La réunion qui s’est tenue le 27 mai ici même doit avoir permis de faire des avancées sur l’examen des questions susceptibles de constituer des blocages sur notre vision commune.

Du côté du Groupe ACP, il y a lieu de souligner, pour s’en réjouir, la croissance économique enregistrée par un certain nombre de pays. La croissance économique a permis aux pays en question de se hisser au rang de pays à revenu intermédiaire. Toutefois, les économies de ces pays demeurent vulnérables aux chocs exogènes et il importe de ne pas les abandonner à eux-mêmes. En restant solidaires, nous pourrions mieux résister aux crises, accroître ce qu’Amartya SEN appelle les « capabilités » de nos pays et de nos citoyens. Nos populations méritent mieux que leurs niveaux et conditions de vie actuelles.

 

Madame la Présidente,

Monsieur le Secrétaire général,

Mesdames et messieurs,

Sur ces mots, je déclare ouverte la 107ème session du Conseil des ministres ACP et souhaite, au nom de notre histoire et du « principe espérance » cher à Ernst BLOCH, plein succès à nos travaux.

Vive la coopération Sud-Sud, 

Vive les ACP

Je vous remercie.

ACP – UE Lomé 2018 : Interview du Chef de la Diplomatie Togolaise

Prof Robert DUSSEY, Lomé accueille la 107ème Session du Conseil des Ministres ACP et 43ème Session du Conseil des Ministres ACP-UE. C’est bien cela ?

Tout à fait, le Togo accueille du 27 mai au 1er juin 2018, les Sessions du Conseil des Ministres des ACP-UE. Plus de 600 délégués venus de 79 pays des ACP dont (48 d’Afrique subsaharienne), (16 des Caraïbes), (15 du Pacifique) et 28 de l’UE sont à Lomé.

Monsieur le ministre, quel est l’état de la coopération entre les ACP et l’UE?

Je dois avouer que les 79 pays d’Afrique, des Caraïbes et des Pacifiques, et les 28 de l’Union Européenne sont deux grands et fidèles partenaires qui coopèrent depuis des décennies dans plusieurs domaines. Nous voulons travailler ensemble pour améliorer cette coopération dans l’intérêt des générations futures.

Justement Monsieur le Ministre, quels sont les enjeux des présentes sessions à Lomé ?

L’Accord de Cotonou qui lie les ACP à l’UE arrive à expiration en février 2020. Pour renouveler cet accord, il nous faut donc préparer les discussions sur l’avenir des relations ACP-UE d’une façon générale et, surtout, d’examiner le projet de cadre de mandat de négociation préparé par le Comité des Ambassadeurs ACP à Bruxelles.

Evidemment, la réussite de ces discussions nous permettra de renforcer davantage la coopération entre les ACP et l’UE en vue d’en tirer profiter pour nos peuples.

Comme vous le voyez, l’avenir des relations ACP-UE post 2020, passe par Lomé.

Monsieur le Ministre, y a t-il des chances de réussite de l’après Cotonou ?

Ces genres de discussions entre plusieurs partenaires ne sont souvent pas des plus faciles, mais nous restons optimistes car l’union sacrée des ACP serait un atout pour nous.

Avec Mme Louise Mushikiwabo, Ministre des Affaires Etrangères du Rwanda et Présidente du Conseil des Ministres de l'Union Africaine

Lomé accueille le Conseil des Ministres ACP-UE

Patrick Gomes, Secrétaire Général des ACP et Robert Dussey

La session du Conseil des ministres des pays ACP (Afrique-Caraïbe-Pacifique) et celle du Conseil conjoint ACP-UE s’ouvre dimanche à Lomé.

Les représentants de cet ensemble géographique et ceux de l’Union européenne continuent d’arriver dans la capitale togolaise.

Robert Dussey, le ministre des Affaires étrangères, a accueilli Patrick Gomes, le secrétaire général des ACP, Kamina Johnson Smith, la cheffe de la diplomatie jamaïcaine et présidente du conseil des ACP et Ralph Regenvanu responsable de la politique étrangère du Vanuatu.

Le Conseil des ministres est la principale instance décisionnelle du Groupe ACP après le sommet des chefs d’État et de gouvernement. Quant au Conseil des ministres conjoint, il est l’organe suprême du partenariat entre les ACP et l’Union européenne.

Ces réunions s’inscrivent dans le cadre des préparatifs des prochaines négociations pour un nouvel accord de partenariat ACP-UE après 2020.

Kamina Johnson Smith, Ministre des Affaires Etrangères de Jamaïque et le chef de la diplomatie togolaise

Faure Gnassingbé, qui assure également la présidence en exercice de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao), appelle à un plus grand rôle politique pour le Groupe ACP dans le cadre du prochain  Accord, notamment en termes d’appui aux Etats membres dans les différents processus relatifs au dialogue politique avec l’UE. 

Le président togolais souligne par ailleurs l’importance d’un partenariat renouvelé avec l’Europe après 2020, et insisté sur l’appel lancé aux États ACP pour qu’ils demeurent un groupe uni.

Pour l’Union européenne, le rendez-vous de Lomé est important car il donnera le ton du futur cadre de la coopération entre l’UE et ses partenaires pour les prochaines années.

Les ministres venus des 79 pays ACP ainsi que des représentants de l’UE se retrouveront à l’hôtel du 2 février.

Togo : Semaine de l’Intégration Africaine 2018

La 3e édition de la semaine de l’intégration a été organisée vendredi par le ministère togolais des affaires étrangères, de la coopération et de l’intégration. L’objectif principal de l’évènement  est de  renforcer l’harmonie,  la paix,  la solidarité,  la fraternité entre les peuples et servir de cadre pour la sensibilisation des communautés sœurs sur leurs droits et devoirs au Togo, pour une meilleure intégration des peuples africains. Dans cette interview ci-après, le Chef de la diplomatie togolaise, Prof. Robert Dussey explique que le gouvernement togolais a fait de l’intégration des peuples africains une priorité nationale.

Pr Robert Dussey, vous êtes ministre des affaires étrangères, de la coopération et de l’intégration africaine. Pour la troisième fois, vous accueillez toutes les communautés africaines installées à Lomé pour célébrer ce que vous appelez la « semaine de l’intégration africaine ». C’est bien cela ?

Effectivement nous célébrons ce 25 mai 2018, la 3ème édition de la semaine de l’intégration africaine. Cette une initiative de l’Union africaine dans laquelle Togo s’inscrit totalement.  Le thème choisi cette année par l’UA est : « gagner la bataille contre la corruption, une voie durable vers la transformation de l’Afrique ». 

Une fois de plus, cette troisième édition réunit toutes les communautés africaines vivant au Togo à travers une variété d’activités culturelle et artistique.

On a le sentiment que les étrangers et particulièrement les communautés africaines installées se sentent mieux ici que chez eux. Quelle est la place de l’intégration africaine  dans la diplomatie togolaise ?
 
Relever le défi de l’intégration des peuples africains est une préoccupation pour l’UA. Le gouvernement togolais en a fait une priorité nationale, c’est  justement pourquoi célébrer cette journée est important pour nous togolais, mais pour toutes les communautés africaines vivant chez nous.
Comme les togolais vivant sur le continent, les communautés africaines résidant sur notre territoire participent à la création de la richesse et donc à l’émergence de l’Afrique. La diplomatie togolaise met tout en œuvre pour une parfaite intégration de nos peuples (…) ; Le Togo est une petite Afrique (rire)

 Pour revenir à cet événement majeur de la diplomatie togolaise, la « semaine de l’intégration africaine», que vise le Togo ?

 
Pour la diplomatie togolaise, cet événement permet de promouvoir la paix, la solidarité, l’unité, la cohésion entre toutes les communautés africaines ici mais aussi, le développement économique et social.
 
Quelles sont les innovations de cette 3e édition de la «semaine de l’intégration africaine » ?
 
Le Brésil, un pays ami et frère du Togo et de tout le continent par des liens historiques, culturelles indéniables, est à cette 3ème édition le pays d’honneur de la semaine de l’intégration africaine.
Cette journée sera marquée par des échanges et expositions culturelles, artistiques et gastronomiques souhaités par les communautés elles-mêmes.

Conseil de l’Entente : réunion extraordinaire des ministres à Lomé

Le chef de la diplomatie togolaise, le Prof. Robert Dussey, a présidé vendredi une réunion extraordinaire des ministres des pays membres du Conseil de l’Entente.

Créé en 1959, cette organisation est la doyenne des institutions sous régionales ouest-africaines. A l’initiative de Felix Houphouët Boigny (Côte d’Ivoire) et de Gnassingbé Eyadema (Togo) elle ambitionnait de rassembler dans un même espace politique et économique le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Niger et le Togo.

Inactif pendant de longues années, le Conseil de l’Entente a entrepris de se relancer avec plusieurs projets dans l’électrification, l’assainissement et la formation d’experts en infrastructures routières et ferroviaires.

La Banque africaine de développement (BAD) s’est engagée à aider l’organisation en lui accordant un financement de 5 milliards de Fcfa.

Indispensable d’autant que le budget prévisionnel pour les 5 prochaines années se monte à près de 57 milliards.

La réunion de Lomé avait pour thème le renforcement de la coopération entre Etats membres.

Robert Dussey au forum Horasis Global Meeting 2018

Le ministre togolais des affaires étrangères, Robert Dussey, participe du 5 au 8 mai à Cascais (Portugal) au Global Meeting d’Horasis.

Cette réunion annuelle est l’un des principaux rendez-vous internationaux des dirigeants d’entreprises qui interagissent avec des hauts fonctionnaires et des leaders d’opinion.

Robert Dussey

La communauté Horasis est composée de plus de 400 leaders sélectionnés dans 70 pays.

L’objectif est de rechercher des solutions aux défis les plus critiques auxquels les entreprises, les sociétés et les pays sont aujourd’hui confrontés.

Robert Dussey à Horasis

Pendant 4 jours, les participants partagent des idées sur la façon d’inspirer conjointement l’avenir.

Robert Dussey a pris part samedi à la plénière dont le thème était : ‘Tirer parti du développement durable’.

Les débats ont porté sur les Objectifs de développement durable (ODD).

Premier Panel

L’agenda est ambitieux, mais deux ans après le lancement par les Nations Unies, les choses ont-elles vraiment évolué, se sont interrogés les participants.

Le Togo et le Maroc annoncent l’exemption de visas diplomatique et de service

COMMUNIQUE SANCTIONNANT LA VISITE A MARRAKECH AU MAROC

​1- A l’invitation de S.E.M. Nasser BOURITA, Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, en marge de la 5e Conférence ministérielle Euro-Afrique sur la Migration et le Développement, S.E. Pr. Robert DUSSEY, Ministre des Affaires Etrangères de la Coopération et de l’intégration Africaine a effectué une visite de travail à Marrakech le 02 mai 2018.

2- Au cours de cette visite les chefs de la diplomatie togolaise et marocaine ont procédé à des échanges de vue sur des questions d’intérêt commun d’ordre bilatéral et international.

3- Abordant les questions d’ordre bilatéral, les deux Ministres se sont félicités de l’excellence des relations d’amitié et de coopération qui unissent les deux pays et se sont engagés à œuvrer à leur renforcement.
A cet égard, ils ont procédé à la signature d’un accord d’exemption de visas pour les détenteurs de passeport diplomatique, de service ou spécial.

4- Examinant les questions d’ordre international, les Ministres DUSSEY et BOURITA ont passé en revue les questions de la migration, du radicalisme et d’extrémisme violents, de piraterie maritime et ont exprimé leurs vives préoccupations face à la recrudescence de ces différents actes.
Ils ont ainsi réaffirmé leur ferme détermination à combattre le terrorisme et la criminalité transfrontalière organisée et appelé à la mutualisation des efforts et à la poursuite de la coopération internationale pour venir à bout de ces fléaux.

5- Les deux ministres ont convenu de la visite officielle qu’effectuera le Ministre BOURITA à Lomé dans les semaines à venir.

Fait à Marrakech le 02 Mai 2018.

Exemption de Visas diplomatique et de service pour le Qatar

COMMUNIQUE SANCTIONNANT LA VISITE OFFICIELLE AU QATAR DE SON EXCELLENCE MONSIEUR FAURE ESSOZIMNA GNASSINGBE, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE TOGOLAISE

1- A l’invitation de Cheikh Tamim ben Hamad Al Thani, Emir du Qatar, S.E.M. Faure Essozimna GNASSINGBE, Président de la République Togolaise a effectué une visite officielle d’amitié et de travail à Doha au Qatar les 29 et 30 avril 2018.
2- Un accueil chaleureux a été réservé à S.E.M. Faure Essozimna GNASSINGBE et sa suite par le gouvernement qatari et son peuple depuis leur arrivé au Qatar.
3- Cette visite reflète la volonté de l’Etat du Qatar et du Togo de renforcer leurs relations bilatérales.
4- Au cours de cette visite, le Chef de l’Etat Togolais et l’Emir du Qatar ont procédé à un large échange de vues approfondi sur les questions pertinentes d’intérêt commun d’ordre bilatéral et  multilatéral.
5- Sur le plan bilatéral, les deux Chefs d’Etats se sont félicités de l’excellence des relations d’amitié et de coopération entre le Togo et le Qatar et ont exprimé leur satisfaction au sujet de la relation qui unit leurs pays. Ils ont à cet égard, souligné la nécessité de renforcer cette coopération et ont donné des indications et orientations pour développer les relations entre leurs pays en explorant de nouvelles zones où les deux pays peuvent établir une coopération mutuellement bénéfique.
6- La volonté politique manifeste de Son Excellence Monsieur Faure GNASSIGBE et l’Emir Tamim ben Hamad Al Thanide de hisser haut les relations entre les deux pays s’est traduite dans les faits par la signature de six (06) Accords de coopération dans les domaines politique, économique, commercial, technique et  judiciaire au bénéfice des peuples togolais et qataris.
Il s’agit notamment du Mémorandum d’entente pour l’établissement de consultations politique et diplomatique sur des questions d’intérêt commun entre les Ministères des Affaires Etrangères des deux pays, du Protocole d’entente et de coopération dans les domaines économiques, commercial et technique, de l’Accord de coopération sur la promotion et la protection réciproque des investissements, de l’Accord d’exemption réciproque de visa, de  l’Accord de coopération judiciaire et du Mémorandum d’entente entre la Chambre de commerce et d’industrie du Togo et la Chambre de commerce du Qatar.
7- Pour ce qui concerne la coopération économique, les deux dirigeants ont relevé la nécessité du renforcement de la coopération entre les secteurs privés des deux pays à travers l’organisation des visites d’échanges et de prospections des opérateurs économiques au Togo et au Qatar ainsi que la participation aux grandes rencontres organisées par l’une ou l’autre Partie dans les domaines économiques connexes.
8- Au plan multilatéral, les deux leaders ont échangé des vues sur des questions de politique et de sécurité en Afrique et dans le monde. A cet égard, ils ont exprimé leurs vives préoccupations face à la recrudescence des actes terroristes et à la persistance des crises qui menacent la paix, la sécurité, la stabilité et le développement de par le monde.
9- Ils ont également réaffirmé leur ferme condamnation du terrorisme sous toutes ses formes et ont appelé à la coordination des efforts, et à la poursuite de la coopération internationale pour venir à bout de ces fléaux.
10- Evoquant le processus de paix au Proche-Orient, les deux dirigeants ont réaffirmé leur ferme engagement à œuvrer davantage dans divers fora régionaux et internationaux pour défendre et renforcer la solidarité internationale afin de prévenir les conflits armés, de combattre le terrorisme et de promouvoir la culture de la tolérance et de la coexistence pacifique dans cette partie du monde.
11- Au terme de sa visite, S.E.M. Faure Essozimna GNASSINGBE a exprimé à Cheikh Tamim ben Hamad Al Thani, au Gouvernement et au peuple qatari ses vifs remerciements et sa profonde gratitude pour l’accueil chaleureux et l’hospitalité légendaire qui lui ont été réservés ainsi qu’à sa délégation.
12- Le Chef de l’Etat Togolais a invité l’Emir du Qatar à effectuer une visite en République togolaise à une date qui sera convenue d’un commun accord.
13- L’Emir du Qatar a accepté cette invitation de bonnes grâces et les modalités y relatives seront arrêtées par voie diplomatique.
Fait à Doha le 30 avril 2018.

 

Exemption de Visas diplomatique et de service pour le Qatar

COMMUNIQUE SANCTIONNANT LA VISITE OFFICIELLE AU QATAR DE SON EXCELLENCE MONSIEUR FAURE ESSOZIMNA GNASSINGBE, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE TOGOLAISE

1- A l’invitation de Cheikh Tamim ben Hamad Al Thani, Emir du Qatar, S.E.M. Faure Essozimna GNASSINGBE, Président de la République Togolaise a effectué une visite officielle d’amitié et de travail à Doha au Qatar les 29 et 30 avril 2018.
2- Un accueil chaleureux a été réservé à S.E.M. Faure Essozimna GNASSINGBE et sa suite par le gouvernement qatari et son peuple depuis leur arrivé au Qatar.
3- Cette visite reflète la volonté de l’Etat du Qatar et du Togo de renforcer leurs relations bilatérales.
4- Au cours de cette visite, le Chef de l’Etat Togolais et l’Emir du Qatar ont procédé à un large échange de vues approfondi sur les questions pertinentes d’intérêt commun d’ordre bilatéral et  multilatéral.
5- Sur le plan bilatéral, les deux Chefs d’Etats se sont félicités de l’excellence des relations d’amitié et de coopération entre le Togo et le Qatar et ont exprimé leur satisfaction au sujet de la relation qui unit leurs pays. Ils ont à cet égard, souligné la nécessité de renforcer cette coopération et ont donné des indications et orientations pour développer les relations entre leurs pays en explorant de nouvelles zones où les deux pays peuvent établir une coopération mutuellement bénéfique.
6- La volonté politique manifeste de Son Excellence Monsieur Faure GNASSIGBE et l’Emir Tamim ben Hamad Al Thanide de hisser haut les relations entre les deux pays s’est traduite dans les faits par la signature de six (06) Accords de coopération dans les domaines politique, économique, commercial, technique et  judiciaire au bénéfice des peuples togolais et qataris.
Il s’agit notamment du Mémorandum d’entente pour l’établissement de consultations politique et diplomatique sur des questions d’intérêt commun entre les Ministères des Affaires Etrangères des deux pays, du Protocole d’entente et de coopération dans les domaines économiques, commercial et technique, de l’Accord de coopération sur la promotion et la protection réciproque des investissements, de l’Accord d’exemption réciproque de visa, de  l’Accord de coopération judiciaire et du Mémorandum d’entente entre la Chambre de commerce et d’industrie du Togo et la Chambre de commerce du Qatar.
7- Pour ce qui concerne la coopération économique, les deux dirigeants ont relevé la nécessité du renforcement de la coopération entre les secteurs privés des deux pays à travers l’organisation des visites d’échanges et de prospections des opérateurs économiques au Togo et au Qatar ainsi que la participation aux grandes rencontres organisées par l’une ou l’autre Partie dans les domaines économiques connexes.
8- Au plan multilatéral, les deux leaders ont échangé des vues sur des questions de politique et de sécurité en Afrique et dans le monde. A cet égard, ils ont exprimé leurs vives préoccupations face à la recrudescence des actes terroristes et à la persistance des crises qui menacent la paix, la sécurité, la stabilité et le développement de par le monde.
9- Ils ont également réaffirmé leur ferme condamnation du terrorisme sous toutes ses formes et ont appelé à la coordination des efforts, et à la poursuite de la coopération internationale pour venir à bout de ces fléaux.
10- Evoquant le processus de paix au Proche-Orient, les deux dirigeants ont réaffirmé leur ferme engagement à œuvrer davantage dans divers fora régionaux et internationaux pour défendre et renforcer la solidarité internationale afin de prévenir les conflits armés, de combattre le terrorisme et de promouvoir la culture de la tolérance et de la coexistence pacifique dans cette partie du monde.
11- Au terme de sa visite, S.E.M. Faure Essozimna GNASSINGBE a exprimé à Cheikh Tamim ben Hamad Al Thani, au Gouvernement et au peuple qatari ses vifs remerciements et sa profonde gratitude pour l’accueil chaleureux et l’hospitalité légendaire qui lui ont été réservés ainsi qu’à sa délégation.
12- Le Chef de l’Etat Togolais a invité l’Emir du Qatar à effectuer une visite en République togolaise à une date qui sera convenue d’un commun accord.
13- L’Emir du Qatar a accepté cette invitation de bonnes grâces et les modalités y relatives seront arrêtées par voie diplomatique.
Fait à Doha le 30 avril 2018.

 

CEDEAO-CEEAC : Sommet sur la paix la radicalisation et l’extrémisme violent à Lomé en Juillet

Un sommet conjoint CEDEAO-CEEAC sur la paix, la radicalisation et l’extrémisme violent aura lieu en juillet prochain à Lomé. Les pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique Centrale veulent mutualiser leurs moyens et trouver de nouvelles synergies. C’est une alliance inédite, explique Robert Dussey, le chef de la diplomatie togolaise.

Republicoftogo.com : Vous avez présidé en fin de semaine dernière à Lomé avec votre homologue gabonais la première réunion de concertation CEDEAO-CEEAC. Qu’entendez-vous entreprendre avec les pays de l’Afrique centrale ? 

Robert Dussey : La CEEAC et la CEDEAO sont deux organisations régionales sœurs qui œuvrent pour la paix et le développement dans leur région respective Depuis plusieurs années, elles sont confrontées aux mêmes défis, aux mêmes menaces, notamment en matière de paix et de sécurité.  Ces questions constituent une priorité pour l’ensemble des chefs d’Etat. C’est dans ce cadre que s’est déroulée la réunion de concertation à Lomé. Je tiens à rappeler que les présidents du Togo et du Gabon dirigent actuellement les deux entités régionales.

Republicoftogo.com : Une nouvelle alliance ponctuelle ou dans la durée ?

Robert Dussey : C’est une coopération pérenne. Une alliance qui va permettre l’organisation d’un sommet inédit à Lomé ; sommet conjoint CEDEAO-CEEAC sur la paix, la radicalisation et l’extrémisme violent. Il aura lieu courant juillet dans la capitale togolaise.

Republicoftogo.com : Les deux organisations ont-elle les moyens de lutter contre ces fléaux ?

Robert Dussey : Ces groupements comptent 26 pays. C’est près de la moitié de l’Afrique. En mutualisant leurs efforts, en développant des synergies, ils auront la capacité de relever les défis.

Lors de notre réunion à Lomé, nous n’étions pas seuls. Il y avait François Louncény Fall, le représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies  pour l’Afrique Centrale (UNOCA) et Mohamed Ibn Chambas qui a les mêmes fonctions pour l’Afrique de l’Ouest.

C’est dire que l’ONU apporte son soutien plein et entier à cette initiative.